Certains ne retourneront pas à l'école le 18 mai (actualisé) :

La rentrée scolaire remise en question dans plusieurs communes


Publié / Actualisé
Alors que la rentrée scolaire approche et est datée au 18 mai 2020, de plus en plus de maires réunionnais annoncent que les écoles ne rouvriront pas leurs portes. Le Tampon, Sainte-Marie, Saint-Joseph, Saint-Philippe, Bras-Panon, Saint-André...Ces six communes ont déjà prévu de garder leurs écoles fermées. Toutes ces villes considèrent notamment que les conditions d'accueil des élèves ne permettront pas de garantir la sécurité de tous et que le protocole sanitaire est, en l'état, plus que compliqué à appliquer. (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)
Alors que la rentrée scolaire approche et est datée au 18 mai 2020, de plus en plus de maires réunionnais annoncent que les écoles ne rouvriront pas leurs portes. Le Tampon, Sainte-Marie, Saint-Joseph, Saint-Philippe, Bras-Panon, Saint-André...Ces six communes ont déjà prévu de garder leurs écoles fermées. Toutes ces villes considèrent notamment que les conditions d'accueil des élèves ne permettront pas de garantir la sécurité de tous et que le protocole sanitaire est, en l'état, plus que compliqué à appliquer. (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)

Les annonces se succèdent dans les communes : pour certains maires, il est hors de question de renvoyer les enfants à l'école en l'état. D'autant plus que, ce week-end, un protocole long de 58 pages a été remis aux personnels éducatifs, qui le considèrent comme "impossible à mettre en place".

Le député Jean-Hugues Ratenon a d'ailleurs réitéré son appel aux élus réunionnais à ne pas rouvrir leurs écoles dans un communiqué de presse.

• Saint-Joseph

La commune de Saint-Joseph a été la première a indiqué son refus de rouvrir ses écoles le 21 avril dernier. "Nous avons l’obligation et le devoir moral, faut-il le rappeler, de garantir la sécurité des élèves que nous accueillons. Avons-nous les moyens de garantir la sécurité des écoliers et des familles ? La réponse est non" avait déclaré Patrick Lebreton dans une tribune libre.

• Le Tampon

Au Tampon, après un refus de l'ARS de pratiquer un dépistage massif des personnels éducatifs, le maire a décidé de refuser "de mettre ce personnel à disposition des écoles et au contact des enfants, par mesure de précaution". "Il appartiendra à l'Etat, par voie de réquisition, de placer le fonctionnement des écoles sous sa pleine et entière responsabilité" a-t-il précisé. Dans le cas contraire, la commune se préparera pour une rouverture lors de la rentrée de la mi-août.

• Bras-Panon

"Le temps insuffisant et la difficulté pour constituer les stocks de fournitures nécessaires pour assurer la sécurité de tous conduisent la commune à préférer le maintien du dispositif d’éducation à distance" a précisé de son côté la commune de Bras-Panon dans un communiqué. Le maire Daniel Gonthier a par ailleurs indiqué qu'une aide continuerait d'être apportée aux familles en difficulté afin d'assurer la continuité pédagogique, alors que le retour à l'école des élèves précaires reste l'argument principal du gouvernement pour le retour en classe.

• Saint-Philippe

Ce lundi, c'était au tour d'Olivier Rivière, maire de Saint-Philippe, d'annoncer que les écoles de sa commune ne rouvriraient pas dans deux semaines. Il dénonce notamment un protocole sanitaire bien trop lourd à faire appliquer dans les établissements. " Je le dis, il n"y aura pas de rentrée des classes à Saint-Philippe le 18 mai" a-t-il affirmé à nos confrères d'Antenne Réunion.

• Sainte-Marie

A Sainte-Marie, le refus d'ouvrir les écoles n'est pas tout à fait acté. Richard Nirlo a indiqué qu'il refuserait d'ouvrir les écoles s'il constatait que les conditions sanitaires n'étaient pas suffisantes pour garantir la sécurité des enfants et des personnels éducatifs.

• Saint-André

Ce lundi soir, c'est au tour de Jean-Paul Virapoullé d'annoncer que les écoles de Saint-André resteraient fermés si le personnel éducatif ne peut être dépisté avant la rentrée. Dans un communiqué de presse, il a indiqué "pas de test, pas de rentrée à Saint-André !". "Par ailleurs, l’Education Nationale a réalisé une enquête auprès des familles de Saint-André, du 25 au 28 avril 2020. Les parents ont rendu un verdict sans appel : 89% d’entre eux ne souhaitent pas envoyer leurs enfants à l’école le 18 mai" a-t-il ensuite souligné. Il souhaite continuer l'enseignement via la continuité pédagogique, et se concentrer sur une reprise des cours en présentiel à la mi-août.

D'autres maires se sont montrés plus prudents, indiquant que les écoles rouvriraient bien, malgré que la réticence se fasse tout de même ressentir. C'est notamment le cas de Gilbert Annette, maire de Saint-Denis, qui indiquait ce lundi que la rouverture des classes se ferait "avec difficultés et réticences" au micro de Réunion la 1ère. Certaines communes envisagent aussi de fermer leurs cantines, comme à Sainte-Suzanne, pour limiter les risques de propagation.

www.ipreunion.com / [email protected]
 

   

1 Commentaire(s)

Fafa974, Posté
Mon avis sur la question.
Je pense qu'il faut laisser croire à nos gouvernants... que oui nous allons laisser nos enfants rentrer.
Car aujourd'hui si les établissements ouvrent, c'est bien que leur estimation d'accueil est de + ou - 20% d'enfants en classe.
Donc facile pour eux de les accueillir, et bien sÃ"r de supprimer toutes les aides accordées en temps de crises. Par contre si nous laissons entendre que 80% de nos enfants iront a l'école, il y a impossibilité d'accueil donc l'école ferme et les aides sont toujours perçues.
Je préconise un gros mensonge (comme l'ont fait nos gouvernants pour les masques)
Laissez croire que vous allez envoyer vos enfants à l'école à la rentrée, chacun fera en son âme et conscience le jour J.
Sauf si les établissements scolaires restent fermés, les 20% qui veulent une rentrée seront déçus.