Bailleurs sociaux :

La Confédération nationale du logement demande le report des paiements de loyers


Publié / Actualisé
Ce jeudi 23 avril 2020, Erick Fontaine, administrateur du Confédération nationale du logement à La Réunion, a adressé un courrier aux bailleurs sociaux, ainsi qu'au Département, à la CAF, à la préfecture, aux élus et à la direction d'Action Logement, afin de ne pas engager de poursuite contre les locataires n'ayant pas réglé leur loyer. En effet, actuellement, ce sont 76.000 locataires du secteur social comme privé qui règlent leur loyer en espèces ou chèque. Ces derniers n'ont donc pas pu payer leur dû depuis le début du confinement, les guichets les accueillant normalement étant fermés. Nous publions ci-dessous le courrier de la CNL. (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)
Ce jeudi 23 avril 2020, Erick Fontaine, administrateur du Confédération nationale du logement à La Réunion, a adressé un courrier aux bailleurs sociaux, ainsi qu'au Département, à la CAF, à la préfecture, aux élus et à la direction d'Action Logement, afin de ne pas engager de poursuite contre les locataires n'ayant pas réglé leur loyer. En effet, actuellement, ce sont 76.000 locataires du secteur social comme privé qui règlent leur loyer en espèces ou chèque. Ces derniers n'ont donc pas pu payer leur dû depuis le début du confinement, les guichets les accueillant normalement étant fermés. Nous publions ci-dessous le courrier de la CNL. (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)

Madame la Directrice, Messieurs les Directeurs, depuis le 16 mars nous traversons une crise sanitaire sans précédent de ces 100 dernières années. Cette situation a emmené fort justement le gouvernement à prendre des mesures telles que le confinement de la population.

Les 76.000 locataires du secteur social comme privé qui règlent leur loyer en espèces, chèque n'ont aucun moyen de le faire car vos agences ne sont pas accessibles au public.

Devant cette situation, le 03 avril 2020, la CNL a transmis à chacun des bailleurs un mail dans lequel il vous a été proposé d'ouvrir un certain nombre de vos guichets sur des créneaux horaires précis (comme l'ont fait les banques ) afin de permettre à vos locataires qui veulent venir payer en espèces de le faire, tout en pratiquant bien entendu les gestes barrières que nous connaissons et la protection de vos salariés et locataires avec un agent de sécurité.

A cette demande, certains d'entre vous nous ont répondu par la négative et pour les autres nous n'avons reçu aucune réponse ! Ce qui a pour conséquence que certains de vos locataires ne sont pas à jour de leur loyer.

C'est une situation inédite que nous connaissons et qui n'est facile pour personne. Vos locataires ne sont en rien responsable de cette situation, et face à la disponibilité de guichets pour pouvoir régler leur loyer, nous vous avons écrit à plusieurs reprises pour vous demander de ne pas engager de poursuite contre les locataires puisqu'ils ont prévu de régler leur loyer dès la levée du confinement.

Nos demandes ne concernaient pas uniquement les paiements des loyers, puisqu'en cette période de confinement nous vous avons fait remonter des demandes d'interventions, des questionnements de locataires et sur ses points nous remercions certains bailleurs pour leur réactivité, ce qui montre tout l'intérêt qu'ils portent à leurs locataires.

Depuis quelques jours nous sommes étonnés de voir, en plus des très nombreux appels téléphoniques au quotidien pour tenter de faire payer les locataires par carte bleue, virement ou par prélèvement, l'envoi massif de courrier en RAR exigeant des locataires le règlement sous les 8 jours " vous êtes redevable, à défaut de recouvrement, nous serons contraint de confier le recouvrement de notre créance à un huissier de justice ".

Les locataires nous interpellent et ne comprennent pas ce procédé.

La CNL ne peut pas accepter ce genre de méthode ! Depuis le début nous avons signalé au Préfet, ainsi qu'à vous les bailleurs, que devant cette situation exceptionnelle il était nécessaire d'engager des discussions dès la levée du confinement avant de faire des lettres de relance, des procédures par voie d'huissier.

Cette crise liée au Covid19 aura des répercussions sur des centaines de locataires ayant une baisse de revenus (salariés, chef d'entreprise...) et que, chaque cas, devra faire l'objet d'un suivi individuel et non de poursuites à grande échelle.

A l'instar de ce qui a été mise en place par des bailleurs sociaux dans les Hauts de Seine, Seine St Denis nous avons proposé dès la fin mars :

• La mobilisation du FSL (Conseil Départemental) . La mise en place de mesures avec Action Logement
• L'étalement des dettes avec un plan d'apurement si nécessaire

Mais en aucun cas si les locataires bénéficient de l'allocation logement il ne doit y avoir de rupture de cette aide à la personne qui est nécessaire pour des milliers de Réunionnais. Cette suspension d'allocation logement ne fera qu'empirer la situation financière des locataires et des bailleurs, puisque dans ce cas nous proposerons aux locataires de faire des plans d'apurement à minima de 12 mois.

Nous précisons qu'une partie des locataires payant en espèces sont des personnes à bas revenus et des personnes âgées.

Vous avez compris Madame, Messieurs, que la CNL se rendra, comme elle a toujours fait, disponible pour s'assurer auprès des locataires des meilleures décisions. Nous nous engageons à accompagner, informer les locataires comme on le fait depuis le 16 mars sur toutes les démarches à entreprendre sur les paiements, l'objectif étant de veiller aux intérêts de chacun.

Nous allons de notre côté saisir le Conseil Départemental, Action Logement, la CAF, le Préfet de La Réunion, les Parlementaires Réunionnais afin que tous ensemble nous mettons en oeuvre des solutions adaptées à notre situation Réunionnaise.

Nous sommes persuadé que vous comprenez que la situation que nous traversons est particulière et que la demande que nous portons au nom des locataires est légitime aussi nous vous remercions de votre soutien à notre démarche.

Dans l'attente, nous nous tenons à votre disposition et nous vous prions d'agréer, Madame, Messieurs, l'expression de nos salutations distinguées.

Erick Fontaine, adminstrateur de la CNL

   

3 Commentaire(s)

Sandrine, Posté
Lé vrai!!! Toute bande gratteurs de ki i mette la musique fort en journée et le soir, i achete l'alcool avant 17 h, i reçoit toute qualité la prime, fo aide a zot encore??? Fo arrêter!!!
Angel, Posté
Deplorable ils mettent la musique a fond tte la journée et on reporte leur loyer , moi suis en arrêt maladie mon paiement de mon crédit immobilier il ne sera pas reporté band de noub je voterai plus c est sur !!!!
Chantal, Posté
oui surtout pour ceux qui sont au chÃ'mage partiel ou carrément au chÃ'mage....