[LIVE] Assemblée plénière du conseil régional :

Conseil régional : l'option tout viaduc préconisée pour terminer la Nouvelle route du littoral


Publié / Actualisé
Les élus de la Région se réunissent en assemblée plénière ce mercredi 9 février 2022. Il s'agit notamment d'examiner le rapport 2020égalité femmes - hommes, le projet de mandature 2021 - 2028 et des orientations budgétaires. Au cours de ces discussions, préalables au vote du prochain du budget primitif de la collectivité régionale, il sera aussi question de la Nouvelle route du littoral. Suivez notre direct (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)
Les élus de la Région se réunissent en assemblée plénière ce mercredi 9 février 2022. Il s'agit notamment d'examiner le rapport 2020égalité femmes - hommes, le projet de mandature 2021 - 2028 et des orientations budgétaires. Au cours de ces discussions, préalables au vote du prochain du budget primitif de la collectivité régionale, il sera aussi question de la Nouvelle route du littoral. Suivez notre direct (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)

Suivez la séance pléinière en direct

 

  • IPR

    Les différents dossiers à l'ordre du jour ont été débattus et adoptés. Nous clôturons ce live, bonne journée.

  • IPR

    Ericka Bareigts : "préserver la terre réunionnaise"

    Ericka Bareigts s'étonne de l'absence de débat sur la biodiversité. "Il faut bien qu'on préserve notre terre et donc avoir un sujet sur comment on la préserve. C'est transversal mais c'est plus que transversal. On n'est pas sur des mesurettes, c'est vraiment un projet de société" assure la conseillère régionale.

    La flore et la faune sont endémiques, "cela veut dire : uniques au monde, s'ils disparaissent, il n'y en aura plus dans le monde entier" appuie-t-elle. Elle insiste aussi sur les besoins d'aménagement notamment face à la montée des eaux. "C'est un vrai phénomène."

    Sur la coopération, "tout est lié : ce que nous ferons à La Réunion aura un impact sur les autres pays et territoire de la zone". Se pose la question de la démographie.

    L'agence régionale de la biodiversité, attendue depuis 2016, va enfin voir le jour, "ce ne sera pas un 'machin' mais un vrai outil de coopération" indique Ericka Bareigts. "Nous allons enfin pouvoir dire que nous allons préserver la terre réunionnaise."

  • IPR

    Jeux des îles : la Région Réunion veut "porter haut" sa présence selon Patricia Profil

    La conseillère régionale Patricia Profil prend la parole pour parler des Jeux des îles de l'océan Indien (JIOI). Après avoir rappelé la genèse des Jeux des îles, elle évoque la tenue des jeux en 2023 à Madagascar.

    Les prochains jeux représentent "une lueur d'espoir pour les sportifs" face à la crise sanitaire qui a entraîné l'annulation de nombreuses compétitions, estime-t-elle. Un journal numérique des Jeux des îles pourrait voir le jour, le projet est en préparation. "A la Région nous allons porter haut notre présence dans ces Jeux des îles, nous allons montrer qu'ils représentent bien un espace de co-développement dans le cadre de la coopération régionale."

  • IPR

    "Sortir de la culture de la peur"

    Michel Vergoz, conseiller régional de l'opposition, prend la parole et reprend les termes de Normane Omarjee, qui appelle à "être sérieux". Il rappelle l'éboulement de 2006, "ça peut nous arriver tout à l'heure". "Soyons sérieux" répète-t-il.

    Concernant la motion d'urgence sur la nécessité d'ouvrir la route, il se dit choqué qu'elle ait été refusée : "c'est délirant". Michel Vergoz appelle à ne "plus jouer avec le factuel" et parle d'"intox" : "on a pas dégagé le tram-train, c'est un faux argument. Il a été stoppé, arrêté, pour absence de financements, par une décision de la Cour administrative d'appel de Bordeaux". "La mauvaise foi c'est suicidaire" ajoute-t-il.

    Il fustige une "culture de la peur" concernant la "fissure" évoquée sur la route en 2019, pointant du doigt les journalistes.

    Il accuse enfin la majorité régionale d'agir sous le coup de la "haine", ce que Huguette Bello dément fermement. Elle lui demande de "ne pas réécrire l'histoire".

  • IPR

    "Logiques de déséquilibre" entre le nord et le sud selon Sandrine Aho-Nienne

    Sandrine Aho-Nienne, conseillère régionale de l'opposition, prend la parole. Elle appelle à désenclaver l'aéroport de Pierrefonds. Elle appelle également à sécuriser les environs de Saint-Philippe suite à l'échouement du Tresta Star, navire mauricien mis en difficulté par le cyclone Batsirai.

    Concernant le CHU sud, "la situation est connue, les installations sont canibalisées par le nord, le CHU sud est devenu une variable d'ajustement" dénonce-t-elle. Elle pointe du doigt "des logiques de déséquilibre, on ne peut pas pour habiller Saint-Denis déshabiller Saint-Pierre".

  • IPR

    Patrick Lebreton : "ceux qu'il faut culpabiliser c'est ceux qui ont inauguré sans ouvrir"

    Le vice-président Patrick Lebreton prend la parole. Concernant la NRL, "je ne peux m'empêcher de penser au film de votre capitaine, sur un viaduc avec forts samoussas et drapeaux pour inaugurer un segment de route qu'il n'avait pas livré" dit-il à Jean-Jacques Morel.

    "Nous ne voulons pas ouvrir trop vite les portes de placard depuis que nous sommes arrivés, de peur que trop de cadavres nous tombent dessus" tacle-t-il. "Ceux qu'il faut culpabiliser c'est ceux qui ont inauguré sans ouvrir."

    Concernant les finances, "là vous avez fauté" ajoute-t-il à destination de Jean-Jacques Morel et de l'anciennte majorité.

     

  • IPR

    Christian Annette : "de grâce, lisez les dossiers"

    Le conseiller Christian Annette prend la parole. "En France nous sommes dans une société d'hériters et monsieur Morel voudrait peut-être que cela perdure. Il s'insurge contre la gratuité. Il estime que c'est de l'assistanat. Mais moi je crois en deux choses : la redistribution de la richesse et la restauration de la puissance publique."

    Il dénonce le "propos très léger" de Jean-Jacques Morel et "les manoeuvres cyniques, grossières de la part de certains élus qui voudraient opérer une inversion des responsabilités concernant la Nouvelle route du littoral".

    "De grâce, lisez les dossiers" demande-t-il, "faites des observations justifiées et décentes".

  • IPR

    Normane Omarjee : "vous êtes sérieux ?"

    Le conseiller régional Normane Omarjee prend la parole. Lui aussi répond à Jean-Jacques Morel, à qui il demande d'être "sérieux". "Vous n'y croyez même pas à ce que vous dites. C'est de la posture politique. Vous connaissez la maison Région Réunion. Vous croyez que les élus ne sont pas à la tache et que si cette route ne pouvait pas être livrée, nous ne le ferions pas ?" Il appelle à "ne pas faire de polémique" inutile.

    "Quel manque de respect pour les administratifs" ajoute-t-il. "Je suis estomaqué. Nous ne sommes pas ici à discuter des électons législatives qui arrivent." Il ajoute : "l'élection (régionale, ndlr) est terminée, nous sommes à la tache".

    Il insiste sur l'importance de "nettoyer" la Région et "la rendre propre" d'ici 6-7 ans.

  • IPR

    Huguette Bello répond à Jean-Jacques Morel : "nous ne sommes pas des brutaux"

    "Nous ne sommes pas des brutaux, nous n'avons pas interrompu de projet de tram-train" tacle Huguette Bello en réponse aux "manquements" pointés du doigt par Jean-Jacques Morel. Elle rappelle également la dette de la Région à plus d'un milliard d'euros, que l'actuelle présidente souhaite régler en neuf ans.

    "Le car jaune, les livres, ça participe au pouvoir d'achat" lui répond-elle. "Je m'insurge contre tous ceux qui parlent de gratuité alors qu'on a des gouvernements qui suppriment l'impôt sur la fortune. Je suis révoltée quand j'entends : moi je suis contre la gratuité. On a 65% de boursiers à La Réunion, ce n'est pas de la charité que nous faisons, nous organisons notre société pour qu'elle soit plus juste."

    Elle accuse Jean-Jacques Morel de "ne pas avoir lu attentivement notre projet de mandature".

  • IPR

    Jean Jacques Morel critique les projets de la majorité

    Jean Jacques Morel reproche l'absence de chiffres concernant les projets de la mandature. "On nous présente un schéma de la vie étudiante mais on ne voit pas en quoi la vie de l'étudiant réunionnais va s'améliorer" scinde le conseiller de l'opposition.

    "Je n'ai rien vu sur le coût de la vie chère. Une question est centrale : que propose la Région pour le pouvoir d'achat pour les familles réunionnaises ?" s'interroge-t-il.

    Concernant la NRL, "pour finir la route on attend un peu plus que des audits, des expertises, on attend un calendrier, qu'un financement qui arrive, la présidentielle arrive", souligne Jean jacques Morel. 

    "Il y a un problème de fonds par rapport à cette route. Quel pays peut se construire sans carrière ? Vous n'échapperez pas à cela car c'est la base", explique le conseiller régionale qui ajoute "qu'il y a évidemment une attente essentielle des entreprises du bâtiment. Jean Jacques Morel propose de lancer un appel pour ouvrir une carrière. "Il y va de l'avenir du bâtiment" souligne-t-il.

    "On découvre des fissures sur les poteaux, avant le cyclone. Pourquoi on attend cette assemblée pour en parler" demande le conseiller.

  • IPR

    La Région souhaite s'engager dans un développement de l'offre au niveau de la santé

    En partenariat avec le CHU, l'UFR, la Région souhaite lancer un deuxième cycle complet des études de santé, en plus de l'ouverture d'une école d'orthophoniste dès 2023. La Région veut aussi développer l'offre de soins pour les Réunionnais. La Région s'engage avec le CHU pour moderniser, rendre plus performant les dépistages du cancer et ainsi réduire les délais d'attente.

    La Région lancera également un plan régional sur le diabète, l'alcoolisme et l'obésité. De grandes campagnes de prévention seront organisées autour des grossesses précoces.

  • IPR

    Plus de formation pour les Réunionnais


    Les Réunionnais disposeront de 12.000 places de formation en 2022, dont 2.800 dans le secteur sanitaire, dans des secteurs en tension également.  "Nous voulons des Réunionnais formés mais pas seulement sur des métiers d'exécutants, nous voulons qu'ils accèdent à des métiers encadrants, en devenir, nous allons décloisonner la formation. Nous proposerons des formations du CAP au Bac+4", indique Karine Nabesena

    La Région prévoit également la mise en place d'une maison de l'orientation dans le nord-est de l'île.

  • IPR

    Céline Sitouze s'exprime sur l'axe éducation

    "Le développement de La Réunion doit se faire pour les Réunionnais, par les Réunionnais. Il doit avoir une politique éducative ambitieuse, donner à nos jeunes l'envie d'étudier de se former, c'est par cela que ce traduit le programme de construction de quatre lycées, le lycée des métiers de la mer au Port, un deuxième lycée des métiers de l'hôtellerie, un autre sur le tourisme. Un lycée sera construit à Cilaos" indique Céline Sitouze.

    Des micro-lycées seront lancés dans les zones reculées un projet concerté avec le Rectorat, avance la conseillère régionale. "42% des familles Réunionnaises vivent sous le seuil de pauvreté, la moitié des lycéens soit 45.000 sont touchés. C'est pour cela que nous proposons la gratuité des livres dès la rentrée 2022" ajoute Céline Sitouze.

    Un cartable numérique sera mis en place avec un ordinateur avec des outils pour favoriser la scolarité, "une bonne nouvelle pour la santé de nos enfants", souligne la conseillère régionale. Le prix des repas dans les cantines sera fixé à 1euro maximum.

    Concernant la précarité menstruelle, un distributeur de protection hygiénique sera installé dans chaque lycée. Ces protections seront gratuites.

     

  • IPR

    NRL : Huguette Bello confirme la préconisation de l'option tout viaduc

    "Viable techniquement et financièrement (...) l'option du tout viaduc est préconisée pour finir la Nouvelle Route du Littoral" a souligné Huguette Bello. "Une solution viable techniquement et financièrement sera proposée prochainement et (...)elle prendra en compte la difficulté d'approvisionnement en matériaux"a ajouté la présidente de Région.

    "Vous comprenez que je dise :l'option viaduc est préconisée", insiste la présidente de Région et remarquant que "les discussions avec l'Etat sont bien avancées" pour la consctrution de la prtie manquante de m'oubrage entre la Grande Chaloupe et La Possession
     

    Huguette Bello confirme ainsi un choix qui a toujours été le sien et qu'elle a défendu lorsqu'elle était dans l'oppostion sous la mandature de Didier Robert

  • IPR

    L'axe économique de la Région

    La Région préconise la création de nombreux projets et emplois dans les secteurs en priorité. Patrick Lebreton propose un état des lieux sur le secteur de l'image et la vidéo.  La commission liée à l'axe économique s'est exprimée favorable, pour la gouvernance régionale pour la feuille de route partagée, l'amélioration de l'attractivité territoriale, l'amélioration de la logistique de l'aérien et de la maritime. La Région préconise aussi l'importance de mieux accompagner le secteur maritime, en accompagnant aussi "les projets d'innovation dans le domaine de l'aquaculture", indique Patrick Lebreton.

  • IPR

    231% de taux d'endettement en 2021 pour la Région

    En 2021, la Région connaît un taux d'endettement de 231%, "un taux plus haut que toutes les collectivités réunionnaises", précise Wilfried Bertile. La Région devra réduire les frais de structure et les charges de fonctionnement, les marges de manoeuvre et mobiliser tout les co-financement, explique Wilfried Bertile.

     

  • IPR

    Les présonisations de la Région sur les transports

    La Région préconise la mise en service "le plus tôt possible" de la portion de la NRL entre la Grande Chaloupe et Saint-Denis. Les conditions seront présentées lors de la prochaine assemblée plénière d'octobre.

    La Région préconise également la gratuité totale pour le réseau car jaune. Une offre de transport plus développée sur les lignes les plus chargées en plus de maintentir le réseau routier à un bon niveau de service. la Région va poursuivre sa politiuque de conservation du patrimoine du réseau routier de sa modernisation pour son essort.

     

  • IPR

    La Région planche sur plusieurs dossiers

    Le mal-logement, lutte contre la précarité, rénovation énergétique des logements sociaux,  0 déchets enfouis à l'horizon de 2030. Les commissions émettent un avis favorable sur les projets de mandature. Les commissions de l'éducation, de la formation, de la mobilité...

    "2022 sera une année stratégique pour ce champ, pour le schéma régional de l'enseignement supérieur, de la santé et du social" souligne Jean-Pierre Chabria sur l'axe de l'éducation.
     

  • IPR

    Huguette Bello donne le ton de l'assemblée plénière

    "Nous avons récupéré une Région lourdement endetté, ayant abandonné des pans fondamentaux comme la formation professionnelle, une Région qui s'était éloignée de sa mission essentielle" indique Huguette Bello. Les différents projets de la Région ont besoin de budgets conséquents mais sont déjà entachés par celui à la NRL. "Notre politique s'articule autour du développement économique, humain et autour de la transition écologique" souligne la présidente de Région.

  • IPR

    "Le matriarcat n'existe pas" explique Huguelle Bello

    En réponse à Jean Jacques Morel qui a affirmé que c'est le général de Gaulle qui a donné le droit de vote aux femmes, Huguette Bello explique ce sont les grands mouvements féministes qui sont derrière les grandes avancées. Le conseiller régional a d'ailleurs indiqué que la société réunionnaise est "matriarcale". "Le matriarcat n'existe pas, ce sont de grandes sociologues qui ont travaillé sur les différentes sociétés et celles-ci ne sont pas matriarcales. Cela n'existe pas, sauf pour les Amazones", explique la présidente de Région, Huguette Bello , "Olympe de Gouges a été exécutée parce qu'elle voulait monter à la tribune" scinde-t-elle.

  • IPR

    Evelyne Corbière "66% du travail domestique est accompli par les femmes"

    "Je veux revenir sur la charge de travail" explique la conseillère régionale. "66% du travail domestique est accompli par les femmes, et ce n'est pas parce cela relève du domaine privé qu'on ne peut pas intervenir. C'est notre devoir en temps qu'institution publique" indique Evelyne Coribère.

    "On constate l'inégale répartition du travail, que les hommes prennent davantage les heures supplémentaires. On continue de reproduire un système qu'est le plafond de verre. Il faut interroger les femmes, on ne peut pas réaliser cette égalité, sans les hommes c'est vrai, mais surtout sans les femmes " note la conseillère régionale.

  • IPR

    Jean-Bernard Maratchia parle de la femme dans l'agriculture

    La femme est très importante dans l'agriculture. C'est elle qui s'occupe des enfants, de la maison après avoir travaillé dans le champ. Les femmes sont très importantes et souvent elles ont honte de dire, de montrer qu'elles sont agricultrices" explique le conseiller Jean-Bernard Maratchia, deuxième homme de l'assemblée à avoir pris la parole après Frédéric Maillot.

    Huguette Bello souligne le fait que les femmes ont été les premières agricultrices, dans "l'histoire du monde".

  • IPR

    Frédéric Maillot, est le premier homme à s'exprimer sur l'égalité femme-homme

    "C'est dès l'enfance qu'il faut commencer à faire un travail sur les hommes, à les éduquer" explique Frédéric Maillot, "il faut arrêter avec les jouets genrés, le rose pour les filles et le bleu pour les garçons" précise-t-il.

    Le conseiller régional s'exprime aussi sur les féminicides, "Je n'ai pas les chiffres exacts mais je pense que 100% des féminicides ont été commis par des hommes". Frédéric Maillot appuie d'ailleurs sur le fait que certains candidats aux élections remettent en cause le discours de l'égalité femme-homme, et que cela "est dangereux car l'égalité homme-femme est importante dans notre société à différents niveaux".

     

  • IPR

    Ericka Bareigts prend la parole sur l'égalité homme-femme

    "Il n'y a pas de société qui fonctionne bien s'il n'y a pas d'égalité entre les femmes et les hommes" indique Ericka Bareigts maire et conseillère régioanle de Saint-Denis. "Les femmes doivent s'épanouir dans cette société on doit se sentir femme" remarque la conseillère régionale.

    "L'éducation est un vecteur important pour que les hommes se sentent concernés et il faut commencer par l'égalité filles-garçons, par montrer aux petites filles que leur corps n'appartient qu'à elles" souligne Ericka Bareigts. "Il faut qu'on arrête d'avoir des approches genrées des métiers" martèle-t-elle.
     

  • IPR

    Les femmes sont au coeur de l'assemblée plénière de La Région

    "La Réunion a besoin de tous ses citoyens qu'ils soient hommes ou femmes, il faut que nous fassions reculer les inégalités qui touchent 51% d'entre nous" note Evelyne Corbière, conseillère régionale qui a présenté le rapport sur l'égalité homme-femme. "Il faut donner à toutes les mêmes chances" ajoute-t-elle.

    "Les femmes sont moins reconnues, moins rémunérées et quand elles sont à la tête d'une entreprise elles sont discriminées", déplore Viriginie Globalou. "Je trouve regrettable que les instances publiques ne prennent pas à coeur ce sujet. Nous sommes des femmes intelligentes il ne faut pas nous barrer la route dans milieu sportif, économique et surtout politique. La femme a cette culture de faire évoluer son île et elle donne cette éducation à ses enfants pour qu'ils respectent la femme" explique la conseillère régionale. "La femme est capable alors respecte a nou!" scinde Virginie Gobalou.

  • IPR

    Les chiffres de l'(in)égalité femmes - hommes

    _ 51% de la popualtion réunionnaise sont des femmes.
    - Plus de 71.000 femmes ont été dénombrées en 2018 par l'Insee.
    - 52% des demandeuses d'emploi sont des femmes, plus qualifiées et diplômées que les hommes, eles ont plus nombreuses que les hommes à demander un emploi
    - Le rapport signale des disparités notamment avec le travail partiel (où les emplois sont occupés à 68% par des femmes) et avec la prise en charge des enfants et des tâches ménagères
    - Sur 45 conseillers régionales 23 femmes et 22 hommes siègent
    - En 2020 96% des filles réussissent au bac contre 93% des garçons
    - 91% des élèves inscrits pour en filière santé à l'universitédu Tampon sont des femmes, elles ne sont que 5% en informatique.

    "L'équlibre est attendu entre la sur-représentation des hommes et des femmes. Il est normal et attendu que nous nous penchions sur l'égalité entre les hommes et les femmes. Il revient à la colelctivité d'encourager la mixité et d'accompagner l'égalité entre hommes et femmes" note Evelyne Cobière

  • IPR

    Le rapport égalité femmes - femmes est examiné par les élu.e.s

    "Il ne faut pas attendre le 8 mars pour apporter son soutien à la moitié du ciel de La Réunion", souligne Huguette Bello.

    La conseillère Evelyne Corbière prend la parole pour présenter le rapport concernant l'égalité femmes - hommes dans le milieu professionnel, notamment. "La préparation de ce rappoort a permis de se rendre compte de la situation. Ce rapport a été examiné par la commission sociale et solidarité, il nous faut soutenir et encourager les actions soutentnant l'égalité" note l'élue.

     

  • IPR

    Cyclone Batsirai : deux motions sont présentées pour venir en aide à Madagascar

    Huguette Bello indique "nous devons exprimer notre solidarité, j'ai échangé avec Cyrille Melchior( le président du Département - ndlr) à propos d'une aide et d'une action concertée en faveur de Madagascar"

    Les deux motions seront examinées en commission

     

     

     

     

  • IPR

    Huguette Bello : "je partage l'impatience des Réunionnais pour l'ouverture du viaduc"
     

     "Le chantier de la NRL est à l'arrêt depuis 2019, je partage l'impatience des Réunionnais pour l'ouverture du viaduc" souligne Huguette Bello. "Je tiendrai en toute circonstance un langage de vérité et de sécurité, les sécurisations doivent se faire au niveau des acropodes, la nécessité de ces travaux a été confirmée notamment avec l'impact du cyclone.

    Des discussions sont en cours pour les remplacer" ajoute-t-elle.

    La Région est mobilisée pour continuer le chantier entre la Grande Chaloupe et la Possession. Une solution sera présentée techniquement et financièrement, l'éventail des solutions se ressere, notamment avec le constat des pénuries de matériau. Le viaduc reste la solution" insiste Huguette Bello.

  • IPR

    "Taisez-vous Monsieur Vergoz"

    Le ton monte entre Michel Vergoz et Huguette Bello. Vindicatif comme à son habitude, le conseiller régional de Sainte-Rose, lance "quand j'entends dire mon collègue Jacques Tédcherqu'il faut votre une motion d'urgence pour rencontrer le préfet, les bras m'en tombent. On se ridculise".

    Il insiste "nous voulons un vote maintenant sur la motion que nous avons déposée concernant l'urgence se rapportant à la NRL"

    "Ça suffit Monsieur Vergoz, le débat sur ce sujet est clos" répond Huguette Bello

    "Madama la présidente..." insiste Michel Vergoz

    "Taisez-vous Monsieur Vergoz, c'st moi et pas vous qui préside ces débats. Vous n'aurez pas osé vous comporter de la sorte avec un président, mais avec moi oui!".

     

     

  • IPR

    Jean Jacques Morel : "un drame nous guettte"

    Leconseiller d'oppostion n'en démord pas, il veut un débat et un vote sur l'urgence d'ouvrir la NRL. "Il y a régulièrement des chutes de pierres, si dans une semaine il y a une famille réunionnaise est touchée que ferons nous ?"

    Il etime que "la route du Littoral est un sujet d'importance général" et demande " instamment de faire fi des demandes politiciennes".

    "L'oppostion dit qu'il ya urgence pour la route de Cilaos certes, mais aussi pour celle du Littoral".

  • IPR

    Jacques Técher : "on peut pas demander à Mme Bello d'ouvrir le viaduc dans ces conditions"

    Une motion est déposée par Jacques Técher, maire et conseiller régional de Cilaos. Il demande en urgence à la préfecture un allègment des procédures pour la construction de deux ouvrages sur la route de Cilaos.

    En préambule, l'élu cialosien revient sur le débat concernant la Nouvelle route du littoral. "On nous demande d'ouvir un viaduc dont les travaux ont démarré en 2014 et qui devait être ". livré par l'ancienne majorité en 2020". Il ajoute "une nouvelle majorité a été élue et lors de l'assemble pleiniere en octobre 2020 de graves dysfocntionnements et déraillement sont été mis en lumière par un audit".

    S'adressant à Huguett Bello il souligne "la presse annonce ce matin que des fissures ont été notés sur quatre piles de la NRL. Vous avez fait une demande d'expertise Madame la Présidente, il faut qu'elle soit réalisée pour que tout doute soit levé sur l'ouverutre du viaduc".

    Jacques Técher ajoute : "on peut pas demander à Madame Bello de laisser ouvrir le viaduc dans ces conditions".

  • IPR

    Michel Vergoz, conseiller d'oppostion : "ouvrez le ciaduc

    Les débats continuent sur la possibilité ou non d'ouvrir la première partie de Nouvelle route du littoral à la circulation. Michel Vergoz, conseill d'opposition, lance à en diretion d'Huguette Bello : "nous prenons des risques énormes. Quand vous appelez demi-route une route livrée aux deux tiers, vous prenez le risque (d'apprendre) qu'un drame (s'est produit) sur cette route."

    "Vous ne pouvez pas renvoyer en commission une route qui accueille 80.000 usagers par jour. La Réunion nous regarde, ouvrez le viaduc s'il vous plaît" dit encore Michel Vergoz.

    "Le dossier sera examiné en commission" répond Huguette Bello.

  • IPR

    La NRL fait débat

    La séance vient de commencer. Jean-Jacques Morel, conseiller d'opposition, dépose une motion pour ouvrir en urgence la Nouvelle route du litoral (NRL).

    La présidente rappelle que des problèmes graves se posent quant  l'ouverture de cette route en termes de sécurisation.

    La motion sera débattue en commission

     

  • IPR

    Bonjour La Réunion

    C'est jour d'assemblée plénière au conseil régional. Les élus examinent le projet de mandature 2021 - 2028 et de les orientations budgétaires

    Nous sommes en direct, restez avec nous

A propos

Menu chargé pour les élu.e.s du conseil régional réuni.e.s en assemblée plénière.  Plusieurs dossiers majeurs sont à l'ordre du jour. Les conseillères et conseillers sont ainsi examiner :
- le projet de mandature 2021-2028 de la Région Réunion
- le rapport 2020 égalité femmes - hommes
- les orientations budgétaires pour l’exercice 2022
- la programmation Pluriannuelle de l’Energie (PPE) et Schéma Régional Biomasse (SRB) – 2019-
2028

Au cours de ces discussions, préalables au vote du prochain du budget primitif de la collectivité régionale, il sera aussi notamment question de la Nouvelle route du littoral.

   

8 Commentaire(s)

TV en panne , Posté
La dernière j'ai écouté Vergoz ma TVest tombé en panne. Même la TV ne supporte pas cet élu girouette.
Vad, Posté
M. Ver..OSE c'est quoi ton bilan ' stopper le tram train, moi j'ai retenu que ça ^^
Fiasco de la demi route , Posté
2 mandats pour un tel fiasco. La honte ne tue pas. Y aurait beaucoup de morts à droite.
Hugh coco, Posté
Et à charge de la région la nourriture dégueulasse dans les lycées c'est la faute à qui d'après vous madame la présidente '
Les élus de l'ancienne majorité régionale , Posté
n'ont pas de mémoire ou plutôt n'ont aucun honneur, aucune fierté, aucun sens des responsabilités . Ils devraient pourtant faire profil très bas concernant la réalisation foireuse ( et c'est un euphémisme) de la NRL.Leur manège est simpliste : ils veulent si un accident mortel à lieu sur l'ancienne route du littoral que la responsabilité incombe directement à la présidente de la région et se défaussant ainsi de leur pleine responsabilité !Ne soyons donc pas dupe !
Sydney , Posté
L''uvre de robert : laisser des ardoises partout! Ça c'est un mec à marier ça '. Mdr
Bla bla vacoas , Posté
Chaque jour, 60 000 véhicules empruntent la Route du littoral. L'autre qui nous parle de 80 000 voitures. Cela fait longtemps qu'il n'est okus crédible. Les habitants de ste rose n'ont pas chance.
Vergoz qui s'écoute parler , Posté
Vergoz qui votait Giscard, ensuite Mitterrand et enfin Macron, mène une drôle de stratégie. A force de s'écouter parler il est inaudible. Plus personne ne fait attention à ses interventions. Triste fin politique.