Restauration scolaire :

La Région Réunion lutte contre le gaspillage alimentaire dans les lycées


Publié / Actualisé
Jeudi 5 mai 2022, la Région Réunion présentait la première étape du diagnostic établi dans le cadre de son programme de lutte contre le gaspillage alimentaire en restauration scolaire, au lycée de Bellepierre. L'objectif visée : mettre en place des outils qui permettront à chaque établissement scolaire d'avoir un plan d'action spécifique à ses besoins. (Photos mp/www.ipreunion.com)
Jeudi 5 mai 2022, la Région Réunion présentait la première étape du diagnostic établi dans le cadre de son programme de lutte contre le gaspillage alimentaire en restauration scolaire, au lycée de Bellepierre. L'objectif visée : mettre en place des outils qui permettront à chaque établissement scolaire d'avoir un plan d'action spécifique à ses besoins. (Photos mp/www.ipreunion.com)

Réduire le gaspillage alimentaire. Voilà le maître mot appliqué dans les sept lycées test du programme de la Région. On retrouve les lycées de Bellepierre, de Paul Moreau à Bras-Panon, de Jean Perrin à Saint-André, de Vue-Belle à la Saline, de Jean Hinglo au Port, de Paul Langevin ainsi que le lycée professionnel et agricole de Saint-Joseph.

Si les premiers chiffres de ce diagnostic font part d’un taux moyen de gaspillage alimentaire de 21%, cela représente un coût annuel de 12.730 euros de pertes pour les établissements tests. Extrapolé aux 45 lycées de l’île, ce chiffre s’élèverait à 570.000 euros par an. 

Si l’impact financier se fait sentir, l’impact environnemental est lui aussi présent. Par jour, ce sont environ 796 kilos de nourriture qui sont jetés, soit l’équivalent de 796 repas. "Des assiettes trop pleines pour des petits mangeurs ou encore des aliments que les élèves ont du mal à apprécier sont les principaux facteurs de ce gaspillage alimentaire", explique Mélanie Perche, membre de la coopérative Réunion développement accompagnement et assistance (RD2A), mobilisée sur ce projet. Parmi les déchets qui atterrissent à la poubelle, 37,1% sont des légumes et 26,8% des plats protidiques en particulier du poisson. Observez :

Pour Aftab Sandooyea, directeur de l’éducation à la Région Réunion, "l’enjeu de ce programme est d’améliorer les services proposés aux élèves, augmenter le taux de fréquentation des demi-pensionnaires tout en rationalisant le gaspillage alimentaire et donc la dépense publique".

Face à ce constat, "plus de 64 actions de sensibilisation et de prévention ont été mises en place dans les lycées tests à destination des élèves mais aussi des personnels de restauration" affirme Gaëlle Rosier-Payet, coordinatrice de la lutte contre le gaspillage alimentaire dans les lycées à la Région. Ecoutez:

Charlotte, en classe de terminale au lycée de Bellepierre, est éco-déléguée. Elle participe à la sensibilisation des élèves sur cette notion du gaspillage alimentaire : "on a créé des affiches de sensibilisation qui sont à l'extérieur de la cantine. On a aussi participé à expliquer les opérations de tri des denrées pour effectuer la pesée et évaluer le poids du gaspillage alimentaire. Et on distribué des questionnaires qui visent à obtenir l'avis des élèves sur les repas proposés et les solutions qu'ils aimeraient mettre en place pour lutter contre le gaspillage". Regardez:

mp/www.ipreunion.com / [email protected]

   

1 Commentaire(s)

CHABAN, Posté
Si pour lutter contre ce problème, ils faisaient des repas mangeable 'Au collège les morceaux de boucané mesurent 15cm de long dont 14cm de gras!