Adaptations locales, reprise de l'école progressive, port du masque :

Plan de déconfinement : ce qu'il faut retenir des annonces d'Edouard Philippe


Publié / Actualisé
Le Premier ministre Edouard Philippe s'est exprimé devant les députés ce mardi 28 avril pour leur présenter les grands axes de l'après 11-mai. Un déconfinement progressif et adapté à chaque territoire en fonction de sa circulation virale. Plusieurs phases sont envisagées, la première d'entre elles dure jusqu'au 2 juin. Si la libre circulation des personnes peut reprendre, les loisirs sont réduits et le déplacement hors département ne peut se faire que sur un motif impérieux. Les commerces qui n'engendrent pas de grand rassemblement vont pouvoir rouvrir à partir du 11 mai. Quant à la rentrée, elle se fera tranche d'âge par tranche d'âge, les masques seront obligatoires dans les collèges et les lycées, tout comme dans les transports publics. (Photo d'illustration)
Le Premier ministre Edouard Philippe s'est exprimé devant les députés ce mardi 28 avril pour leur présenter les grands axes de l'après 11-mai. Un déconfinement progressif et adapté à chaque territoire en fonction de sa circulation virale. Plusieurs phases sont envisagées, la première d'entre elles dure jusqu'au 2 juin. Si la libre circulation des personnes peut reprendre, les loisirs sont réduits et le déplacement hors département ne peut se faire que sur un motif impérieux. Les commerces qui n'engendrent pas de grand rassemblement vont pouvoir rouvrir à partir du 11 mai. Quant à la rentrée, elle se fera tranche d'âge par tranche d'âge, les masques seront obligatoires dans les collèges et les lycées, tout comme dans les transports publics. (Photo d'illustration)

C’est devant 75 députés, confinement oblige, que le premier ministre Edouard Philippe a pris la parole ce mardi. A l'issue de son discours et du débat qui a suivi, l'Assemblée nationale a approuvé son plan de déconfinement par 368 voix contre 100 soit une très large majorité.

Il a commencé par dresser quelques constats face à la crise sanitaire en cours, dont " les plaies s’annoncent profondes " comme l’a indiqué en préambule le président de l’Assemblée nationale, Richard Ferrand.

Ainsi le premier ministre a confirmé une " décrue " en France, bien que celle-ci soit " lente " : le nombre d’hospitalisations et de patients en réanimation baisse. A La Réunion, le nombre de cas journaliers se stabilise.

Se basant sur les résultats d’une étude parue précédemment, le confinement aurait également permis d'éviter " au moins 60.000 décès, et 105.000 lits auraient manqué pour gérer l'épidémie " a-t-il ajouté.

"Nous allons devoir vivre avec le virus, il va continuer à circuler parmi nous, ce n'est pas réjouissant mais c'est un fait. Il faut donc apprendre à s'en protéger" a ensuite expliqué le premier ministre.

• Un déconfinement en plusieurs phases

"Si les indicateurs ne sont pas au rendez-vous nous ne déconfinerons pas au 11 mai ou alors de façon plus stricte" a affirmé Edouard Philippe, rappelant à chacun la responsabilité de bien se confiner jusqu'au bout et de respecter les règles sanitaires.

Le déconfinement devrait se dérouler en plusieurs phases. La première court du 11 mai au 2 juin. La phase suivante ira jusqu'à l'été. Une troisième débutera donc à ce moment là. "C'est fin mai que nous statuerons sur la réouverture des restaurants et des cafés" a ajouté Edouard Philippe.

• Le port du masque obligatoire dans "certaines situations"

Pour détailler son plan de déconfinement, Edouard Philippe s’appuie sur trois grands axes : protéger, tester, isoler.

La protection passe d’abord par les masques. Si les gestes barrières et la distanciation sociale devront se poursuivre pendant l’après confinement, le port du masque, lui, ne sera obligatoire que dans certaines situations. Il le sera notamment dans les transports et dans les collèges et lycées.

" Nous recevons près de 100 millions de masques chirurgicaux chaque semaine, et bientôt 20 millions lavables à compter du mois de mai " a indiqué le premier ministre. Pour soutenir les collectivités, l’Etat va fournir une aide à hauteur de 50% du coût des masques sur la base d'un prix de référence.

" Il y aura donc assez de masques pour tout le pays " a-t-il conclu. Côté grand public, peu d’informations cependant. "Les particuliers sont invités à se confectionner eux-mêmes des masques" a ajouté Edouard Philippe.

• Dépistage en masse

Une large stratégie de dépistage est envisagée à l’issue du confinement. En effet, " le Conseil scientifique nous dit à ce stade que les modèles prévoient entre 1000 et 3000 cas nouveaux chaque jour à partir du 11 mai " a annoncé le premier ministre.

A la sortie du confinement le gouvernement entend réaliser 700.000 tests virologiques par semaine au 11 mai. Laboratoires privés comme publics seront mobilisés et la prise en charge de ces tests sera assurée à 100% par l'assurance maladie, a garanti Edouard Philippe.

• Vie sociale : ce qu'on pourra faire et ne pas faire

- Il sera à nouveau possible de circuler librement sans attestation sauf à plus de 100 km du domicile. Pour les plus âgés, la plus grande prudence sera recommandée, les visites privées "doivent être entourées de précautions".
- Il sera possible de pratiquer une activité sportive de plein air, mais pas en lieu couvert et pas de sport collectif ou de contact
- Les parcs et jardins ne pourront ouvrir que dans les départements "verts" où le virus ne circule pas activement
- Les plages resteront inaccessibles au public jusqu'au 1er juin
- Les médiathèques, les bibliothèques et petits musées pourront rouvrir. Les grands musées, eux, resteront fermés comme les cinémas ou les salles de théâtre et de concert. Idem pour les salles des fêtes ou salles polyvalentes.
- Les grandes manifestations sportives, culturelles, les festivals, avec plus de 5.000 participants, ne pourront se tenir avant le mois de septembre.
- La saison 2019-2020 de football et de rugby ne pourront pas non plus reprendre.
- Les lieux de culte pourront rester ouverts mais les cérémonies ne devront pas être organisées avant le 2 juin. Concernant les enterrements, les règles actuelles restent en place, "pour protéger les vivants".
- Les cimetières seront ouverts au public.
- Les mairies pourront continuer à proposer le report des mariages.
- L'offre sera réduite sur les trains et transports entre territoires pour décourager les déplacements entre départements. Pour le jeudi de l'Ascension, "ce n'est pas le moment de quitter son département".

• Un déconfinement adapté aux départements

L'un des éléments au cœur de ce plan est géographique. "La circulation hétérogène du virus crée de fait des disparités dans les territoires." Ces différences doivent être prises en compte selon Edouard Philippe, en laissant aux maires "la possibilité d'adapter le plan national".

Trois ensembles de critères seront retenus pour évaluer la situation de chaque département : soit le taux de cas reste élevé, soit les capacités hospitalières restent tendues, soit le système local de test n'est pas suffisamment prêt. Pour les départements qui ne présentent aucun de ces critères, ils recevront un code couleur "vert", les territoires les plus en danger seront en rouge.

Des codes couleurs bientôt visibles sur une carte actualisée régulièrement. En effet, c'est le 7 mai que la décision sera prise de répartir les départements dans chacune de ces 3 catégories. Mais à compter de jeudi, la carte sera présentée avec les résultats département par département lors du point quotidien de Jérôme Salomon.

• Le sujet épineux de la reprise des classes

La réouverture des écoles sera très progressive et "sur la base du volontariat" dès le 11 mai, le 18 mai à La Réunion. Ce sont d'abord les classes de grande section, CP et CM2 qui retourneront en classe. Puis les classes de 6ème et de 5ème seront concernées. Fin mai, la décision sera prise pour les lycées.

Les classes vont rouvrir "dans des conditions strictes" : "pas plus de 15 élèves par classe", et du gel hydroalcoolique sera distribué. Par ailleurs, "tous les enseignants recevront des masques" a assuré Edouard Philippe.

Pour les enfants, le port du masque n'est pas obligatoire, il est même "prohibé" a indiqué le Premier ministre après consultation des scientifiques tout comme en crèche. Mais des masques pédiatriques seront mis à disposition des enfants notamment en cas de symptômes. Pour les collégiens et les lycéens, le port du masque sera obligatoire. Des masques seront donc remis aux élèves.

Quant au contenu des cours, ce sera aux différentes académies de plancher sur le sujet, le premier ministre souhaitant laisser de la "souplesse" à ce sujet. Idem pour les crèches, les gestionnaires devront établir eux-mêmes les règles de sécurité.

• Le télétravail toujours conseillé

Le télétravail doit être encouragé pour limiter la circulation des travailleurs selon Edouard Philippe. "Il n'y aura pas d'avant et d'après confinement sur ce point là."

Il s'agira pour ceux qui ne le peuvent pas "de limiter les salariés dans un espace de travail". Par ailleurs des fiches métiers vont être réalisés : 33 guides sont aujourd'hui disponibles, il en faut environ 60 pour couvrir tous les secteurs. Ils doivent être prêts pour le 11 mai.

• (Presque) tous les commerces rouverts au 11 mai

Concernant les commerces, "tous sauf les cafés et restaurants pourront rouvrir au 11 mai. Les marchés seront autorisés sauf si les maires ou les préfets estiment qu'ils ne peuvent être organisés" a déclaré le premier ministre.

L'ouverture des grandes surfaces en outre dépendra de la surface, ce qui peut générer des déplacements de foules trop importants. Concernant les bars, cafés et restaurants, une décision sera prise fin mai.

• Distances physiques dans les transports

Pour les transports, la question est plus ardue. L'application des gestes barrières y est très difficile. "Nous allons prendre deux séries de décisions : faire remonter au maximum l'offre, et faire baisser la demande en demandant aux Français de laisser les transports aux heures de pointe pour ceux qui travaillent" a affirmé le premier ministre.

Les compagnies de transports seront accompagnées, mais les opérateurs devront s'organiser pour faire respecter les gestes barrières. "Les bus scolaires pourront circuler mais avec une règle du 1 sur 2 et le port du masque sera obligatoire pour les chauffeurs et pour les collégiens et les lycéens." Les chauffeurs de taxis sont également concernés.

Le port du masque sera obligatoire dans les transports mais Edouard Philippe n'a fourni pour l'instant aucun détail sur l'approvisionnement et le financement de ce dispositif.

mm / www.ipreunion.com / [email protected]

   

4 Commentaire(s)

Mayaqui, depuis son mobile, Posté
Je pense que le ministre aurait préférer s'en tenir aux consignes du conseil scientifique !!!!! Beaucoup plus facile !!!!

Cette situation étant inédite et changeante, il est difficile d'anticiper ;
En plus, Philippe a une position délicate et Macron ne se gênera pas pour s'en servir
De fusible en fin de crise ....en guise de remerciements !!!!
La vérité si je mens !, Posté
Edouard Philippe a présenté les modalités du déconfinement en France, à partir du 7 mai, 11 mai, 2 juin, 23 juillet... le calendrier du déconfinement progressif , Alléluia !
Sapoties, Posté
Alea jacta est !
De toute façon il faut avancer, alors allons-y.
Sapoties, Posté
Alea jacta est !
De toute façon il faut avancer, alors allons-y.