Les dons vont permettre de tenir quelques semaines :

Les demandes de colis à la Banque alimentaire des Mascareignes ont triplé


Publié / Actualisé
Face à une multiplication par trois des demandes hebdomadaires de colis, la Banque Alimentaire des Mascareignes a fait un appel aux dons. Des entreprises réunionnaises ont répondu à cette demande de solidarité et cela va permettre de tenir quelques semaines. Nous publions le communiqué de la structure ci-dessous. (Photo DR)
Face à une multiplication par trois des demandes hebdomadaires de colis, la Banque Alimentaire des Mascareignes a fait un appel aux dons. Des entreprises réunionnaises ont répondu à cette demande de solidarité et cela va permettre de tenir quelques semaines. Nous publions le communiqué de la structure ci-dessous. (Photo DR)

Ces temps de confinements sont inédits à bien des égards. Les responsables de la Banque Alimentaire des Mascareignes s’en sont rendus compte dès la première semaine : "habituellement, nous distribuons en moyenne 625 colis par semaine. La première semaine du confinement, nous avons livré 769 colis, la deuxième semaine, ce sont 1800 colis qui ont dû être préparés et la troisième semaine, 2450 colis étaient nécessaires", explique Bruno Prochasson, secrétaire général de l’association.

Des distributions inédites ont été mises en place comme, par exemple, la distribution hebdomadaire de 700 paniers de fruits et légumes frais et locaux, organisée en partenariat avec le Conseil Départemental. "Nous savons que la population (précaire) en grande difficulté est dans une situation très complexe aujourd’hui alors nous innovons", explique Marcel Techer, le Président de la Banque Alimentaire des Mascareignes.

Ces bénévoles ne chôment donc pas en ce moment. D’ailleurs, il a fallu réagir immédiatement face à cette augmentation d’activité avec notamment le recrutement de nouveaux bénévoles puisque l’équipe a presque doublé pour passer à 10 salariés et 55 bénévoles.

Et il a fallu aussi remplir les hangars. "On n’a jamais vu nos stocks aussi maigres", continue Marcel Técher. Là aussi, la réactivité a dû être rapide pour ne pas arriver à une pénurie. Le nombre de demande étant trois fois supérieur aux moyennes habituelles, la BAM a effectivement dû utiliser ses réserves.
Des entreprises locales, habituées des dons alimentaires pour certaines, ont immédiatement répondu à l’appel de cette association qui distribue des colis alimentaires sur tout le territoire réunionnais en partenariat avec 10 CCAS et 25 associations habilitées.

Un premier appel aux dons a été effectué la semaine dernière et déjà, 15 tonnes de lait, 5 tonnes de sucre, 2,8 tonnes de riz, 4 tonnes de légumes en conserve et 22 palettes de chocolats de pâques ont été collectées. Cela va être distribué dans les prochaines semaines. Téréos, Carrefour, Leclerc, Vindemia, Soboriz, Cilam, Royal Bourbon et Unilever ont spontanément livré leur contribution, mais cela ne suffira pas pour répondre aux nombreuses demandes qui vont continuer à dépendre de ces colis pendant encore plusieurs semaines.

Bien entendu, les approvisionnements habituels de la BAM ont été actionnés. La Fédération française des banques alimentaires est intervenue auprès du gouvernement et le fonds européen va ainsi être augmenté. 30 tonnes d’aides supplémentaires vont ainsi parvenir à La Réunion. Des donateurs nationaux privés vont également permettre de faire parvenir 50 tonnes sur notre île, mais cela ne parviendra que dans 5 à 6 semaines. Il est donc urgent que les entreprises locales continuent à se mobiliser et répondent aux besoins de solidarité qui se font attendre en ce moment.

La Banque Alimentaire des Mascareignes a besoin d’aides pour continuer à bien fonctionner et de dons alimentaires en nature.

Les dons financiers peuvent être effectués sur la plateforme nationale.

Prochasson Bruno : [email protected]

   

1 Commentaire(s)

La vérité si je mens !, Posté
Dire il y a quelques semaines en suivant les reportages télévisés , les grandes surfaces étaient bondés et les chariots pleins à craquer !
Comprenne qui pourra ...