[LIVE] Le plan de déconfinement dévoilé mardi, 417 cas confirmés :

Covid-19 : aucun nouveau cas confirmé à La Réunion aujourd'hui


Publié / Actualisé
Ce dimanche 26 avril 2020, aucun nouveau cas n'a été confirmé à La Réunion. Le nombre de cas confirmés depuis le début de l'épidémie reste donc de 417 patients. 6 personnes sont actuellement hospitalisées, dont deux en réanimation. 300 personnes sont considérées comme guéries. Ce mardi, Edouard Philippe annoncera le plan de déconfinement prévu le 11 mai devant l'Assemblée nationale. (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)
Ce dimanche 26 avril 2020, aucun nouveau cas n'a été confirmé à La Réunion. Le nombre de cas confirmés depuis le début de l'épidémie reste donc de 417 patients. 6 personnes sont actuellement hospitalisées, dont deux en réanimation. 300 personnes sont considérées comme guéries. Ce mardi, Edouard Philippe annoncera le plan de déconfinement prévu le 11 mai devant l'Assemblée nationale. (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)

Ce qu'il faut retenir

• La Réunion décompte 417 cas de covid-19 depuis le début de l'épidémie, dont cinq confirmés ce samedi. deux personnes sont en réanimation.

• Mayotte a confirmé 26 nouveaux cas en une seule journée ce samedi, portant le nombre de cas total à 380. 4 personnes sont décédées et 4 personnes sont au service réanimation.

• L'OMS a indiqué qu'il n'existait pour l'heure "aucune preuve" que le virus soit immunisant. "Il n'y a actuellement aucune preuve que les personnes qui se sont remises du Covid-19 et qui ont des anticorps soient prémunies contre une seconde infection", a prévenu l'Organisation mondiale de la santé

• Le gouvernement veut pouvoir réaliser 500.000 tests par semaine d'ici le 11 mai

• Le plan de déconfinement de la France sera dévoilé mardi devant l'Assemblée nationale

• Il y eu 369 décès supplémentaires en 24 heures en France, soit 22.614 depuis le début de l'épidémie

Le nombre de décès à l'échelle mondiale a dépassé les 200.000 personnes, dont près de 90% en Europe et aux Etats-Unis

• Les attestations de déplacement sur smartphone sont disponibles en ligne

  • IPR

    Ce live est à présent terminé, merci d'avoir passé la journée avec nous

    A demain pour une nouvelle journée de suivi de la crise sanitaire

    Bonne nuit tout le monde

  • IPR

    La France a décompté 242 morts en 24 heures, le nombre de personnes en réanimation continue de diminuer.

    Au total, au moins 22.856 personnes sont décédées du covid-19 en France depuis le début de l'épidémie. 28.217 personnes sont hospitalisées, dont 4.682 en réanimation.

  • IPR

    En plein confinement, certains Réunionnais essaient de passer le temps... Et certains le font de manière créative. Certains ont donc créé une courte vidéo pour répondre au "Dans ta face challenge", regardez :

  • IPR

    Opération un jean donné = deux masques offerts

    L'initiative "La licorne et le chat noir" propose à la population de transformer vos vieux jeans en masques, qui seront offerts aux personnels soignants. Deux bacs en carton ont été mis à disposition dans les stations essence Ola Energy Deux Canons et Total Providence à Saint-Denis. Avec un jean, les bénévoles pourront fabriquer deux masques

    Lire l'article ici

  • IPR

    Bibliothèques fermées à Saint-Paul : pas de pénalité de retard

    Toutes les bibliothèques du réseau de lecture publique de Saint-Paul sont fermées depuis le 16 mars 2020. Les lecteurs pourront rendre les documents empruntés une fois ces enceintes culturelles de nouveau accessibles. Aucune pénalité de retard ne sera appliquée.

    Si vous avez reçu un e-mail concernant les rappels, il ne faut pas en tenir compte. Il n’y aura évidemment pas de pénalité de retard pendant le confinement. La commune vous rappelle qu’il ne faut surtout pas vous déplacer durant cette période. Vous pourrez rendre les documents lorsque les bibliothèques seront de nouveau rouvertes.

    D’autres informations seront diffusées sur le site, la page Facebook de la ville de Saint Paul et sur celle des Bibliothèques de la commune en fonction de l’évolution de la situation.

    Lire l'article ici

  • IPR

    Aucun nouveau cas confirmé à La Réunion aujourd'hui

    La préfecture et l'Agence Régionale de Santé confirment qu’il n’y a pas eu de nouveau cas de coronavirus COVID-19 à La Réunion, ce 26 avril à 15h00, soit au total 417 cas depuis l’apparition  du premier cas le 11 mars 2020.

    412 cas ont été investigués à cette heure par l’ARS et Santé publique France, dont 70% sont des cas importés. 5 cas sont en cours d’investigation.

    - Bilan des cas investigués -

    • Cas importés (personnes qui ont contracté la maladie en dehors du territoire) : 289

    • Cas autochtones secondaires (personnes ayant un lien direct avec des cas importés) : 65

    • Cas autochtones (personnes ayant un lien indirect ou n’ayant aucun lien avec un cas importé) : 58

    • Nombre total de cas investigués : 412

    - Situation sanitaire -

    • Cas hospitalisés hors service de réanimation : 4
    • Cas hospitalisés en service de réanimation : 2

    -  Tranches d’âge -

    • 0 à 14 ans : 8.2% (34 cas)

    • 15 à 44 ans : 40.7 %

    • 45 à 64 ans : 39.8 %

    • 65 à 74 ans : 7.5 %

    • 75 ans et plus : 3.9 %

    - Contact-tracing -

    Plus de 3350 personnes ont été appelées individuellement et suivies dans le cadre du contact-tracing. Mis en place par l’ARS, en concertation avec Santé Publique France, le « contact-tracing » est un dispositif qui a pour objectif d’identifier et de rappeler toutes les personnes ayant été en contact proche (entourage familial, professionnel, passagers proches dans les avions…) avec un cas confirmé de Coronavirus pendant sa période de contagiosité (on parle de «sujets contacts» ou de «contacts»).

    Ces personnes ont fait l’objet d’une enquête téléphonique au cours de laquelle a été évalué leur état de santé et leur a été précisé l’importance de :
        • respecter un isolement strict (quatorzaine)
        • surveiller quotidiennement leur état de santé (avec prise de température) et appeler tous les jours un numéro vert dédié
        • appeler immédiatement le 15 en cas d’apparition de symptômes
        • porter les masques livrés à leur domicile afin de limiter les risques de transmission du virus (sécuriser les déplacements au sein du domicile ou à l’extérieur pour motif de déplacement impérieux).

    Prises de contact pendant la quatorzaine :

        • A mi-parcours : rappel des personnes n’ayant pas contacté régulièrement le numéro vert (dans le cadre d’une collaboration avec le CIC du CHU) pour s’assurer du maintien de leur isolement et de leur état de santé.
        • En fin de quatorzaine : rappel de toutes les personnes pour leur signifier la fin de leur isolement et s’assurer de nouveau de leur état de santé.

     

  • IPR

    Confin'action : pour soutenir l'agriculture paysanne mondiale

    Depuis le 17 avril 2020 et ce jusqu'à la fin du confinement, l'association Oasis Réunion appelle la population à planter chez soi pour "montrer son soutien à l'agriculture paysanne mondiale". Dans son jardin, sur sa terrasse, son balcon, dans son appartement...l'association demande aux participants d'envoyer une photo ou une vidéo de vos plantations. Pour ceux qui n'ont pas la main verte, Oasis Réunion propose d'enregistrer une chanson de soutien.

  • IPR

    Mayotte : 21 nouveaux cas confirmés, 401 au total

    Situation sanitaire

    • 144 patients guéris (mise à jour le 24 avril)

    • 31 patients actuellement hospitalisés au CHM dont 4 dans le service de réanimation.

    • 4 décès sont à déplorer

    Depuis l’introduction du virus à Mayotte, plus de 2500 tests ont été réalisés par le laboratoire du CHM.

  • IPR

    Application StopCovid et libertés: la Cnil pose des conditions

    "Conforme", à condition de muscler les garanties de protection des libertés, et d'évaluer régulièrement son utilité: la Cnil a rendu dimanche un avis très attendu sur l'application de traçage StopCovid.

    Ce dispositif gouvernemental doit permettre, lors du déconfinement, de répertorier les contacts avec des malades du coronavirus. L'application, inspirée de stratégies déployées par Singapour notamment, doit alerter les personnes l'ayant téléchargée quand elles ont côtoyé, par exemple dans un train ou un métro, des personnes diagnostiquées positives au Covid-19, et elles-mêmes équipées.

    Plusieurs autres pays européens étudient ce type de dispositif, qui repose sur la technologie "Bluetooth" permettant à des smartphones de communiquer entre eux. Il sera basé en France sur le volontariat, anonyme, temporaire et transparent, a promis l'exécutif.

    L'objectif est d'encourager les personnes averties à se faire tester et à s'isoler. StopCovid permettrait aussi de cartographier l'évolution de l'épidémie, qui a tué 22.614 personnes en France depuis début mars, selon le dernier bilan communiqué samedi.

    Lire l'article ici

     

  • IPR

    Déconfinement: l'heure des choix pour le gouvernement

    A deux jours de présenter son très attendu plan de déconfinement, le gouvernement a encore des choix cruciaux à finaliser pour sécuriser le redémarrage progressif du pays à partir du 11 mai, avec un défi de taille: l'organisation de la rentrée scolaire dans les écoles, qui suscite de nombreuses inquiétudes.

    L'objectif est de "co-construire" ce plan avec élus, syndicats et patronat, a assuré Edouard Philippe dimanche sur Twitter. Après des consultations ce week-end, le Premier ministre a rendez-vous mardi à 15H00 avec les députés pour présenter "la stratégie nationale du plan de déconfinement", avant un débat et un vote.

     

    "Nous présenterons ensuite cette stratégie (...) aux associations d'élus locaux et aux partenaires sociaux, pour que s'engage une période de co-construction du plan national et de ses déclinaisons territoriales", affirme le chef du gouvernement, chargé de mettre en musique le déconfinement annoncé à la mi-avril par Emmanuel Macron.

    Sa déclaration à l'assemblée sera groupée avec celle, déjà prévue, sur la question du traçage et de l'application "Stop Covid". La mise au point d'ici le 11 mai de cette application, qui doit permettre de retrouver les contacts des personnes porteuses du coronavirus, constitue "un défi", souligne dimanche Cedric O, secrétaire d'Etat au Numérique, dans un entretien au Journal du Dimanche (JDD).

    D'autant que la CNIL a demandé dimanche "certaines garanties supplémentaires" de protection de la vie privée et veut "pouvoir se prononcer à nouveau après la tenue du débat au Parlement".

    C'est un véritable exercice d'équilibriste auquel le gouvernement doit se livrer: relancer l'économie sans relancer l'épidémie. Et ceci dans un contexte de doutes des Français qui ne sont que 39% à lui faire confiance pour faire face efficacement au coronavirus, soit sept points de moins en une semaine, selon un sondage Ifop pour le JDD.

    Dans un entretien à cet hebdomadaire, le président du Sénat Gérard Larcher (LR) estime que "la pénurie, le manque de masques et de tests" ont été "gérés par l'approximation" et reproche à l'exécutif "des prises de paroles incessantes et contradictoires"

    Lire l'article ici

  • IPR

    Les usagers de drogues piégés par le confinement et l'angoisse du manque

    Frontières fermées, trafic ralenti, confinement qui chamboule le quotidien: face aux conséquences du coronavirus, les usagers de drogues se débrouillent comme ils peuvent et les professionnels de santé craignent des excès pour pallier la pénurie qui se profile.

    Quand le confinement a été annoncé mi-mars, Salomé* ne s'est pas précipitée dans un point de deal comme tant d'autres franciliens. L'institutrice, qui fume quotidiennement, comptait sur son stock habituel de cannabis.

    Lors du ravitaillement début avril, mauvaise surprise. "C'était difficile de trouver et les prix avaient doublé ou triplé", raconte la quadragénaire. Par une commande groupée, elle et ses amis ont pu se faire livrer "100 grammes de shit (résine de cannabis, ndlr) pour 620 euros, au lieu de 380 euros habituellement".

    Ecoeurée par cette inflation, l'enseignante envisage de "faire une pause". Mais après 25 ans de fumette, "ce serait plus contraignant". D'autant qu'avec le télétravail, elle a légèrement augmenté sa consommation, "comme en vacances". "Quand t'as ce qu'il te faut, si tu fumes pas tu t'en fous. Mais le stress, c'est de rien avoir", témoigne Eliott en Vendée.

    Le trentenaire, qui "achète à 90% de la weed (herbe de cannabis, ndlr) locale", est serein. "La fermeture des frontières, ça me touche pas", jubile ce cuisinier, dont certaines connaissances commandent désormais sur le darknet. "Tout le monde dit que c'est la galère, mais il suffit de connaître les paysans du coin."

    La production d'herbe en France n'est pourtant "pas suffisamment importante pour répondre à la demande nationale", observe Michel Gandilhon de l'Observatoire français des drogues et des toxicomanies (OFDT), dans un article de la revue spécialisée Swaps.

    Lire la suite de l'article ici

  • IPR

    Les pharmacies sont désormais autorisées à vendre des "masques non sanitaires, fabriqués selon un processus industriel et répondant aux spécifications techniques applicables", selon un arrêté publié au Journal officiel.

  • IPR

    A Maurice, aucun nouveau cas positif n'a été détecté ces dernières 48 heures d'après L'Express.

    Le pays compte 331 cas recensés, et le nombre de patients guéris passe à 295. Maurice compte désormais 24 cas actifs, dont 3 patients en traitement à l’étranger

  • IPR

    Fondation Père Favron : tous les personnels et résidents testés négatifs

    Les 72 résidents et personnels de la Fondation Père Favron à Saint-Pierre ont été testés négatifs au covid-19, a annoncé Jean-Paul Pinot, directeur général de la Fondation, à Imaz Press. Les derniers résultats sont tombés ce dimanche 26 avril 2020. Pour rappel, la totalité du personnel et les résidents du pôle handicap dépendance ont été dépistés à la suite d'un résultat "douteux" de l'un des résidents. Ce dernier avait été transféré directement au CHU du Nord à l'annonce du résultat, et un protocole covid-19 avait été mis en place.

    Lire l'article ici

  • IPR

    Reprise des adoptions sur les chapeaux de roue à la SPA

    Grâce à l'assouplissement annoncé par le gouvernement mi-avril, les adoptions en refuge peuvent reprendre. Pour la SPA de La Réunion, c'est un vrai soulagement. Les venues des visiteurs se font donc uniquement sur rendez-vous et dans le strict respect des gestes barrières. Mais même sans ouvrir toute la semaine, on observe un véritable engouement pour les adoptions en période de confinement. Cette semaine, la SPA enregistre une trentaine d'adoptions sur deux jours seulement. Une bouffée d'air pour la trésorerie de l'association actuellement en difficulté et un échange donnant donnant permettant à la fois aux adoptants de se sentir moins seuls et aux animaux adoptés de sortir du refuge.

    Le reportage est à retrouver ici

  • IPR

    Seychelles : l'économie ravagée par le coronavirus

    Les Seychelles seront le pays africain le plus touché économiquement par la pandémie du COVID-19 Environ 60 % du PIB des Seychelles provient du tourisme, et depuis le mois de mars les revenus de ce secteur qui est le premier pilier de l'économie du pays sont quasiment nuls. Pire jusqu'à la fin de l'année, les touristes ont annulé leurs réservations dans les hôtels.

    Alors le gouvernement seychellois s’est tourné vers la banque centrale pour puiser dans ses réserves. Les Seychelles ont fait appel à la Banque mondiale, qui a décidé
    d’octroyer au pays une aide de 6,9 millions de dollars. La banque centrale des Seychelles a expliqué qu’elle avait 488 millions de dollars suffisamment pour tenir 18 mois. Cet argent servira à importer trois choses, les médicaments, le carburant, et de la nourriture.

    Les Seychelles qui ne produisent pour ainsi dire rien, doivent importer l’ensemble de ce qu’elle consomme. La banque centrale du pays a prévu 1,3 million de dollars par mois pour l’importation de nourriture et 3,7 millions de dollars pour le pétrole. Face au manque de devise étrangère, la roupie seychelloise a perdu 25 % de sa valeur contre le dollar et l’euro.

    Pour l’instant, la répercussion de la dégringolante de la roupie ne s’est pas encore fait ressentir sur le panier de la ménagère, mais cela ne saurait tarder.

    La Commission du Commerce Juste a soumis au gouvernement toute une série de mesures, pour éviter tout abus de la part des commerçants, dont la réintroduction des prix fixes pour la nourriture. "Il faut se préparer à des moments difficiles"n'a pas caché le président Danny Faure.

    Pour l’instant, le gouvernement seychellois s’est engagé à financer les salaires des employés du secteur privé, pour les 3 prochains mois, et même jusqu’à 6 mois si cela est nécessaire. Les banques commerciales ont aussi décidé d’apporter leur soutien en proposant aux entreprises de reporter de 6 mois les paiements de leur prêt bancaire.

    Avant la crise du Covid-19, il y avait 25 000 travailleurs étrangers dans le pays, soit un peu mins du tiers de la population. Ce travailleurs non syechellois sont une pression sur les réserves de devises du pays. Certaines voix ont demandé que ces personnes puissent retourner dans leur pays jusqu’à ce que la situation économique du pays revienne à la normale.

    Mais l’absence de vol oblige ces travailleurs à rester dans le pays tout en faisant face à des difficultés pour envoyer une partie de leur salaire à leur famille.

    Lire l'article ici

  • IPR

    Plus de 200.000 morts, l'OMS met en garde contre les "passeports immunitaires"

    Le seuil symbolique des 200.000 morts du nouveau coronavirus a été franchi samedi soir, dont près de 90% en Europe et aux Etats-Unis, au moment où l'OMS émettait des réserves sur la délivrance de "passeports immunitaires", une idée émise dans certains pays pour accompagner le déconfinement.

    Avec plus de 53.000 décès, les États-Unis sont le pays ayant enregistré le plus de morts suivis par l'Italie (26.384), l'Espagne (22.902), la France (22.614) et le Royaume-Uni (20.319).

    Les Etats-Unis ont enregistré samedi soir un bilan journalier de 2.494 décès supplémentaires, un décompte qui repart à la hausse au lendemain du chiffre le plus bas en près de trois semaines (1.258).

    La moitié de l'humanité reste confinée et en Espagne, troisième pays le plus endeuillé du monde, les enfants trépignent, pressés de sortir de leur maison pour la première fois depuis six semaines. Le pays, soumis depuis le 14 mars à un confinement extrêmement strict prolongé jusqu'au 9 mai inclus, interdisait jusqu'à présent aux moins de 14 ans de sortir, même accompagnés de leur parents.

    A partir de dimanche, les petits pourront "sortir pour se promener ou jouer dans la rue une fois par jour durant une heure et dans un rayon d'un kilomètre de leur domicile". Le 2 mai, les adultes auront le droit eux de sortir faire du sport ou de se promener.

    En Italie, un enfant de neuf ans, Lupo, a lui mis à profit son confinement : pour tuer l'ennui, ce jeune Milanais a programmé un jeu vidéo dont le but est de détruire virtuellement le Covid-19 à coups de tirs lasers à bord d'un vaisseau spatial.

    Ailleurs, l'envie d'une coupe de cheveux impeccable en a poussé certains à prendre des risques : la police allemande a découvert samedi deux salons de coiffure, dotés d'un équipement professionnel, installés dans des caves de deux maisons en Bavière.

    L'OMS a douché samedi les espoirs de ceux qui misaient sur une éventuelle immunité des personnes ayant été confrontées au coronavirus, au moment où certains pays mettent en place des programmes de tests sérologiques en vue du déconfinement.

    Lire l'article ici

  • IPR

    Le plan de déconfinement de la France dévoilé mardi

    A deux jours de présenter son plan, le gouvernement doit faire des choix cruciaux pour sécuriser le déconfinement et le redémarrage de la France à partir du 11 mai, avec le défi de surmonter avec succès la complexité concernant les établissements scolaires.

    Les consultations vont bon train pendant tout le week-end car le Premier ministre Edouard Philippe a rendez-vous mardi à 15 heures avec les députés pour présenter "la stratégie nationale du plan de déconfinement". Un débat et un vote suivront cette prestation.

    L'application de traçage "Stop Covid", qui doit permettre de retrouver les contacts avec des personnes porteuses du coronavirus, doit également être présentée à cette occasion. Sa mise au point pour le 11 mai constitue "un défi", souligne dimanche Cedric O, secrétaire d'Etat au Numérique, dans un entretien au Journal du Dimanche (JDD).

    C'est un véritable exercice d'équilibriste auquel le gouvernement doit se livrer: relancer l'économie sans relancer l'épidémie.Et ceci avec le doute des Français qui ne sont que 39% à avoir confiance dans le gouvernement pour faire face efficacement au coronavirus, soit sept points de moins en une semaine, selon un sondage Ifop pour le JDD.

    - "Approximation" -

    Dans un entretien à cet hebdomadaire, le président du Sénat Gérard Larcher (LR) a estimé que "la pénurie, le manque de masques et de tests" avaient été "gérés par l'approximation". Il a aussi reproché "les prises de paroles incessantes et contradictoires" de l'exécutif dans cette crise.

    Le confinement est en vigueur en France depuis mi-mars pour bloquer la propagation du nouveau coronavirus qui, selon le dernier bilan samedi, a fait depuis le 1er mars 22.614 morts dans le pays. Dont 369 nouveaux décès en 24 heures.

    Les signaux d'une amélioration de la situation dans les hôpitaux perdurent avec le bilan quotidien de décès le plus faible enregistré depuis plus d'un mois (198 entre vendredi et samedi) et une baisse continue depuis 17 jours du nombre de patients en réanimation (4.725 personnes samedi soir).

    Mais avec la levée progressive du confinement à partir du 11 mai, les questions fusent: masques obligatoires au collège, au lycée, dans les transports? Combien de tests, pour qui? Réouverture des commerces au niveau national, par régions? Quid pour les entreprises? Et les vacances d'été?

    Le Conseil scientifique chargé d'éclairer le gouvernement a livré samedi soir ses recommandations pour une "levée progressive et contrôlée du confinement". Dans deux documents, l'un centré sur l'école et l'autre sur les modalités générales du déconfinement à un horizon de deux mois.

    Il y précise notamment qu'il était favorable plutôt à ce que crèches et établissements scolaires restent fermés jusqu'en septembre. Mais il dit avoir pris "acte de la décision politique" du gouvernement de les rouvrir progressivement dès mai, en "prenant en compte les enjeux sanitaires mais aussi sociétaux et économiques".

    Cette instance présidée par le professeur Jean-François Delfraissy préconise notamment le port obligatoire d'un masque antiprojection, industriel ou artisanal, dans les collèges et les lycées, à la fois pour le personnel et pour les élèves.

    - Déjeuner en classe -

    Elle suggère aussi le déjeuner en classe, la prise de température à la maison par les parents, des stratégies dans les établissements pour éviter les brassages d'élèves. Tout en écartant la faisabilité et l'intérêt d'un dépistage massif des élèves et des personnels.

    "Avec cette note du Conseil scientifique, nous avons la base pour l'élaboration du protocole sanitaire annoncé pour donner un cadre sûr au déconfinement scolaire. Ce protocole national sera la référence de tous les acteurs pour la préparation de rentrée", a tweeté Jean-Michel Blanquer, ministre de l'Education nationale.

    Au-delà des questions scolaires, le Conseil scientifique préconise aussi d'autoriser les déplacements d'une région à l'autre par transports en commun si les mesures de précaution sont respectées.

    Mais il déconseille "fortement" les déplacements internationaux "durant les mois suivant la période de sortie de confinement", les voyageurs s'exposant à des risques de mise en quarantaine à l'étranger comme à leur retour en France.

    En visite samedi dans un laboratoire de tests de Saint-Denis, son premier déplacement depuis un mois, le ministre de la Santé Olivier Véran a réaffirmé l'objectif de pouvoir "réaliser au moins 500.000 à 700.000 tests par semaine", contre plus de 50.000 par jour actuellement.

    L'objectif est de pouvoir tester toutes les personnes présentant des symptômes ainsi que celles ayant été en contact rapproché avec des cas confirmés de coronavirus.

    En revanche, tester l'ensemble des Français serait "impossible" et "n'a pas de sens au niveau médical", a-t-il répété, alors que certaines entreprises entendent dépister leurs salariés.

  • IPR

    Plus de 200.000 morts, l'OMS met en garde contre les "passeports immunitaires"

    Le seuil symbolique des 200.000 morts du nouveau coronavirus a été franchi samedi soir, dont près de 90% en Europe et aux Etats-Unis, au moment où l'OMS émettait des réserves sur la délivrance de "passeports immunitaires", une idée émise dans certains pays pour accompagner le déconfinement.

    Avec plus de 53.000 décès, les États-Unis sont le pays ayant enregistré le plus de morts suivis par l'Italie (26.384), l'Espagne (22.902), la France (22.614) et le Royaume-Uni (20.319).

    Les Etats-Unis ont enregistré samedi soir un bilan journalier de 2.494 décès supplémentaires, un décompte qui repart à la hausse au lendemain du chiffre le plus bas en près de trois semaines (1.258).

    La moitié de l'humanité reste confinée et en Espagne, troisième pays le plus endeuillé du monde, les enfants trépignent, pressés de sortir de leur maison pour la première fois depuis six semaines. Le pays, soumis depuis le 14 mars à un confinement extrêmement strict prolongé jusqu'au 9 mai inclus, interdisait jusqu'à présent aux moins de 14 ans de sortir, même accompagnés de leur parents.

    A partir de dimanche, les petits pourront "sortir pour se promener ou jouer dans la rue une fois par jour durant une heure et dans un rayon d'un kilomètre de leur domicile". Le 2 mai, les adultes auront le droit eux de sortir faire du sport ou de se promener.

    En Italie, un enfant de neuf ans, Lupo, a lui mis à profit son confinement : pour tuer l'ennui, ce jeune Milanais a programmé un jeu vidéo dont le but est de détruire virtuellement le Covid-19 à coups de tirs lasers à bord d'un vaisseau spatial.

    Ailleurs, l'envie d'une coupe de cheveux impeccable en a poussé certains à prendre des risques : la police allemande a découvert samedi deux salons de coiffure, dotés d'un équipement professionnel, installés dans des caves de deux maisons en Bavière.

    L'OMS a douché samedi les espoirs de ceux qui misaient sur une éventuelle immunité des personnes ayant été confrontées au coronavirus, au moment où certains pays mettent en place des programmes de tests sérologiques en vue du déconfinement.

    Lire l'article ici

  • IPR

    Ce qu'il faut retenir de ce samedi

    • La Réunion décompte 417 cas de covid-19 depuis le début de l'épidémie, dont cinq confirmés ce samedi. 5 personnes sont en réanimation.

    • Mayotte a confirmé 26 nouveaux cas en une seule journée ce samedi, portant le nombre de cas total à 380. 4 personnes sont décédées et 4 personnes sont au service réanimation.

    • L'OMS a indiqué qu'il n'existait pour l'heure "aucune preuve" que le virus soit immunisant. "Il n'y a actuellement aucune preuve que les personnes qui se sont remises du Covid-19 et qui ont des anticorps soient prémunies contre une seconde infection", a prévenu l'Organisation mondiale de la santé

    • Le gouvernement veut pouvoir réaliser 500.000 tests par semaine d'ici le 11 mai

    • Le plan de déconfinement de la France sera dévoilé mardi devant l'Assemblée nationale

    • Il y eu 369 décès supplémentaires en 24 heures en France, soit 22.614 depuis le début de l'épidémie

    Le nombre de décès à l'échelle mondiale a dépassé les 200.000 personnes, dont près de 90% en Europe et aux Etats-Unis

  • IPR

    Bonjour La Réunion !

    Nous voila repartis pour une nouvelle journée de suivi de la crise sanitaire

    Rest ek nou, rest zot kaz

     

A propos

- Cinq nouveaux cas et cinq personnes hospitalisées en réanimation -

Le nombre de cas confirmés repart à la hausse ce samedi 25 avril 2020 à La Réunion : dans la journée, cinq nouveaux cas ont été confirmés, portant le nombre total à 417 depuis le début de l'épidémie. Cinq personnes sont actuellement hospitalisées en réanimation, contre deux vendredi. Un.e patient.e a cependant pu quitter l'hôpital ce samedi.

289 des cas sont importés, 65 sont des cas autochtones secondaires et 58 des cas autochtones. Cinq cas sont encore en cours d'investigation par l'ARS.

Pour les tranches d'âges, 8,2% ont entre 0 et 14 ans, 40,7% entre 15 et 44 ans, 39,8% entre 45 et 64 ans, 7,5% entre 65 et 74 ans et enfin 3,9% ont plus de 75 ans. Ces chiffres montrent donc qu'à La Réunion, les cas de moins de 14 ans sont désormais deux fois plus nombreux que les plus de 75 ans à raison de 8% contre 3,9%.

Plus de 3.300 personnes ont été appelées individuellement et suivies dans le cadre du contact-tracing. Depuis la fin du mois de mars, une baisse du nombre de cas confirmés est observée à la Réunion : entre 0 et 10 cas par jour, confirmant ainsi une faible circulation ponctuelle sur le territoire indique l'ARS.

- Le compagnon de chambre du "cas douteux" de la fondation Père Favron testé négatif -

Alors qu'un "cas douteux" a été détecté au pôle handicap dépendance de la Fondation Père Favron à Saint-Pierre, les résultats du colocataire du patient sont revenus négatifs. Le personnel ainsi que les patients ayant été en contact avec la personne suspectée d'être porteuse du virus ont été dépistés, les résultats n'ont pas encore été communiqués.

Retrouvez nos lives précédents ici : 

notre live du 25 avril : Covid-19 : 5 nouveaux cas confirmés à La Réunion, 417 au total

• notre live du 24 avril : Covid-19 : aucun nouveau cas à La Réunion, le total reste à 412

• notre live du 23 avril : Coronavirus : 2 nouveaux cas confirmés à La Réunion, 412 patients au total

• notre live du 22 avril : Coronavirus : aucun nouveau cas ce mercredi, la préfecture dément un cluster aux Avirons

• notre live du 21 avril : Covid-19 : 2 nouveaux cas confirmés à La Réunion, 410 au total

• notre live du 20 avril : Coronavirus : pas de nouveau cas, le bilan reste de 408 personnes contaminées à La Réunion

Et tous nos lives et articles depuis le début de la crise sanitaires sont ici

   

2 Commentaire(s)

Imbécile 974, Posté
Il faut m'expliquer, qui a contaminer les 5 personnes d'hier? Je pense que les contrÃ'les ne sont pas fais de manière à trouver des c
Mayaqui, depuis son mobile, Posté
Il était grand temps d.impliquer les pharmacies dans la distribution grand public des masques !
De l art français de couper les cheveux en quinze ........