Premier téléphérique des Outre-mer :

Saint-Denis : Papang a déjà fait voler plusieurs milliers de personnes


Publié / Actualisé
Papang a déployé ses ailes le mardi 15 mars. C'est le premier téléphérique ultra-marin, un projet conduit par la Cinor pour rejoindre Bois-de-Nèfles au Chaudron par les airs en seulement 15 minutes. L'intercommunalité s'attend à transporter 6.000 passagers par jour. Les travaux ont couté 54 millions d'euros dont 16 millions financés par des fonds européen. Premier constat, Papang i ral domoun : Citalis a déjà enregistré plusieurs milliers d'entrées depuis la mise en service. Ce n'est pas encore votre cas ? Installez-vous confortablement, on vous embarque pour un voyage en images. (Photo : rb/www.ipreunion.com)
Papang a déployé ses ailes le mardi 15 mars. C'est le premier téléphérique ultra-marin, un projet conduit par la Cinor pour rejoindre Bois-de-Nèfles au Chaudron par les airs en seulement 15 minutes. L'intercommunalité s'attend à transporter 6.000 passagers par jour. Les travaux ont couté 54 millions d'euros dont 16 millions financés par des fonds européen. Premier constat, Papang i ral domoun : Citalis a déjà enregistré plusieurs milliers d'entrées depuis la mise en service. Ce n'est pas encore votre cas ? Installez-vous confortablement, on vous embarque pour un voyage en images. (Photo : rb/www.ipreunion.com)

Papang, 1er téléphérique urbain des outre-mer est désormais en service. De Bois-de-Nèfles au Chaudron 46 cabines toutes les 34 secondes qui desservent le réseau. Elles pourront accueillir jusqu’à 10 personnes qu’elles soient en mobilité réduite, à vélo ou avec une poussette. Citalis, le réseau de transport de la Cinor a enregistré plus de 5.000 entrées sur Papang pour la seule journée du mercredi 16 mars.

En octobre 2021 la ville de Saint-Denis et la Cinor ont invité la population à voter pour leur nom préféré et baptisé le réseau. Les votants et personnes intéressées pouvaient également proposer d’autres noms. L’intercommunalité a reçu alors 80 propositions et en a retenu que 10.  3.000 personnes ont voté pour le nom du téléphérique alors nommé Papang. Les Dionysiennes et Dionysiens pourront l’utiliser de 6h à 20h pour un prix d’un euro seulement. Un ticket de bus sera valable sur le réseau du téléphérique.

- "J'ai eu une impression de sécurité" -

Lors de l’inauguration de Papang ce mardi, Ericka Bareigts, maire de Saint-Denis, le préfet Jacques Billant, Maurice Gironcel président de la Cinor et Patrice Boulevart de la Région Réunion ont pu monter à bord d’une des cabines. L'édile raconte son expérience à bord de la cabine de Papang. "J'ai eu une impression de sécurité, on sent que c'est du solide, du sérieux, tout a été vérifié". Regardez

Après être monté dans une des cabines au terminus de Bois-de-Nèfles, nous prenons de la hauteur en direction de Bancoul avec une vue imprenable sur Saint-Denis, sur la Montagne, le parc de la Trinité, en passant par des quartiers comme le Butor, le Chaudron jusqu'à l'aéroport Roland Garros. En 15 minutes de trajet, les sensations peuvent être très différentes : euphorie en partant de Bois-De-Nèfles devant un paysage magnifique avant d'arriver à la station Bancoul en passant au-dessus du lycée Memona Hintermann-Affejee.

