Cinor :

Cyroi : visite au coeur de la recherche


Publié / Actualisé
A l'invitation du Cyroi, le Président de la Cinor, Maurice Gironcel, et ses collaborateurs ont effectué ce mercredi 31 mars 2021, une visite de travail particulièrement enrichissante au CYROI, plate-forme technologique de "recherche cogérée par le CHU de La Réunion, l'Université et la Cinor. Avec, bien sûr, un passage chez Torskal qui vient d'être à nouveau primée comme lauréate outre-mer du concours des "10 000 startups qui font avancer le monde" écrit l'intercommunalité dans un communiqué que nous publions ci-dessous (Photo Aix Coindevel/Cinor)
A l'invitation du Cyroi, le Président de la Cinor, Maurice Gironcel, et ses collaborateurs ont effectué ce mercredi 31 mars 2021, une visite de travail particulièrement enrichissante au CYROI, plate-forme technologique de "recherche cogérée par le CHU de La Réunion, l'Université et la Cinor. Avec, bien sûr, un passage chez Torskal qui vient d'être à nouveau primée comme lauréate outre-mer du concours des "10 000 startups qui font avancer le monde" écrit l'intercommunalité dans un communiqué que nous publions ci-dessous (Photo Aix Coindevel/Cinor)

"Cette visite, pilotée par Benjamin Thomas, Président du Cyroi et Vice-Président de la Cinor délégué en charge de la zone d’activité Technor et des équipements numériques, a débuté par la présentation de la start-up CBR au sein d'un laboratoire de chimie. Dirigée par un jeune docteur en chimie, Sébastien Benard, cette société -soutenue par l’incubateur de La Réunion- a pour objet l’étude phytochimique des cannabis sativa dans un objectif de recherche des propriétés thérapeutiques.

Deux autres arrêts ont permis la mise en exergue des projets Mazambron et Cafédiv par le docteur Laura Lallemand au sein du laboratoire de résonnance magnétique nucléaire ; et celle des projets MielOmic et BasComRun par le docteur Jimmy Chane-Ming au laboratoire Unité analytique.

Torskal développe une innovation potentiellement révolutionnaire

L'un des autres temps forts de cette matinée a été la rencontre avec la pépinière CB Tech, avec la présentation des entreprises EcoEx, Symbiotic et Torskal. L'attention s'est bien sûr portée sur Torskal qui vient d'être à nouveau primée, cette fois-ci par le journal la Tribune, comme lauréate outre-mer du concours des “10 000 startups qui font avancer le monde”. Ni plus ni moins. Le docteur en chimie Anne Laure Morel conçoit en effet des agents à visée diagnostique et thérapeutique pouvant constituer une alternative aux traitements conventionnels contre le cancer.
Torskal fabrique des nanoparticules d’oxyde métallique par chimie verte en valorisant la biodiversité locale, notamment l'ambaville et ses propriétés particulières, qui transformées, seraient capables de soigner la tumeur en une seule dose, sans effets secondaires.

Un essai clinique de phase 1 est prévu en 2021 pour cette innovation potentiellement révolutionnaire, dont les applications peuvent aussi s'étendre hors du domaine médical, notamment pour la cosmétologie.

EcoEx et Symbiotic :encore des innovations !

A EcoEx, la jeune chercheuse réunionnaise Emilie Vienne développe une plateforme mutualisée d’innovation axée sur les technologies d’éco-extraction. Son objectif est de favoriser la création de produits à haute valeur ajoutée dans les domaines alimentaires et non alimentaire. La société proposera à l’issu de sa phase d’émergence un éventail de technologies d’éco-extraction et de caractérisation physico-chimique des extraits naturels.

Pour sa part Symbiotic conçoit et développe un produit de lutte anti vectorielle innovant, respectueux de l’environnement et facilement délocalisable. La société utilise la biologie intrinsèque du vecteur, le moustique aedes albopictus, et de ses bactéries endosymbiotiques.

Le Cube, dédié aux biotechnologies

La Directrice scientifique du Cyroi, le Docteur Maya CESARI a présenté le projet de création d’une unité de formulation dont l’objectif est de répondre aux besoins des acteurs économiques réunionnais, afin de permettre la commercialisation de nouveaux produits " péi ". La visite a également permis de constater le degré d’avancement du projet CUBE, qui permettra d’accueillir jusqu’à 25 entreprises dans le domaine des biotechnologies.

Ce projet mené en partenariat avec le GIP Cyroi, mais aussi le pôle de compétitivité Qualitropic et l’Incubateur de La Réunion, illustre la volonté de la CINOR de promouvoir l’emploi sur son territoire, à travers l’émergence de nouveaux secteurs d’activité à forte valeur ajoutée.

Pour rappel, le GIP Cyroi (Groupement d’Intérêt Public Cyclotron Réunion Océan Indien) a ouvert fin 2008 avec vocation de CYROI de développer l’activité dans quatre domaines : la production d’un médicament radio pharmaceutique ; L’accueil d’unités et d’équipes de recherche et développement centrées autour de deux problématiques de santé; le soutien à l’innovation; l’activité de service concernant des équipements ou spécialités scientifiques et techniques uniques à La Réunion et/ou dans l’océan indien. Labellisé ISO 9001 – Satisfaction du client,le Cyroi réalise par ailleurs des prestations de services pour des équipes académiques ainsi que pour des entreprises locvales et est éligible aux prestations financées par le Crédit d’Impôt Recherche.

Le Cyroi en résumé

- 5 organismes nationaux présents sur site ( Université, CIRAD, IRD, CNRS, INSERM)
- Plus de 100 chercheurs
- Environ 20 doctorants en permanence
- Des projets de recherche faisant l’objet de nombreuses publications dans les revues internationales
- Plusieurs brevets annuels
- Des coopérations dans toute la Zone Océan Indien
- Des collaborations avec des équipes de tous les continents.
- 13 start-up en sciences du vivant sont hébergées au CYROI pour un taux de survie est de 92 %
- Il est une source majeure de recrutement et de débouchés pour les jeunes Docteurs réunionnais
- Il promeut un entreprenariat réunionnais de pointe
- Il s’insère dans l’écosystème réunionnais : incubateur de la Technopole, Pôle de compétitivité mais également
organismes de représentation socio-professionnels
- Il ambitionne d’être la tête de pont d’un " cluster " régional d’entreprises en biotech au sein de l’Océan Indien.

Des projets au service de la valorisation

Le GIP Cyroi a mis en place ses propres équipes de recherche en chimie organique, résonnance magnétique nucléaire, entomologie médicale, microbiologie, radio-chimie, imagerie moléculaire... Ces équipes sont impliquées dans des projets de recherche partenariaux. Quelques exemples :

- Mielomic : projet de caractérisation de l’ensemble des types de miel réunionnais en partenariat avec les apiculteurs professionnels, afin de poser les bases d’une certification type Indication Géographique Protégé,
- Mazambron : caractérisation des aloès endémiques de La Réunion à fin de valorisation cosmétique, en partenariat avec le Parc National, le conservatoire botanique des Mascareignes, l’Armeflhor, le CIRAD.
- CAFEDIV : caractérisation et valorisation d’une espèce endémique de café issu des forêts réunionnaise, le " café marron ", en partenarait avec le CIRAD, l’IRD et l’univesité de La Réunion
- APHLOI : étude phytochimique et valorisation des propriétés biologiques des feuilles d’Aphloia théiformis de La Réunion, en partenariat avec l’université des Comores
- BASCOMRUN : caractérisation des huiles essentielles d’un basilic spécifique de La Réunion
- NANOSCAFFOLD : Conception et validation des propriétés de nano-biomatériaux pour la réparation tissulaire, en partenariat avec l’Université de Maurice.
 
Quatre grands domaines d'activités

1) la production d’un médicament radio pharmaceutique : le 18FDG (fluorodesoxyglucose) est un radiotraceur de durée de vie courte, destiné à l’imagerie des cancers par tomographie à émission de positons (TEP). L’installation du cyclotron a permis, en 2019, d’éviter 3 000 évacuations sanitaires vers la métropole et contribué à renforcer le principe d’égalité des soins entre les patients de La Réunion et ceux de la métropole.

L’essor de l’imagerie par TEP se traduira, dans les années à venir, par la production de nouveaux radiotraceurs destinés à la neurologie ou aux pathologies vasculaires. Cette unité est également en mesure de répondre à la demande de fourniture de radiotraceurs pour l’Ile Maurice, lorsque Maurice aura fait l’acquisition de sa propre camera TEP.

2 ) la recherche en santé : L’accueil d’unités et d’équipes de recherche et développement est centré autour de
deux problématiques de santé : Les maladies infectieuses émergentes : l’Unité Mixte de Recherche PIMIT, Processus Infectieux en Milieu Insulaire Tropical, est spécialisée dans l’investigation des maladies infectieuses en particulier celles à potentiel épidémique dans la région Sud-Ouest de l’Océan Indien (SOOI).

Une équipe de l’UMR MIVEGEC (Maladies Infectieuses et Vecteurs : Ecologie, Génétique, Evolution et Contrôle) qui a pour mission de développer un système de régulation des populations de moustiques vecteurs de pathogènes Une équipe de l’UMR ASTRE, Animal Santé Territoire Risque écosystèmes qui vise à améliorer la prévention et le contrôle des maladies infectieuses animales et humaines dans l’océan Indien

Les maladies métaboliques chroniques : l’Unité Mixte de Recherche DéTROI, Diabète athérotrombose Thérapie Réunion Océan Indien, centrée sur l’étude des facteurs favorisant l’apparition du diabète de type 2, des complications vasculaires du diabète et sur l’utilisation des molécules protectrices issues de la biodiversité réunionnaise De plus, dans un contexte de hot-spot de la biodiversité, le Cyroi accueille des équipes, telle celle de l’association pour les plantes aromatiques et médicinales de l’outre-mer – Réunion, APLAMEDOM, qui réunit tisaneurs, planteurs scientifiques et pharmaciens autour de la connaissance, de la validation scientifique et de la valorisation des plantes médicinales de La Réunion.

De même que Le centre de recherche et de Valorisation des milieux aquatique, CITEB, qui assure des missions de Recherche et Développement orientées vers la valorisation de la biodiversité marine (microalgues, …), les biotoxines marines et l’étude des écosystèmes marins tropicaux.

3) le soutien à l’innovation : il se traduit par l’accueil d’une unité pour jeunes entreprises en pépinière d’entreprise. Ce dispositif fait l’objet d’un renfort considérable avec la mise en oeuvre d’une structure de type pépinière d’entreprise et hôtel d’entreprise en sciences du vivant, permettant l’accueil simultané de près de vingt start-up qui auront un accès au plateau technique : Le CUBE de la CINOR.

4) l’activité de service concernant des équipements ou spécialités scientifiques et techniques uniques à La Réunion et/ou dans l’océan indien, dont le coût d’exploitation impose une mutualisation de l’activité. La demande émane aussi bien d’équipes de recherche publiques, que de jeunes entreprises innovantes ou encore d’entreprises ou d’acteurs institutionnels ou privés de l’Océan Indien".

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !