Nassimah Dindar présente ses voeux à la presse :

"Je veux une vision pour La Réunion"


Publié / Actualisé
La présidente du conseil général Nassimah Dindar a présenté ses voeux à la presse ce jeudi 30 janvier 2014. L'occasion, pour cette dernière de rappeler que "la collectivité départementale subit de plein fouet les conséquences de l'énorme dette budgétaire de notre pays et de sa puissance atone". Elle a aussi fait part de son souhait "d'avoir une vision, non pas seulement pour l'action du conseil général, mais aussi pour La Réunion".
La présidente du conseil général Nassimah Dindar a présenté ses voeux à la presse ce jeudi 30 janvier 2014. L'occasion, pour cette dernière de rappeler que "la collectivité départementale subit de plein fouet les conséquences de l'énorme dette budgétaire de notre pays et de sa puissance atone". Elle a aussi fait part de son souhait "d'avoir une vision, non pas seulement pour l'action du conseil général, mais aussi pour La Réunion".

En effet, selon Nassimah Dindar, "la conjugaison de l’augmentation du chômage et des efforts de réduction de la dette publique amène la collectivité à traiter des situations sociales individuelles, de plus en plus nombreuses et dramatiques". "Nous subissons de plein fouet la baisse de nos dotations et l’augmentation des dépenses sociales. C’est une réalité quotidienne, de plus en plus pesante, qui va peser lourdement sur l’évolution de nos politiques publiques", a-t-elle déclaré.

Disant être "actuellement dans le ciblage d’un parcours qui mène de l’insertion sociale à l’insertion économique", notamment par le rattrapage de l’apprentissage, de la mobilité, l’insertion ou encore l’amélioration du cadre de vie, la présidente du Département a noté qu’"aujourd’hui plus que jamais, la réflexion est à l’approfondissement de cette logique de parcours, à l’évolution de la pertinence de nos politiques publiques et à plus de rigueur et d’économie". "Même si cela doit mécontenter certains de nos partenaires que je ne peux renvoyer vers l’État dont la responsabilité sur dégradation de finances est incontestable",  a-t-elle ajouté.

Par ailleurs, Nassimah Dindar a dit également réfléchir "à ce que doit être une bonne réforme territoriale". "Si nous n’en proposons pas, nous aurons tort", a-t-elle précisé, indiquant "être plus que jamais capable de dépasser les clivages politiques, si cela profite à La Réunion".

Enfin, la présidente du conseil général a appelé à la responsabilité du citoyen réunionnais, "qui doit s’engager encore plus". "Sans valeurs communes, nous ne pouvons pas préserver le lien social", a-t-elle conclu.

www.ipreunion.com

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !