Conseil général - Assemblée plénière :

Un budget primitif 2014 toujours contraint


Publié / Actualisé
Ce mardi 10 décembre 2013, le budget primitif 2014 du Département sera soumis au vote des conseillers généraux. Un vote qui, selon Nassimah Dindar, présidente du conseil général, lors de la présentation des principales lignes de l'assemblée plénière du lendemain, correspond à la première année de baisse des dotations de l'État "au détriment du conseil général et des populations les plus précaires". Qualifié encore une fois de contraint par la collectivité, le budget primitif s'élève pour l'exercice 2014 à 1,496 milliard d'euros.
Ce mardi 10 décembre 2013, le budget primitif 2014 du Département sera soumis au vote des conseillers généraux. Un vote qui, selon Nassimah Dindar, présidente du conseil général, lors de la présentation des principales lignes de l'assemblée plénière du lendemain, correspond à la première année de baisse des dotations de l'État "au détriment du conseil général et des populations les plus précaires". Qualifié encore une fois de contraint par la collectivité, le budget primitif s'élève pour l'exercice 2014 à 1,496 milliard d'euros.

Ainsi, pour l’exercice 2014, ce budget primitif comprend 110 millions d’euros d’investissements et 1,342 milliard d’euros de fonctionnement, dont 695 millions pour les allocations de solidarité, soit 52%. Un budget, selon Nassimah Dindar, en hausse de 0,9% mais derrière lequel se cache une réduction drastique des marges de manœuvre de la collectivité et une hausse des dépenses de solidarité.

Hors allocations de solidarité, cette dernière constate, en effet, une diminution de 4% par rapport à 2013. Par ailleurs, entre le budget primitif de l’an dernier et celui de 2014, l’augmentation des dépenses des allocations individuelles de solidarité s’élève à 47 millions d’euros, à la charge du Département, quand l’écart de compensation annuel de ces aides passe de 5 millions d’euros en 2002 à 214 millions d’euros en 2014.

Malgré les annonces de l’État de mettre en place à compter de 2014 des ressources pérennes permettant de faire face au financement de ces allocations, la collectivité estime que les recettes nouvelles prévues par le projet de loi de finances, à savoir la mise en place d’un fonds de compensation, alimenté par les frais de gestion de la taxe foncière sur les propriétés bâties et le déplafonnement des droits de mutations à titre onéreux, sont "insuffisants", devant lui rapporter environ 28 millions, soit moins 15% du reste à charge pour 2014.

"Dans ce contexte, l’équilibre budgétaire a été difficile à atteindre. Nous avons dû stabiliser, voire diminuer les frais d’administration générale, redimensionner les dépenses d’investissements ou baisser certaines dépenses facultatives, dont les subventions aux associations", a indiqué Bachil Valy, vice-président du conseil général délégué au budget. . "Nous avons plus de marges de manœuvre avec moins de moyens. Ce n’est plus un effet ciseaux, mais une tondeuse", a-t-il conclu.

L’assemblée plénière démarrera à partir de 9 heures ce mardi.

À noter qu’en marge de la présentation du budget primitif 2014, Nassimah Dindar a tenu à réagir sur le projet de découpage cantonal. Un projet qu’elle ne votera pas lors d’une assemblée plénière, qui se déroulera en présence du préfet Jean-Luc Marx, le jeudi 10 décembre, estimant qu’il est "en inéquation avec le découpage de La Réunion" et ne "correspond pas au vécu de la population".

"Ce projet privilégie des axes urbains au détriment des zones rurales. Des petites villes se retrouvent bouffées. C’est l’incompréhension. Des communautés d’agglomérations ont été instaurées. Or, le découpage communautaire ne correspond pas à celui des cantons. À titre d’exemple, Sainte-Suzanne qui fait partie de la CINOR se retrouvera dans la CIREST", a-t-elle souligné. "Cette réforme est louable mais une chatte ne retrouverait pas ses petits là dedans. Dans cette révision soumise par avis, les premiers concernés sont les derniers informés", a, pour sa part, commenté Emmanuel Hoarau, conseiller général du 8ème canton de Saint-Denis.

www.ipreunion.com

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !