Cinor :

Ensablement du port de Sainte-Marie : des travaux de dragage programmés sur deux ans


Publié / Actualisé
Pour faire face au phénomène d'ensablement répété du chenal du Port de Sainte-Marie, la Cinor vient de passer un marché visant au dragage du port et de ses abords, ainsi que son entretien régulier, durant 2 ans. Les premières interventions de pré désensablement du chenal sont prévues le 11 octobre 2021, préparant l'arrivée du "gros matériel", composé de 2 pompes de 700m3/h, et d'une barge. Pour rappel, des travaux ont été engagés depuis octobre 2018. Le montant total du chantier est estimé à19.635.254 euros H.T. Nous publions ci-dessous le communiqué de la Cinor (Photo Cinor)
Pour faire face au phénomène d'ensablement répété du chenal du Port de Sainte-Marie, la Cinor vient de passer un marché visant au dragage du port et de ses abords, ainsi que son entretien régulier, durant 2 ans. Les premières interventions de pré désensablement du chenal sont prévues le 11 octobre 2021, préparant l'arrivée du "gros matériel", composé de 2 pompes de 700m3/h, et d'une barge. Pour rappel, des travaux ont été engagés depuis octobre 2018. Le montant total du chantier est estimé à19.635.254 euros H.T. Nous publions ci-dessous le communiqué de la Cinor (Photo Cinor)

Conviés le 29 septembre 2021 au siège de la Cinor à une réunion d’échanges, les différents acteurs du port de pêche et de plaisance, le président de l’association des pêcheurs, les représentant du collectif des pêcheurs, des pêcheurs professionnels ainsi que de la SNSN, ont pu valider le dispositif présenté.

"Je tenais à échanger avec l'ensemble des acteurs d’abord sur la situation vécue, puis sur les propositions techniques engagées pour entamer cette première phase de pré-désensablement et définir avec eux les moyens et dates retenus pour la seconde phase de l’intervention”, explique Didier Gopal, 4ème vice-Président de la Cinor, en charge de l'aménagement du Port.

La date du 11 octobre 2021 marquera ainsi le début du désensablement du chenal avec les moyens existants (pompes hydrauliques et mécaniques) permettant l’ouverture du chenal afin de préparer l’arrivée du " gros matériel " composé de 2 pompes de 700m3/h et d’une barge, pour une série d’interventions conséquentes.
La durée estimative de ces premiers travaux de dragage est prévue sur 15 jours. Une signalétique ad-hoc sera mise en place pour délimiter les zones désensablées préparant à la sortie des bateaux. "Notre dispositif sera accompagné d'une réévaluation par levée bathymétrique qui sera réalisée de façon régulière afin de vérifier l’avancée du désensablement et programmer la réouverture du port".

Autre fait majeur, le marché passé par la Cinor pour permettre, sous son pilotage, le dragage du port et de ses abords, et de son entretien régulier, et qui s’étalera sur une durée de 2 ans. "Cette décision est rendue nécessaire suite à la répétition du phénomène et faisant suite aux nombreuses visites et rencontres concertées dans le port que j’ai menées avec les pêcheurs durant ces quatre mois écoulés ", explique l’élu délégué, sensible à la situation vécue par les Pêcheurs ayant dû faire face à période de fermeture du Port, débutée le 11 juin. Celle-ci intervenant sur recommandation de la Commission Nautique Locale, qui avait préconisée fortement d’interdire la circulation maritime dans le port et son chenal suite aux accidents répétés et ce jusqu’à ce que les conditions de sécurité soient rétablies de manière durable.

Aussi, pour répondre à l’impératif de sécurité publique et éviter la survenance d’accident, la CINOR, en sa qualité d’autorité investie du pouvoir de police portuaire, avait pris un arrêté de fermeture du port en date du 11 juin 2021.

"Durant toute cette période, nous n'avons pas chômé. Avec les équipes, et le groupement des pêcheurs, nous avons activement recherché des solutions techniques de dragage. Et je remercie l’ensemble des acteurs pour leur éclairage sur le sujet. Ces solutions seront adaptées à l’ampleur de l’ensablement et permettront une réouverture du port dans les conditions optimales de sécurité, autant pour les pêcheurs professionnels, les plaisanciers que pour les services de secours de l’aéroport Roland Garros" poursuit Didier Gopal.

Pour rappel, ensablée sous l’effet de la dérive littorale et un phénomène (mondial) de plus en plus fréquent de houles d’alizés, l’entrée du port de Sainte-Marie présente depuis deux ans une dangerosité avérée. Et les travaux de désensablement répétés réalisés jusqu'à présent, compte-tenu des moyens raisonnablement disponibles, ne suffisaient plus à maintenir une hauteur d’eau suffisante, empêchant les pêcheurs de circuler.

