Après les révélations du Canard enchaîné :

Produits trop sucrés dans les Outre-mer : des "affirmations totalement erronées" affirme le gouvernement


Publié / Actualisé
La semaine dernière, un article du Canard enchaîné indiquait que la DGCCRF (Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes), qui dépend du ministère de l'Economie, retardait volontairement la publication d'un rapport sur la teneur en sucre dans les produits des Outre-mer. Une enquête accablante selon le journal qui révèle que, malgré la loi Lurel de 2013, la part de sucre ajouté dans certains produits est toujours plus élevée dans les DOM qu'en Métropole. Aujourd'hui le gouvernement réagit en répondant à Imaz Press, et affirme "qu'un certain nombre d'affirmations présentées dans l'article sont totalement erronées". La DGCCRF organise donc une conférence pour faire le point ce jeudi 2 septembre 2021. (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)
La semaine dernière, un article du Canard enchaîné indiquait que la DGCCRF (Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes), qui dépend du ministère de l'Economie, retardait volontairement la publication d'un rapport sur la teneur en sucre dans les produits des Outre-mer. Une enquête accablante selon le journal qui révèle que, malgré la loi Lurel de 2013, la part de sucre ajouté dans certains produits est toujours plus élevée dans les DOM qu'en Métropole. Aujourd'hui le gouvernement réagit en répondant à Imaz Press, et affirme "qu'un certain nombre d'affirmations présentées dans l'article sont totalement erronées". La DGCCRF organise donc une conférence pour faire le point ce jeudi 2 septembre 2021. (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)

C'est un article à charge contre le gouvernement. La semaine dernière, le Canard enchaîné affirmait que le ministère de l'Economie retardait volontairement la publication d'un rapport sur les produits sucrés dans les Outre-mer.

Alors que depuis 2013, la loi Lurel est censé empêcher les industriels d'injecter plus de sucre dans les produits des Outre-mer que ceux de la Métropole, "un rapport parlementaire sur la santé publique en Outre-mer constatait que ladite loi était peu appliquée" relaie le Carnard enchaîné en citant les rapporteurs : "certaines marques ne jouent pas le jeu et continuent à proposer des produits aux teneurs en sucres différenciées".

Lire aussi - Produits alimentaires : mais qui contrôle le taux de sucre...

Selon les informations du journal, "les premiers résultats du rapport de la DGCCRF sont tellement accablants que le ministère de l'Economie a préféré reporter sa publication à la fin de l'année". Des affirmations poussant Victorin Lurel, co-auteur de la loi, à réagir lui-même sur Twitter. "Nous demandons à Bruno Le maire (ministre de l'Economie, ndlr) de le rendre public et de sanctionner les entreprises fraudeuses. L’Etat doit faire respecter la loi".

Interrogés par Imaz Press, les services de la DGCCRF nous répondent à ce sujet. "Un certain nombre d’affirmations présentées dans l’article sont totalement erronées" nous dit-on sans donner plus de détails à ce stade. Une conférence à laquelle aura accès Imaz Press est organisée dans l'après-midi à Paris "afin d’expliquer la réalité de l’action de la DGCCRF sur ce sujet".

- Les parlementaires réunionnais inquiets -

Plusieurs parlementaires de La Réunion réagissent à cette polémique. "Il est tout simplement scandaleux de découvrir que ce rapport de la DGCCRF fasse l'objet d'un empêchement ministériel. Il est temps pour le gouvernement de le rendre public, de sanctionner les entreprises qui s'obstinent à rester dans l'illégalité" nous indique la députée Karine Lebon, prête à "interpeller le gouvernement par une question écrite pour lui demander de prendre ses responsabilités à ce sujet".

Le député Philippe Naillet pour sa part rappelle le contexte de la loi Lurel. "Celle-ci est appliquée à 90%, pour les produits que l'on retrouve à la fois en Métropole et dans les Outre-mer, le taux de sucre est globalement le même. Mais des produits asiatiques vendus à La Réunion contiennent un taux de sucre anormalement haut." Il ajoute qu'il s'agit d'un "problème de santé publique qui ne doit pas être pris à la légère" et appelle à un véritable contrôle de ces produits.

Le député Jean-Luc Poudroux dit préférer attendre d'avoir le rapport entre les mains, mais note que la loi Lurel "est restée
lettre morte ou pratiquement et ce, dans une indifférence générale". Il ajoute : "en attendant de lire le rapport, je demande simplement au gouvernement de veiller à la bonne exécution de la loi dans les Outre-mer et par la même occasion, je demande aux autorités concernées de garantir au consommateur réunionnais un étiquetage simple et facile à lire sur tous les produits en précisant au moins les taux de sucre et de sel".

Avant même de diffuser une tribune libre à ce sujet, Jean-Ratenon, député LFI, répondait également à Imaz Press sur le sujet. "Si les révélations du Canard enchaîné sont exactes, on nage en plein scandale. Comment se fait-il que cette loi ne soit pas respectée huit ans après ?" s'interroge-t-il. Lui aussi se dit prêt à interpeller le gouvernement dans l'hémicycle à ce sujet.

www.ipreunion.com / [email protected]

   

9 Commentaire(s)

Tom, Posté
L'addiction au sucre est plus forte que la cocaÏne...ça fait du business...
Elodie1950 , depuis son mobile , Posté
Je confirme que les boissons sont trop sucrées... J'ai eu l'occasion de boire un verre d'orangina qui m'a été offert, imbuvable...
Jose, Posté
"qu'un certain nombre d'affirmations présentées dans l'article sont totalement erronées"Donc un nombre d'affirmations sont vraies, et dans quelle proportion.Goutez simplement la limonade pays, le Cola fait ici mais made in US, hyper sucré par rapport à celuis qu'on trouve en Métropole.Comme s'ils voulaient nous empoisonner, comme cette grande chaine de pâtisseries, avec qui notre brioche grossit au lieu de dorer, qui font des sandwichs chargés en mayonnaise.Je ne comprends pas ce besoin de vouloir nous empoisonner, moins de gras, moins de sucre, ça devrait leur couter moins cher, non '
Tom, Posté
Le sucre est la conséquence de la plupart des maladies de notre époque, supprimer le sucre de votre alimentation pratiqué un jeune intermittent (ne plus manger le matin, à appliquer progressivement...) et plus de 50% de nos maladies vont disparaitre. L'état ne communiquera jamais là dessus puisque une partie de l'économie risque de s'effondrer en faisant ces 2 choses simples... Réfléchissez
Disak napodi, Posté
Avec ce gouvernement ce qui est vrai le matin est faux l'après-midi . Qui peut encore comprendre quelque chose '
Pierrot974, Posté
La Réunion n'intéresse les gouvernements que pour s'y promener, aux frais de la princesse (c'est à dire nous).La santé des Réunionnais, les taux de sucre, les prix scandaleux des marchandises et de la nourriture, le taux de pauvreté au double de celui de la métropole, ils s'en tamponnent totalement.
Bayoun, Posté
Santé publique ' A plusieurs vitesses. On peut contraindre pour vacciner, voir empecher d'exercer sa profession ( et par la meme occasion ne plus subvenir au besoin de sa famille) mais etre EMPOISONNER par le sucre, c'est Toléré par les Autorités !!!!
Missouk, Posté
Jamais le Canard Enchaîné n'a raconté une seule contre-vérité! Toutes celles et ceux qui l'ont attaqué en justice ont perdu... Donc là, forcément, il va falloir que ces boîtes qui aiment rajouter du sucre se posent les vraies questions!
Boter en touche , Posté
Les produits à la Reunion sont vraiment trop sucrés.