Tarifs pour les locaux, site Booking.re, réseaux sociaux... :

"Ansamn face à la crise" : une feuille de route pour relancer le tourisme péi


Publié / Actualisé
La Fédération réunionnaise de tourisme, les Offices de tourisme intercommunaux et le TCO ont organisé ce vendredi 27 novembre 2020 les Rencontres professionnelles du tourisme réunionnais à Tamarun. L'occasion pour les professionnels du tourisme d'échanger entre eux sur les nouvelles actions à développer pour se remettre de la crise Covid, qui a très durement impacté leur secteur. Parmi les propositions phares : mettre en place des tarifs spéciaux pour les locaux et créer un site Booking.re. (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)
La Fédération réunionnaise de tourisme, les Offices de tourisme intercommunaux et le TCO ont organisé ce vendredi 27 novembre 2020 les Rencontres professionnelles du tourisme réunionnais à Tamarun. L'occasion pour les professionnels du tourisme d'échanger entre eux sur les nouvelles actions à développer pour se remettre de la crise Covid, qui a très durement impacté leur secteur. Parmi les propositions phares : mettre en place des tarifs spéciaux pour les locaux et créer un site Booking.re. (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)

Après plusieurs ateliers et des débats animés, place à la restitution. Ce vendredi 27 novembre 2020, les professionnels du tourisme à La Réunion ont échangé sous la bannière "Ansamn face à la crise". Quatre thématiques ont été abordées : les produits et les services, le développement des ventes, la formation et les aides économiques. Objectif : lancer une démarche collective pour se réinventer, dans ce contexte de crise sanitaire et économique.

Quels que soient les métiers précis de ces professionnels, les freins sont souvent les mêmes : mille-feuilles administratif à la Française trop contraignant, difficultés de budgets et de financement, manque de communication, mauvaise connaissance de la clientèle locale et difficultés techniques (maîtrise des outils, réseaux sociaux, ou problèmes de connexion pour les formations).

Face à ces problèmes, des pistes d'abord, à commencer par une meilleure appréhension des touristes locaux. Pour ça, une proposition : communiquer davantage en créole, dans les spots, les affiches publicitaires, les flyers distribués par les prestataires. Pour les professionnels du tourisme, un axe majeur également : développer un réseau d'entraide et passer outre les problèmes de jalousie entre prestataires. Le développement des réseaux sociaux est un point d'appui crucial pour les professionnels, qui sont demandeurs et attendent notamment une meilleure formation sur le sujet.

Des pistes plus spécifiques ont été proposées, comme le développement du "woofing" qui consiste à travailler gratuitement dans une ferme, chez un maraîcher, ou un particulier qui effectue des travaux multiples... Le tout blanchi, nourri et logé. Les aires de repos pourraient également être diversifiées, notamment sur des terrains privés.

Sur la question des tarifs, il a été proposé de mettre en place comme cela se fait par exemple sur l'île Maurice un tarif spécial pour les locaux, plus bas que pour les extérieurs, afin de permettre aux Réunionnais de se réapproprier leur territoire. Des promotions pourraient également être proposées plus régulièrement en fonction des secteurs, tout en étant directement ciblées vers des publics comme les scolaires ou les comités d'entreprise… Dans cette même veine, des professionnels du tourisme aimeraient voir naître un "Booking.re" (dérivé péi du site Booking, spécialisé dans la réservation de séjours, hôtels et chambres d'hôtes).

mm / www.ipreunion.com / [email protected]

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !