Signature :

Région Réunion : une convention avec AKTO pour favoriser la formation professionnelle


Publié / Actualisé
Mercredi 25 mai 2022, en partenariat avec AKTO, un opérateur de compétences agréé par l'Etat, la Région Réunion a signé une convention pour la formation professionnelle. Cette signature vient concrétiser le "PACTE" (plan d'investissement dans les compétences), ratifié le 16 mars 2022 par la présidente de la collectivité et l'Etat à Matignon (Photos : mp/www.ipreunion.com)
Mercredi 25 mai 2022, en partenariat avec AKTO, un opérateur de compétences agréé par l'Etat, la Région Réunion a signé une convention pour la formation professionnelle. Cette signature vient concrétiser le "PACTE" (plan d'investissement dans les compétences), ratifié le 16 mars 2022 par la présidente de la collectivité et l'Etat à Matignon (Photos : mp/www.ipreunion.com)

Pour rappel, l’ancienne mandature régionale dirigée par Didier Robert s'était retirée en 2019 du plan d’investissement "faisant perdre à la collectivité plus de 100 millions d’euros dédiés à la formation" a noté Huguette Bello. "Une situation révolue grâce au dernier accord conclut entre l’État et la nouvelle équipe régionale en mars dernier. Avec une dotation de 66 millions d’euros pour la période 2022-2023, la collectivité repart du bon pied et redevient le chef de fil en matière de formation professionnelle" a-t-elle ajouté. 

Lire aussi - La Région Réunion devient le principal acteur de la formation professionnelle

"Dans un monde du travail où les technologies évoluent sans cesse, le développement des compétences doit être un levier d’épanouissement individuel et de compétitivité pour les entreprises", a souligné Huguette Bello. Sur un territoire "sinistré par le chômage", où 42% de la population vit sous le seuil de pauvreté dont 47% sont des mineurs et où l’illettrisme est trois fois plus élevée qu’en France continentale, "nous devons mettre en place une politique de formation qui réduit les inégalités des chances, qui soit plus équitable et qui forme au mieux notre population", a poursuivi la présidente.

Concrètement, "l’objectif est de permettre aux Réunionnais de monter en compétences, d’occuper des emplois locaux répondant aux besoins des entreprises mais aussi d’être en mobilités s’ils le souhaitent", explique Karine Nebesa, vice-présidente déléguée à la formation professionnelle et à l’apprentissage à la Région. Elle rappelle que "certains secteurs comme le bâtiment, l’industrie ou encore le tourisme sont en tensions. Nous voulons apporter des réponses à ces professionnels tout en respectant la volonté et l’envie des jeunes sur ce qu’ils veulent faire de leur avenir".

- Les axes de la convention -

Déjà présent dans toute la France, y compris les Drom, AKTO est un opérateur de compétences agréé par l'Etat intervenant dans 27 branches entrepreneuriales, allant du commerce de gros à la propreté et services, en passant par les services de l’eau et du travail aérien.

Pour en savoir plus sur les secteurs de AKTO, cliquez ici.

Jamil Ait-Idir, administrateur de AKTO affirme que "la réussite d’un parcours de formation et d’insertion dépend de la qualité d’orientation faite en amont et que la méconnaissance des métiers est l’une des raisons mettant les jeunes en situation d’échec".

C’est pourquoi, dans le cadre de ce partenariat, Laurent Barthélémy, vice-président de AKTO, indique "vouloir améliorer les efforts en matière d’orientation et mettre en place des actions de formations en situation de travail (AFEST) pour confronter les personnes à un métier". Aussi au programme: la promotion du dispositif aux entreprises, la réalisation d’enquêtes de satisfaction sur les causes et ruptures d’emploi, et l’impulsion de parcours de formation sur mesure.

- Faire le lien avec les entreprises -

François Haquin, directeur régional de AKTO, précise les modalités de mises en œuvres à l’échelle de l’île. "Nous allons mettre en place des actions sur l’apprentissage avec de l’accompagnement social pour nos jeunes qui en ont besoin afin de favoriser l’insertion, de limiter les ruptures et faire en sorte que cela se passe au mieux en entreprises. Des observatoires de métiers seront également créés pour que les formations soient adaptées aux besoins de nos entreprises", détaille-t-il. Le directeur régional termine en donnant un exemple concret, celui de la caravane des métiers : "nous allons nous rendre dans les écarts, dans les hauts de l’île pour présenter les métiers aux jeunes et aux moins jeunes qui ne les connaissent pas et faire lien avec les entreprises qui recrutent".

mp/www.ipreunion.com / [email protected]

 

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !