Une très bonne nouvelle :

Covid-19 : guéris, les deux patients les plus âgés quittent le CHU et rentrent chez eux


Publié / Actualisé
Il y a des jours où les nouvelles sont bonnes : ce mardi après-midi 21 avril 2020, les deux patients les plus âgés hospitalisés à cause du covid-19 vont pouvoir quitter l'hôpitla et rentrer chez eux. Le couple, âgé de 86 et 83 ans, a passé plus d'un mois au CHU nord. Un grand soulagement pour la famille, mais aussi pour toute l'équipe soignante. (photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)
Il y a des jours où les nouvelles sont bonnes : ce mardi après-midi 21 avril 2020, les deux patients les plus âgés hospitalisés à cause du covid-19 vont pouvoir quitter l'hôpitla et rentrer chez eux. Le couple, âgé de 86 et 83 ans, a passé plus d'un mois au CHU nord. Un grand soulagement pour la famille, mais aussi pour toute l'équipe soignante. (photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)

Le virus n'aura épargné personne dans cette famille, partie passer des vacances en métropole ensemble. Le 12 mars, grands-parents, fille, gendre et petits-enfants rentrer à La Réunion. A ce moment-là, le premier cas confirmé vient d'être déclaré dans l'île.

Quelques jours plus tard à peine, les deux grands-parents, qui vivent seuls car parfaitement autonomes, commencent à sentir de forts symptômes de la maladie : ils sont tous les deux hospitalisés avec des difficultés respiratoires et une forte fièvre le 16 mars, soit quatre jours après leur retour. Si leurs symptômes sont graves, le couple est en bonne santé de base, et évite donc la réanimation. Ils sont par contre placés sous respirateur.

Le lendemain, c'est à leur gendre, un chef d'entreprise du sud de l'île, de ressentir les premiers symptômes, avec des difficultés à respirer. Sa femme – la fille du couple hospitalisé, ressent elle aussi des symptômes, toutefois plus légers. Ils suivent donc la procédure normale à ce moment de l'épidémie : ils contactent le SAMU, sont transportés au CHU du Nord, et se font dépister. Leur adolescente, qui était avec eux en vacances, et elle aussi testée. Résultat : tous les trois sont positifs. Cependant, seul le père est hospitalisé, la mère n'étant que peu fiévreuse et l'adolescente asymptomatique.

- Le père de famille prié de rentrer chez lui -

Pendant deux jours, le chef d'entreprise est hospitalisé en box covid-19, en insuffisance respiratoire et fiévreux. A l'issue de ces deux jours, ce dernier affirme cependant avoir été renvoyé de l'hôpital, malgré son état de santé préoccupant. "J'ai tenté de rester, mais on m'a fait fermement comprendre qu'il fallait que je rentre chez moi" raconte-t-il. Sa femme le récupère donc, et tous deux prennent leurs précautions se sachant porteurs du virus é évient comme ils peuvent les contacts avec des personnes dans les couloirs du CHU.

Alors qu'il est rentré chez lui, le malade est cependant obligé d'appeler le SAMU dans la nuit à cause d'une détresse respiratoire. Le SAMU intervient donc sur place et repart une fois les soins prodigués. Au matin, le CHU appelle la famille pour demander au chef d'entreprise de revenir à l'hôpital, ce qu'il refuse.

Quelques jours plus tard, il subit une deuxième détresse respiratoire, le SAMU intervient de nouveau. "J'ai eu extrêmement peur, tout ce que j'ai subi était extrêmement anxiogène. Quand on se réveille en pleine nuit sans pouvoir respirer, on est obligé de penser à la mort" admet-il. Très inquiet pour sa santé, il a même commencé à prendre ses dispositions en cas de décès.

"Je n'ai pas de rancœur contre le personnel malgré le fait qu'on m'ait demandé de quitter l'hôpital, surout que l'équipe qui s'est occupée de mes beaux-parents était vraiment au top du top " explique-t-il par ailleurs.

- Ascenseur émotionnel et fin heureuse -

Le père de famille reste malade pendant encore trois semaines, mais est aujourd'hui considéré comme complètement guéri. Il indique cependant que ses poumons ne "sont plus les mêmes". "C'est un virus qui est sans pitié" souligne-t-il. S'il peut de nouveau faire du sport, il sent que son corps n'encaisse plus tout à fait de la même façon.

Du côté de ses beaux-parents, en raison de leur âge avancé, ces derniers ont subi de nombreuses complications. La belle-mère a même fait un infarctus. Une épreuve extrêmement compliquée à traverser pour la femme du chef d'entreprise, prise entre la maladie de son mari, mais de ses parents aussi.

Cette dernière a subi un véritable ascenseur émotionnel permanent : un jour ses parents se portaient parfaitement bien, le lendemain ils rechutaient. Elle a dû affronter la possibilité de gérer le décès de ses parents ou bien même de son mari.

Mais après plus d'un mois, toute la famille peut souffler : les deux gramounes peuvent enfin rentrer chez eux. Ils sont donc les patients les plus âgés à avoir été contaminés, et à être sortis d'affaire. Une bonne nouvelle pour leur famille, mais aussi pour toute l'équipe soignante qui les a accompagnés pendant tout ce temps.

as / mb / www.ipreunion.com / [email protected]

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !