Conseil régional :

Assemblée plénière : la Région approuve la révision du Schéma d'aménagement régional


Publié / Actualisé
La Région a tenu une assemblée plénière ce lundi 22 novembre 2021, où la révision du Schéma d'aménagement régional (SAR) a longuement été discutée et votée par les conseillers régionaux. Manque de logements, augmentation continue du nombre de voitures dans l'île, perte de terres agricoles, croissance démographique...Le sujet est vaste et nécessitera de longs mois de travaux. Conseillers régionaux de la majorité comme de l'opposition se sont accordés sur la nécessité de mettre à jour le SAR datant de 2011, et qui n'est plus adapté à l'évolution que connait l'île. Les élus ont par ailleurs voté une motion demandant l'urgence sur le dossier Air Austral en amont de l'assemblée, demandant une nouvelle fois à l'Etat d'intervenir pour sauver la compagnie aérienne, tandis que celui-ci n'exclut pas un "rapprochement" entre Air Austral et Corsair (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)
La Région a tenu une assemblée plénière ce lundi 22 novembre 2021, où la révision du Schéma d'aménagement régional (SAR) a longuement été discutée et votée par les conseillers régionaux. Manque de logements, augmentation continue du nombre de voitures dans l'île, perte de terres agricoles, croissance démographique...Le sujet est vaste et nécessitera de longs mois de travaux. Conseillers régionaux de la majorité comme de l'opposition se sont accordés sur la nécessité de mettre à jour le SAR datant de 2011, et qui n'est plus adapté à l'évolution que connait l'île. Les élus ont par ailleurs voté une motion demandant l'urgence sur le dossier Air Austral en amont de l'assemblée, demandant une nouvelle fois à l'Etat d'intervenir pour sauver la compagnie aérienne, tandis que celui-ci n'exclut pas un "rapprochement" entre Air Austral et Corsair (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)

Comme le note le rapport de la Région, si le SAR actuel a apporté des bénéfices, des déséquilibres "persistent et génèrent localement une accentuation des pressions sur certains enjeux notamment environnementaux et/ou territoriaux". L'accès au logement est au cœur des problématiques,  avec une production de logements inégale selon les bassins de vie et les niveaux de centralité.

Les activités économiques sont par ailleurs polarisées dans les bassins de vie nord, ouest et sud-ouest, isolant de fait l'est de l'île. "L'est est devenu une région dortoire, il n'est pas normal que 90.000 se dirigent chaque jour vers Saint-Denis depuis l'est" s'est désolée Huguette Bello. Le rapport rappelle aussi que l'offre de logements sociaux est encore insuffisante et les parcours résidentiels sont difficiles pour les populations les plus modestes (absence de logements vacants, évolution des besoins spécifiques : jeunes ménages, personnes âgées, proximité des pôles d'emplois...).

"Les déplacements motorisés individuels ont été amplifiés sur des périmètres de plus en plus larges en direction des pôles d’emplois, et la congestion routière est grandissante" souligne par ailleurs le rapport. "La réalisation et la mise en service d’infrastructures routières majeures, conjuguée avec le retard pris dans le développement des transports collectifs, a eu pour effet l’intensification du développement urbain dans les mi-pentes au niveau des villes relais et des bourgs de proximité au détriment des pôles secondaires" ajoute-t-il. La question des transports en commun est donc centrale dans l'élaboration de la modification du SAR.  

La Région a identifié dix principaux enjeux de cette révision : Co-construire un projet de territoire partagé et rééquilibrer le territoire, renforcer la cohésion sociale de la société réunionnaise, accompagner le développement économique et l’emploi, améliorer les mobilités sur l’ensemble du territoire, aussi bien sur le littoral que sur les Hauts de l’Île, réussir la transition écologique et énergétique, freiner l’érosion de la biodiversité, et renforcer les continuités écologiques, contribuer à la réduction des effets du dérèglement climatique, et décliner localement l’objectif Zéro Artificialisation Nette, prévenir les pollutions de toutes nature, et préserver les masses d’eau, renforcer la prise en compte des risques naturels, et enfin valoriser le patrimoine naturel, paysager, culturel matériel et immatériel.

Le projet de révision devrait pouvoir s’articuler autour des principaux grands axes suivants :

Axe 1 : Renforcer la cohésion sociale en préservant les grands équilibres, et favoriser un développement économique à la fois solidaire, vertueux, autosuffisant, résilient, valorisant les ressources locales et connecté à l’espace Océan Indien, et au monde ;

Axe 2 : Intégrer les principes de la transition écologique et énergétique dans toutes les dimensions du projet de schéma (aménagement spatial et économique, mobilités et formes/fonctions urbaines, habitat, logements, ...), en tenant compte de la diversité et des spécificités du territoire, et en visant le rééquilibrage entre les micro-régions;

Axe 3 : Prendre en considération, aux différentes échelles du territoire, toute la richesse et les atouts de la biodiversité et du patrimoine exceptionnels (naturel, paysager, culturel matériel et immatériel) de La Réunion, préserver la santé publique, et valoriser le cadre de vie.

- Le CESER sollicité -

Le Conseil économique, social et environnemental régional (CESER) de La Réunion a par ailleurs été saisi par Huguette Bello, présidente du Conseil régional. Il "salue fortement la volonté affichée par la Collectivité régionale de mettre en œuvre à la fois le droit d’initiative et son souhait d'engager une démarche élargie de concertation, alors même que celle-ci n’est pas obligatoire".

Afin d’engager cette évolution, le CESER propose que le nouveau SAR réponde à quatre nécessités essentielles pour lui: une co-construction, de la cohérence, de la coordination, et une contractualisation. Il propose aussi qu'un processus de concertation publique élargie soit mis en œuvre, soutenu par une Assistance à maîtrise d’ouvrage (Amo) spécialisée sur ces questions.

Une volonté partagée par la Région. "Il s'agit de documents extrêmement techniques, il est donc nécessaire de le rendre accessible au plus grand public afin que les Réunionnais, qui sont les premiers concernés, puissent comprendre et participer à l'élaboration de ce SAR" a indiqué Huguette Bello lors de l'assemblée plénière.

Afin de mener à bien ce proje, la collectivité mettra en place des moyens dédiés, avec une équipe projet à constituer, qui s’appuiera sur les moyens déjà en place au sein des services de la Direction de l’Aménagement.

La durée prévisionnelle de déroulement de ce projet de révision pourrait être la suivante :

- Travaux préparatoires (6 à 10 mois) :
. délibération pour engager la mise en révision du SAR ;
. constitution de l’équipe projet dédiée ;
. consultations des Assistances à Maîtrise d’Ouvrage (pilotage et coordination, assistance juridique, rédaction du projet de révision du SAR y compris son évaluation environnementale, concertation et communication, reprographie, ...). . constitution de la commission en charge de l’élaboration du SAR ;
. concertation / participation du public ;
. exercice de prospective territoriale ;

- Mise en œuvre de la révision du schéma (30 à 36 mois) : . mise en place des groupes de travail
. recueil des données
. diagnostic du territoire
. évaluation environnementale tout au long du processus de révision . rédaction du projet de SAR révisé et de ses chapitres individualisés . arrêt du projet de SAR par la Région

- Approbation du schéma (8 à 12 mois) : . enquête publique
. adoption du SAR révisé par la Région
. approbation du SAR révisé par le Conseil d’État

L'estimation financière prévisionnelle de cette révision peut être évaluée, à environ 2 à 3 millions d'euros, soit environ 2,5 euros/habitant à 3,5 euros/habitant sur la durée de la procédure (44 à 58 mois environ).

- Décision Modificative n° 4 -

En fin de séance, les élu.e.s ont voté en faveur de la Décision Modificative n° 4, afin d’anticiper le vote tardif du Budget Primitif pour 2022. Il a été proposé d’inscrire en autorisations d’engagement un montant total de 22 605 191 euros, chose qui a été validée.

   

2 Commentaire(s)

Athéna974 , depuis son mobile , Posté
Quand on additionne les durées prévisionnelles on arrive à 5 ans !
Joe bar team, Posté
Trop l auto' a votre avis chez zélus, c la faute a qui!vous avez bafoué nos besoins... TRAM c MORTDonc fait kom zot i veut