La nouvelle carte a été publiée au Journal Officiel :

La Réunion redécoupée en 25 cantons


Publié / Actualisé
C'est désormais officiel, La Réunion compte désormais 25 cantons au lieu de 49, le décret actant cette nouvelle carte cantonale ayant été publié au Journal Officiel. Le nombre de conseillers généraux restera toutefois quasiment le même puisque qu'il y aura deux élus par canton, un homme et une femme. Ce redécoupage est toutefois loin de faire l'unanimité. Débattu le 12 décembre dernier au conseil général, les élus départementaux s'y étaient opposés à une très grande majorité, dénonçant un "charcutage électoraliste" menaçant les territoires ruraux et les petites communes.
C'est désormais officiel, La Réunion compte désormais 25 cantons au lieu de 49, le décret actant cette nouvelle carte cantonale ayant été publié au Journal Officiel. Le nombre de conseillers généraux restera toutefois quasiment le même puisque qu'il y aura deux élus par canton, un homme et une femme. Ce redécoupage est toutefois loin de faire l'unanimité. Débattu le 12 décembre dernier au conseil général, les élus départementaux s'y étaient opposés à une très grande majorité, dénonçant un "charcutage électoraliste" menaçant les territoires ruraux et les petites communes.

Le jeudi 12 décembre 2013, la séance plénière du conseil général s’était ouverte d’une manière assez insolite. Au nom de l’association des communes rurales, six conseillers généraux étaient restés debout pendant les 20 premières minutes pour signifier leur désaccord quant au projet de redécoupage cantonal. Ils s'étaient fait là les porte-voix d’une grande majorité de leurs collègues, puisque les élus départementaux – dont l’avis n’était que purement consultatif – avaient désapprouvé le projet de décret avec 27 voix contre et seulement 4 voix pour.

Ce jeudi 27 février 2014, le décret a pourtant bel et bien été publié au Journal Officiel, actant ainsi le redécoupage portant le nombre de cantons réunionnais à 25 au lieu de 49, avec deux élus par canton, un homme et une femme. "C’est pour établir l’égalité que cette loi a été adoptée, avec des exigences de parité, de rééquilibrage démographique et de proximité des élus", avait souligné à l’époque le secrétaire général de la préfecture, Xavier Brunetière, défendant le texte devant les conseillers généraux.

Mais pour ces derniers, "cette carte a été clairement réalisée en fonction d’intérêts électoraux" et "fait une victime, le monde rural", comme l’avait affirmé Stéphane Fouassin, maire et conseiller général de Salazie. Dans un communiqué publié ce jeudi, la présidente du conseil général Nassimah Dindar a de son côté dénoncé un découpage "injuste et absurde".

www.ipreunion.com

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !