[PHOTOS] Conseil départemental :

Villèle : un Gran 20 désanm pour fêter la liberté


Publié / Actualisé
"C'est traditionnellement à Villèle et plus particulièrement à la Chapelle pointue qu'est lancé le Gran 20 desanm du Conseil Départemental. Pour cette 4ème édition, la commémoration s'est déroulée en présence de nombreuses personnalités locales et nationales, des partenaires et des associations" bote le conseil départemental ce lundi soir 20 décembre 2021 (Photo Bruno Bamba/com CD)
"C'est traditionnellement à Villèle et plus particulièrement à la Chapelle pointue qu'est lancé le Gran 20 desanm du Conseil Départemental. Pour cette 4ème édition, la commémoration s'est déroulée en présence de nombreuses personnalités locales et nationales, des partenaires et des associations" bote le conseil départemental ce lundi soir 20 décembre 2021 (Photo Bruno Bamba/com CD)

Le président Cyrille Melchior a accueilli les invités sur les marches de la Chapelle pointue. "Le 20 desanm nous invite chaque année à une marche vers le passé. Aussi terrible, aussi douloureux, aussi injuste qu’il soit, nous savons que cette marche est nécessaire.  Il faut savoir affronter l’histoire de l’esclavage avant de la surmonter, il faut s’approprier cette épreuve dans toute sa complexité avant de la dépasser" a t-il déclaré.

"Aucun peuple ne peut avancer sereinement dans son futur, dans le déni d’une partie de lui-même. Et la paix des mémoires se construit sur un récit historique solide, rigoureux qui ne discrimine aucun acteur ni aucun fait. L’histoire de l’esclavage, le 20 desanm, la fêt Kaf, la fête de la liberté nous engagent tous. Nous sommes les héritiers et nous devons assurer la transmission des savoirs qui s’y attachent et des héritages que nous avons reçus" a t-il ajouté

Puis, les portes se sont ouvertes invitant le public a pénétré dans le choeur du monument où la voix puissante de Maéva Fourez s’est élevée emportant sur son passage les émotions. Après la séquence symbolique et solennelle de l’enlèvement de leurs colliers aux trois esclaves, un chant malgache de Votia a résonné. Après la libération des esclaves, ce fut la libération du Kan et le fleurissement du mémorial.

A l’étage de l’ancienne maison des maitres, se dévoile la maquette du projet du musée de l’habitation et de l’esclavage. Les visiteurs peuvent aussi découvrir dans des salles dédiées, la préparation des contenus avec la mise en fabrication effective de l’Atlas de La Réunion et de l’Esclavage, un atlas historique et grand public qui a pour vocation à travers des cartes, à restituer différents aspects des habitations et de l’esclavage à Bourbon, la nouvelle version du portail Esclavage-Réunion désormais traduite en portugais, les derniers objets de collection achetés par les établissements culturels… 


La soirée s’est achevée par un gran kabar konékté Grèn Sémé et Héritaz Maloya, une programmation prévue également le 20 décembre.

"Le 20 desanm est un élan populaire. Il nous convient de commémorer cet événement en hommage aux 60000 personnes qui ont été libérées à travers cette loi de 1848 et le Département participe à cet effort de mémoire. Bonne fêt Kaf zot tout" précise Cyrille Melchior.
 

   

3 Commentaire(s)

974, Posté
Quand les politiques s'emparent de ce sujet c'est pour faire leur com. Quand les historiens l'evoquent c'est pour faire avancer l'approche scientifique. Mais il manque encore des spécialistes. Lesquels '
Ana, Posté
Il y avait embouteillage devant les grandes surfaces...l esclavage prend d autres formes aujourd'hui. Beaucoup d hypocrisie dans des célébrations pour le passé mais aucune pour la perte des libertés actuelles.
C. Moha, Posté
Fét kaf ' Combien z'esclave la travaille le week-end èk la nuit' pou band' gro blanc fé zot l'intéressant ce soir la '