Pour le reste, ce phénomène d'ensablement ne doit pas faire oublier que les travaux maritimes et portuaires globaux, actuellement en cours, ne subissent pas de retard et sont en cours d’achèvement. "Nous restons dans les clous pour une livraison prévue courant 2022”, conclut optimiste Didier Gopal.

Pour rappel

• Le projet économique et touristique

Unique port de la région nord-est, le port de pêche et de plaisance de Sainte-Marie a été réalisé en 1996 lors de la construction de la piste " longue " de l’aéroport international Roland Garros. La gestion en avait été confiée à la commune de Sainte-Marie qui l’avait déléguée à la Chambre de Commerce et d’Industrie de La Réunion (CCIR) puis un arrêté préfectoral du 18 juin 2009 a transféré la compétence " gestion et extension du port de la Commune de Sainte-Marie à la CINOR ", autant pour ce qui relève de l’investissement que du fonctionnement.

Afin de dynamiser l’attractivité du port et de le transformer en un véritable pôle économique et touristique, la CINOR en collaboration avec la ville et les habitants de Sainte-Marie est en charge depuis 2018 d’un réaménagement et de l’extension du port valorisant une réelle opportunité d’accès à la mer sur la bassin Nord-Est.

• Les principaux objectifs de ce projet se déclinent comme suit :

- Augmenter la capacité d’accueil des navires à 337 unités (contre 180 précédemment) ;
- Améliorer les conditions de travail des activités professionnelles (pêcheurs) ;
- Améliorer les conditions de travail des activités de secours en mer (SNSM, pompiers de l’aéroport) ;
- Augmenter les services disponibles (avitaillement, aire de carénage, machine à glace, etc.) ;
- Faciliter les entrées-sorties du port (maintien du tirant du chenal d’accès, prolongement de la digue pour limiter l’ensablement du port) ;
- Créer un lieu de vie pour augmenter l’attractivité locale et touristique du port permettant de pérenniser le site et d’envisager ultérieurement un aménagement de l’arrière-port avec la création d’activités tournées vers la mer ;
- Un projet portuaire connecté avec les développements urbains et touristiques envisagés par la Commune et la CINOR en périphérie du port.

Cet espace d’une superficie de 4 à 5 hectares deviendra un incontournable lieu touristique de la région Nord proposant de nombreuses activités telles qu’une école de voile, de nouveaux commerces, des locaux dédiés aux activités de tourisme et de nombreux restaurants panoramiques (21 restaurants au lieu des 6 implantés auparavant).

• Le programme des travaux comprend notamment :

• l’extension de la digue Est (de 30 ml) pour réduire l’agitation dans le port suite à sa nouvelle configuration ;
• le dragage pour garantir l’accès au port et 2 mètres de tirant d’eau minimum dans les bassins ;
• le réaménagement du bassin existant ainsi que la création d’une nouvelle darse portant la capacité totale à environ 337 anneaux (pouvant différer en fonction du plan de mouillage effectif et de la taille des bateaux accueillis) ;
• la possibilité d’accueil de navettes de cabotage de croisiéristes, de relève d’équipage sur un quai " de cabotage"
• la création d’une aire dédiée pour accueillir une station mobile d’avitaillement en carburant ;
• l’aménagement d’une zone de carénage équipée d’un dispositif de traitement des eaux et d’une déchetterie pour ancrer le port dans une démarche exemplaire de port propre ;
• la modernisation des équipements portuaires existants (éclairage, eau et électricité, télécom)
• la création d’une structure dédiée à la pêche professionnelle comprenant des locaux fermés pour la préparation et la conservation des produits de la pêche, un hall de vente de poissons frais couvert et des box de stockage pour les pêcheurs ;
• la création d’un " front bâti " d’environ 2 000 m² pour l’accueil d’activités commerciales en lien avec le port, de commerces de restauration, de la capitainerie, d’une antenne de l’Office de tourisme intercommunal ;
• la création d’un nouveau parking public de 200 places en contre-haut du projet (hors marché conception réalisation) en vue d’accueillir le public du sentier littoral et des installations portuaires).

   

4 Commentaire(s)

Pêcheur, Posté
Je vois que Cinor prend ce problème à c'ur. C est un bel ouvrage qui n a rien à voir avec la nrl. On attend avec impatience car la belle saison arrive. Mieux valait préserver des vies que faire n'importe quoi.
JujuNord, depuis son mobile , Posté
La CINOR en lien avec la commune de Ste Marie doit s'engager sur une livraison : courant 2022 est trop vague et laisse l'impression d'un navire Cinor se laissant porter au gré des vents... En tant qu'habitants de la Cinor et de Ste Marie , le nouveau Port de Ste Marie doit être rendu aux pêcheurs , professionnels et habitants !
Pierrot974, Posté
Le chantier du port de Sainte-Marie ressemble de plus en plus à celui de NRL. Sera-t-il terminé un jour, depuis le temps que les travaux durent '
Triste commune , Posté
A l'image de la commune en grande difficulté. Il faut des personnes compétentes au pouvoir.