Nouveau renforcement des restrictions dès ce vendredi (actualisé) :

Tout le monde chez soi à 18 heures


Publié / Actualisé
La Réunion a cru y échapper mais la menace du couvre-feu renforcé s'est concrétisée : le préfet Jacques Billant a annoncé ce mardi 2 mars 2021 un couvre-feu avancé à 18h et ce à compter de vendredi. Alors que le taux d'incidence de l'île est de 104 pour 100.000 habitants, la décision des autorités sanitaires se justifie par une quasi saturation de la capacité hospitalière et l'arrivée des vacances scolaires. (Photo rb/www.ipreunion.com)
La Réunion a cru y échapper mais la menace du couvre-feu renforcé s'est concrétisée : le préfet Jacques Billant a annoncé ce mardi 2 mars 2021 un couvre-feu avancé à 18h et ce à compter de vendredi. Alors que le taux d'incidence de l'île est de 104 pour 100.000 habitants, la décision des autorités sanitaires se justifie par une quasi saturation de la capacité hospitalière et l'arrivée des vacances scolaires. (Photo rb/www.ipreunion.com)

C'est officiel, le couvre-feu est durci à La Réunion. Généralisé sur tout le département mardi 23 février, de 22h à 5h, il passe à 18h. Une mesure qui entrera en vigueur ce vendredi 5 mars. Comme pour le couvre-feu actuel, des dérogations seront possibles à condition de présenter un motif valable et une attestation de déplacement.

Le seuil fixé par le préfet lui-même n'est pourtant pas atteint. Avec un taux d'incidence de 104 pour 100.000 habitants – bien qu'il soit situé entre 100 et 150 dans sept communes –, la barre des 125 est loin d'être franchie. Pour autant, Jacques Billant l'a clairement indiqué : il souhaite éviter une "saturation de la capacité hospitalière", alors que le taux d'occupation des lits en réanimation est de 90%, selon l'ARS. Sa directrice, Martine Ladoucette, l'a confirmé : la capacité "ultime" de 122 lits n'ira pas plus loin.

A l'aube des vacances scolaires, qui commenceront de fait en même temps que la mise en place du couvre-feu renforcé, la préfecture sert donc la vis. Objectif selon Jacques Billant : "éviter le mur du confinement".

- Évacuations sanitaires vers la Métropole -

Face à cette situation hospitalière sous tension, une opération "sans précédent" reconnaît Martine Ladoucette : l'évacuation sanitaire de quatre patients vers la Métropole, comme l'avait révélé Imaz Press dans l'après-midi. Le dispositif, à l'initiative du ministère de la Santé, s'annonce "éprouvant" et ne va "pas de soi" reconnaît l'agence régionale de santé. L'évacuation sera assistée par le Samu de Paris pour gérer l'arrivée de ces malades, actuellement en service de réanimation, qui sont aussi bien Mahorais que Réunionnais. Leur déploiement sur les hôpitaux d'Ile-de-France ou d'ailleurs sera ensuite fixé par le ministère.

Consciente de la difficulté de telles opérations, Martine Ladoucette a indiqué que le but est bien "de les éviter le plus possible".

Par ailleurs, le préfet a assuré que les evasan de Mayotte vers La Réunion "ont déjà ralenti" et le seront encore plus "pour permettre au système de santé de se concentrer sur la situation épidémique locale". Pour autant, la solidarité régionale auprès de nos voisins mahorais "incontournable, indispensable" a insisté la directrice de l'ARS.

- Le variant sud-africain bien installé -

Autre source d'inquiétude pour les autorités : la présence du variant sud-africain. Selon les derniers tests de criblage – une nouvelle méthode qui permet depuis plus d'une semaine d'analyser la présence des variants chez les nouveaux cas positifs – le variant représente "plus de 60% des cas" a révélé le préfet Jacques Billant. Un taux qui entraîne, de fait, une plus grande propagation du virus en raison de la grande contagiosité du variant. 850 nouveaux cas Covid-19 ont été enregistrés sur une semaine à La Réunion.

Autre indicateur préoccupant : le taux de reproductibilité, aussi appelé "R0". Celui-ci est supérieur à 1 à La Réunion, ce qui signifie qu'une personne malade en contamine une autre. L'ARS constate aussi une proportion en hausse de cas contacts devenus cas contaminés : plus d'un contaminé sur trois est un ancien cas contact. "Une tendance nouvelle qui doit nous préoccuper" a noté Martine Ladoucette.

Au-delà des traditionnels gestes barrières à entretenir, les autorités insistent sur le nécessaire "recours à la vaccination". A ce jour, 17.500 personnes ont été vaccinées dont plus de 3.000 ont reçu la deuxième dose. Ce mercredi 3 mars, la vaccination s'ouvre à de nouveaux publics : toute personne âgée de 60 à 75 ans ayant certaines pathologies à risque à commencer par le diabète, et les professionnels de santé intervenant auprès des personnes vulnérables.

mm/www.ipreunion.com / [email protected]

   

11 Commentaire(s)

Mékoué, Posté
Couvre -feu à 18h ?Citoyen en colère parfaitement identifiable malgré le pseudonyme utilisé plus par protection de ses proches que par peur des propos employés ci-après. Jusqu'à quand vous vous servirez ainsi des lois pour imposer une " dictature politico sanitaire ", qui de plus a démontré sa totale inefficacité sanitaire depuis pratiquement un an ? En effet, il y a déjà plus de 80 000 décès COVID, si évidement les chiffres ne sont pas " majorés " pour les besoins de la cause, (comparativement 42 000 décès en 1969 pandémie grippe Hongkong, sans avoir imposé à la population une protection particulière), s'ajoute de plus la ruine du Pays, cette double peine, à quoi devrait-elle servir, d'autant que notre Christine, n'entend pas éponger la dette COVID ?Hauts responsables (Présidents, Préfets, Maires, Parlementaires, Conseillers sanitairesâ?|) soit c'est par : zèle ; peur ; incompétence ; intéressement ; soumission, que vous avez agis jusqu'à présent, maintenant cela suffit, il vous faut stopper net avec cette pratique du déni de démocratie et surtout de ce " non-sens " des directives. Vous n'avez pas le droit de transiger avec la Liberté du Citoyen dont vous êtes, à ne pas oublier, que les domestiques. Il se peut que certains croient agir en toute bonne foi, suite à l'attitude persuasive d'une minorité se croyant détentrice de la science infuse, toutefois en consultant les annales on peut constater qu'une pandémie, opère comme tous phénomènes naturelles (cyclones ; tremblements de terre, rémissions de maladieâ?|), ils arrivent et disparaissent sans qu'on puisse, nous humains, y faire grand-chose, à part repartir obligatoire après coup.Tom Jefferson Prof chercheur épidémiologiste à OXFORD (comme bien d'autre), déclare que le virus est partout et on ne sait pas ce qui " l'enflamme ", à un moment donné ... Maintenant tenter de s'opposer à la " contamination virale pour immunisation naturelle " du plus grand nombre comme par le passé, n'est-ce pas aussi et ainsi faire perdurer le fléau ? Cette probabilité interrogative équivaut bien la posture officielle qui : " espère bien en l'efficacité (sans garantie) des directives imposées". Évitons de prendre nos aïeux, quand ils avaient à affronter ce type de situation, pour des idiots, même si les neutrons, protons de l'époque sont dépassés, et qu'il nous faut parler maintenant de " Hadrons " ?! Avancée scientifique ou pas la durée du jour demeure inchangée et quel que soit le bataillon de médecins, la mort " au moment voulue " devra toujours conserver le dernier mot : de ce fait, " ne plus vivre par peur de mourir ", ne peut qu'être conseillé mais en aucun cas imposé?| " Science sans conscience?| " ?!L'élixir d'éternité, n'étant pas encore, pour tout de suite, Y a urgence à mettre un terme à la " fantaisie ". Si la médecine parvient à mieux soulager les douleurs corporelles, personne ne détient un quelconque pouvoir de " Guérison, " autrement aucun individu hospitalisé ne devrait mourir.
Zourite, Posté
prétendre que l'arrivée de 200 000 passagers en decembre et janvier ,n'est pour rien dans l'emballement de l'épidémie ,c'est vraiment nous prendre pour des imbéciles !! et rendre la population responsable est honteux !!nous savions tous que celà se terminerait ainsi ,sauf le prefet et Ladoucette ????maintenant ,on va nous cloitrer à 18 h ,juste au moment ou on peut sortir prendre le frais ...
Maurice meilleur que nous, Posté
Encore une fois Maurice est meilleur que nous.Maurice a fermé l'aéroport.
Chris, Posté
Pourquoi ne fait on pas appel aux cliniques privées de la réunion qui ont certainement des lits en réanimation? D'autre part quand est il des tests salivaires dans les écoles? Quand est il des tests dans les eaux usées des villes? Quand aux vaccinations à la réunion c'est un fiasco? Que fait l'ARS a part donner des chiffres, quelles actions sur le terrain sont faites?
Eleferosi, Posté
Éviter le confinement à tout prix ? Parce qu'être enfermé dès 18 h c'est pas un confinement ? Tout ça pour faire accepter le vaccin à tout prix et repousser les élections parce qu'à l'heure actuelle ils sont sÃ"rs de les perdre.
La vie est précieuse, Posté
Il fallait peut-être confiner plus tôt qu'arriver à saturation totale du système, le variant sud africain étant super contagieux.Il pourrait y avoir des morts. A moins que nous déprogrammions des interventions assez urgentes mais pas trop.Si la situation s'emballe à La Réunion, on pourrait être très mal car déjà à saturation totale.Enfin on risque de justifier les morts de façon bidon : les personnes atteintes de diabète (qui se soignent bien) comme une personne qui avait des comorbidités.On peut vivre avec presque rien.Mais si on meurt on ne peut plus profiter de tout.Pourquoi la métropole n'a pas joué assez vite son rÃ'le d'EVASAN mettant en péril un autre DOM ?Ou est-ce que ces EVASAN vers la métropole sont si périlleuses, que dans ce cas, n'aurait-on pas dÃ" confiner avant pour éviter d'en arriver là?Le boulot de l'ARS et de la préfecture à Mayotte n'est-il pas directement responsable de cette situation ?Et maintenant à la Réunion ?Nous le savons le quidam mahorais, réunionnais, métropolitain n'est pas un professionnel de santé et ne fait pas assez attention d'où un taux de reproduction supérieur à 1.Surtout que certains se sentent invulnérables (peu importe qu'ils contaminent autrui) tant qu'ils sont libres.
Missouk, Posté
Je suis sidéré... C'est le retour du Moyen Age!
Joe bar team, Posté
ARS et Préfet ce n'est pas leur problème...Bien payés, etc.. le reste c est du PIPO
Combien de passagers, Posté
Si on veut connaitre comment sont arrivés le virus et les variants : combien de passagers sont arrives par Gillot entre décembre et février ? Apres on nous infantilise en parlant de cas autochtones. Mon dié seigneur. Ile Maurice ne doit pas nous envier, nous enviés de nos " dirigeants ".
Double peine, Posté
Les Reunionnais sont doublement sanctionnés. D'abord le couvre feu a 18 et ensuite les malades Reunionnais sont envoyés en metropole. La Reunion est une île et en fermant l'aéroport aux passagers on aurait été davantage protégés comme l'ont fait ile mairice, la nouvelle Zélande ou encore Australie. Mais il fallait des touristes pour faire plaisir aux lobby. Ensuite les lits sont saturés donc on envoie les malades de la reunion en metropole. C'est un scandale. Gouverner c'est prévoir. On a rien prévu à la reunion.
Jean, Posté
"Martine Ladoucette, l'a confirmé : la capacité "ultime" de 122 lits n'ira pas plus loin."Et on fait quoi des futurs malades, on les renvoie chez eux ?