En prenant à nouveau de l'altitude pour aller en direction de la station Moufia, le paysage est tout aussi impressionnant. Les cabines peuvent parfois s'arrêter quelques secondes quand il y a trop de vent et repartir dès qu'il s'affaiblit. C'est un système de capteurs installés sur les pylônes qui permet d'évaluer leur intensité. Imaz Press a pu se rendre dans l'une des cabines de Papang et vous fait découvrir le paysage dyonisien à son bord. Regardez

- "Tout le monde sera content" -

Les cinq stations de Bois-de-Nèfles jusqu’au Chaudron en passant par Bancoul, le Moufia et Campus desservent une ligne de 2,7km, en seulement 15 minutes, un moyen beaucoup plus rapide que le bus, éco-responsable et qui permet d’éviter les embouteillages. Les cinq quartiers accueillant chacun une station ont été réaménagés, végétalisés et rendus plus animés. Des places de parking ont été créées et sont mises à la disposition des usagers. La Dionysienne Cathy Vahiti se réjouit de Papang. "Moi je dis qu’il faut essayer le téléphérique, c’est quelque chose de bien, on va aller plus vite, on aura moins d’embouteillage et tout le monde sera content". Ecoutez.

Direction la station Moufia à bord de Papang. Après avoir fait un arrêt à Bancoul, nous prenons de nouveau de l'altitude. Le téléphérique est un moyen de transport très silencieux, et nous permet donc d'apprécier la vue avec la mélodie du vent. Le paysage lui est tout aussi impressionnant qu'au départ de Bois-de-Nèfles avec une vue incroyable sur le quartier du Moufia en premier plan, la Pyramide inversée, siège de la Région Réunion, le quartier du Chaudron au loin et le front de mer de Saint-Denis au dernier plan.

- Des sensations différentes -

Après s'être arrêté à la station du Moufia,  nous avons fait le chemin inverse en direction du terminus Bois-de-Nèfles. Les sensations sont très différentes en direction du Chaudron et de Bois-de-Nèfles. Nous sommes portés par le vent dans le sens montant alors qu'en direction du Chaudron il nous pousse. Des sensations et impressions à expérimenter soi-même pour une meilleure expérience. Regardez

Imaz Press a pu rencontrer Jean Dalleau conducteur sur le réseau Papang et Simon Cerveaux, technicien de maintenance sur le réseau téléphérique. "Mon rôle sur cette installation c'est de gérer l'ensemble des stations, on a cinq stations, moi je suis à celle de Moufia" explique Jean Dalleau. Regardez.

"J'assure le bon fonctionnement du téléphérique, éviter les pannes, vérifier que le système puisse tourner sans problème" indique Simon Cerveaux. Ecoutez

Pour celles et ceux en quête de sensations, les lives à bord du Papang sont disponibles ici. Mais pour une expérience complète, nous vous conseillons de vous rendre à bord du téléphérique. Pour rappel le ticket ne coûte qu'un euro. 

Lire aussi - Téléphérique à Saint-Denis : le Papang déploie ses ailes

Un deuxième projet de téléphérique devrait voir le jour en 2023, reliant le quartier de Bellepierre à celui de la Montagne. Cette ligne de 1,3 km sera reliée par deux stations connectées au réseau de transport public Citalis et au futur réseau régional de transport (RRTG) qui doit emprunter le Boulevard Sud, entre l’Est et l’Ouest de la ville de Saint-Denis. La seconde station sera érigée au-dessus du belvédère de la Vigie à La Montagne.

Lire aussi – Téléphérique : un deuxième projet entre Bellepierre et la Montagne

vl/www.ipreunion.com / [email protected]

   

6 Commentaire(s)

Marcpayet10, Posté
Sur cette zone urbaine il y a déjà les bus et mettre 50millions pour ça c'est du gâchis de toute façon quelle est son utilité '
Aux oiseaux de mauvais augure , Posté
C'est un service, " service public ". A force de chercher des poux ailleurs, concentrez vous sur vous et devenez meilleurs. Ne soyez pas aigris.
Très belle réussite , Posté
Une très belle réussite. Bravo !
5000 personnes mais combien de chiffres d'affaires ', Posté
Il y a derrière toute entreprise un besoin de rentabilité !Existe-t-il ici'
Begeue, depuis son mobile , Posté
Inutile / coûteux / jouet politique
Funny , Posté
C pas un manège sa c un moyen de transport pour les vieilles personnes mi les sûrs n'a rienk jeune i monte i descend ds papang et band vieux moune obliger coke à patte pou descendre ds la ville