Projet expérimental :

Cinor : des filets pour lutter contre les déchets marins


Publié / Actualisé
Ce mardi 26 avril 2022, la Cinor ainsi que trois communes de l'île : Saint-Denis, Sainte-Suzanne et Sainte-Marie, se sont engagées pour lutter contre la pollution marine. Pour ce faire, une convention a été signée avec l'APPMARN. L'objectif, piéger les déchets avant qu'ils n'arrivent en mer. Le premier des quatre filets a été posé ce matin sur le site de La Marine à Sainte-Suzanne. Nous publions ci-dessus le communiqué de l'intercommunalité (Photo : Cinor)
Ce mardi 26 avril 2022, la Cinor ainsi que trois communes de l'île : Saint-Denis, Sainte-Suzanne et Sainte-Marie, se sont engagées pour lutter contre la pollution marine. Pour ce faire, une convention a été signée avec l'APPMARN. L'objectif, piéger les déchets avant qu'ils n'arrivent en mer. Le premier des quatre filets a été posé ce matin sur le site de La Marine à Sainte-Suzanne. Nous publions ci-dessus le communiqué de l'intercommunalité (Photo : Cinor)

Ces filets anti-pollution sont installés sur quatre sites différents :

- Sortie d’eau pluviale en face de l’école Ylang Ylang sur le Bas de la Rivière Saint-Denis
- Sortie d’eau pluviale de la passerelle de la Fraternité sur le Bas de la Rivière Saint-Denis
- Sortie d’eau pluviale sur la Rivière Sainte-Marie, à proximité du Poste de police municipale
- Sortie d’eau pluviale à Sainte Suzanne rue du 20 décembre

Une fois par semaine, un agent passera pour faire un rapport de l’évolution du remplissage du filet. "Le processus à l’enlèvement des déchets se fera une fois par mois qui seront ensuite acheminés au centre de transit à la Jamaïque pour y être pesés et ramenés au siège de l’association pour le tri et la pesée par catégorie. La dernière étape est donc le recyclage. Ce projet a pour but de générer activité, emploi et développement", explique la CINOR dans son communiqué.

- Piéger les déchets avant d’atteindre la mer -

Ce projet expérimental est une première à La Réunion. Il consiste à mettre en place des filets en fin de réseaux d’eaux pluviales pour capter les déchets solides avant qu’ils n’atteignent la mer. "Ces déchets qui arrivent trop souvent directement en mer occasionnent de terribles accidents sur la faune et la flore marine et ont été en amont jetés dans nos ravines par d’inconscients pollueurs", indique Maurice Gironcel, président de la CINOR.

"Vous l’aurez compris, la CINOR, en complément de ses actions sur la  prévention, la sensibilisation sur le tri et la valorisation des déchets, la  répression et la verbalisation des pollueurs, nous mobilisons aussi nos  efforts à des actions correctives, telles que la pose de filets anti-pollution  en sortie d’eaux pluviales  Avec ces premiers filets antipollution, et pour reprendre une légende bien connue, je fais le vœu que nous voyons surgir sur notre territoire des colibris, qui chaque jour viendra apporter leur goutte d’eau à la lutte contre le réchauffement climatique, et toute leur part à cet effort collectif à l’image de la CINOR ce matin", a-t-il ajouté.

- Un projet sur deux ans -

Ce projet sera expérimenté pendant deux ans. À l’issue de ces deux années, et s’il s’avère que le projet est fiable, la CINOR proposera d’équiper d’autres sorties d’eaux pluviales de ces dispositifs sur son territoire.

"Parallèlement, il sera examiné la possibilité de créer une nouvelle filière locale génératrice d'emplois pour la fabrication et l’entretien de ces filets. Comme il s’agit d’une expérimentation, durant les 2 ans, une réflexion sera menée avec les associations de pêcheurs susceptibles pour la mise en place de cette filière à la Réunion. Un comité technique se réunira tous les trimestres pour faire le point sur les résultats obtenus. Un comité de pilotage se réunira par la suite pour orienter le reste de l’étude, prendre des décisions au vu des résultats du comité technique", indique la Cinor.

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !