L'île est en rouge, le virus circule activement, tous les indicateurs augmentent :

Covid-19 : le bilan des décès double en un week-end à La Réunion


Publié / Actualisé
Si certains en doutaient encore, l'épidémie de Covid-19 continue de flamber à La Réunion. Trois nouveaux décès ont été annoncés ce week-end, un samedi et deux dimanche. C'est d'ailleurs la première fois que deux décès sont annoncés dans la même journée. Ce dimanche également La Réunion est officiellement passée "zone rouge" à savoir territoire de circulation active et non plus modérée. Les autorités ont annoncé 107 cas de Covid-19 supplémentaires ce dimanche, et tous les indicateurs semblent continuer de monter. (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)
Si certains en doutaient encore, l'épidémie de Covid-19 continue de flamber à La Réunion. Trois nouveaux décès ont été annoncés ce week-end, un samedi et deux dimanche. C'est d'ailleurs la première fois que deux décès sont annoncés dans la même journée. Ce dimanche également La Réunion est officiellement passée "zone rouge" à savoir territoire de circulation active et non plus modérée. Les autorités ont annoncé 107 cas de Covid-19 supplémentaires ce dimanche, et tous les indicateurs semblent continuer de monter. (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)

• Trois décès en un week-end

Ce week-end, trois personnes ont perdu la vie des suites de la Covid-19. C'est le double du bilan jusqu'ici présenté par les autorités. Un patient de 60 ans est mort ce samedi, il présentait "plusieurs facteurs de sévérité" selon la préfecture et l'ARS.

Deux autres personnes sont mortes du virus ce dimanche. C'est la première fois que deux décès sont annoncés dans la même journée. Il s'agit d'une personne âgée de plus de 65 ans et d’une autre âgée de plus de 80 ans.

Ce week-end fait donc monter le bilan à 6 décès directement liés à la Covid-19, hors évacuations sanitaires. Une 7ème personne atteinte du virus avait également perdu la vie mais sa mort est liée à une autre pathologie.

• La Réunion passe en rouge

Ce dimanche, avant même de savoir que deux nouveaux décès étaient à déplorer, La Réunion est officiellement devenue "zone rouge" à savoir une zone de circulation virale active.

Un nouveau décret publié au Journal officiel ce dimanche a ajouté 7 territoires à la liste des départements rouges et La Réunion en fait partie, alors que ce vendredi encore lors d'un point presse, les autorités locales parlaient d'une "circulation modérée".

Il faut dire que tous les indicateurs sont en hausse. Le nombre de cas quotidiens continue d'augmenter fortement et ce week-end la barre des 100 cas supplémentaires a été franchie à chaque fois : 113 cas annoncés samedi, 107 cas dimanche.

Lire aussi : La Réunion passe la barre des 100 cas journaliers pour la première fois

Le taux d'incidence (le nombre hebdomadaire de cas positifs rapporté à 100.000 habitants) est ainsi passé de 5,2 dans la semaine du 3 au 9 août à 53,8 du 24 au 30 août, sachant que le seuil d'alerte est fixé à 50 pour 100.000 habitants. Il est donc largement dépassé désormais.

Le taux de positivité (nombre de tests positifs/nombre de tests réalisés) est passé de 0,5 à 2,8 %, sur la même période. Le R effectif (le taux de reproduction du virus) est de 1,27 au 29 août, ce qui marque une circulation active du virus.

Lire aussi : Covid-19 : non, ce n'est pas (uniquement) parce qu'on teste plus qu'il y a plus de cas positifs

Ce passage en rouge donne au préfet le pouvoir de prendre de nouvelles mesures. Voici sur quoi peuvent porter les nouvelles mesures : interdiction de l'accueil du public dans les établissements recevant du public, interdiction des marchés, interdiction de rassemblement dans les lieux de culte, suspension de l'accueil dans les écoles ou encore restriction des déplacements.

La préfecture a indiqué qu'elle se réunirait d'abord avec l'ARS et les élus avant toute nouvelle mesure potentielle.

• Quatre nouveaux clusters

La majorité des cas continue d'être autochtone, avec 1.453 cas autochtones sur 2.071 cas investigués depuis le début de l'épidémie. Soit 77% de cas autochtones.

Les clusters, au nombre de 15 actifs selon le dernier comptage de l'ARS, augmentent également puisque 4 nouveaux foyers de contagion ont été annoncés ce dimanche.

Et preuve que le virus circule désormais de façon diffuse sur toute l'île, un cluster est apparu à Sainte-Rose, un autre à la Plaine des Cafres. Les deux autres se trouvent à Saint-Paul et à La Possession.

Lire aussi : Covid-19 : le virus progresse sur l'ensemble de La Réunion

• Hausse des hospitalisations

On compte désormais 55 personnes hospitalisées à La Réunion dont 14 en service de réanimation. Là aussi les chiffres augmentent avec 4 nouveaux patients hospitalisés, bien qu'on note 2 personnes en moins en réanimation. Le bilan est encore loin des capacités maximales du CHU qui a augmenté son nombre de lits dans ce service en anticipation.

La part des évacuations sanitaires (EVASAN) cependant a fortement baissé alors qu'elle était majoritaire fut un temps. Seuls 10 malades issus d'une évacuation sanitaire sont hospitalisés à La Réunion, et aucun en réanimation.

L'épidémie se poursuit donc de façon très claire à La Réunion : les indicateurs d'alerte augmentent, la circulation active est confirmée, le nombre de décès est en hausse, les cas autochtones largement majoritaires, des clusters continuent d'être détectés et ce partout dans l'île désormais.

La circulation virale est étendue et diffuse. Plus que jamais, les gestes barrières et le port du masque sont d'importance. Cette semaine le préfet devrait dévoiler les éventuelles nouvelles mesures choisies pour l'île.

Jacques Billant avait aussi indiqué qu'il allait donner sa réponse cette semaine sur le maintien ou non du Grand Raid. Les chiffres du week-end peuvent changer la donne.

mm / www.ipreunion.com / [email protected]

   

2 Commentaire(s)

John, Posté
LES POLITICIENS MANIPULENT LES GENS POUR POUVOIR NOUS METTRE UN VACCIN.UN COMPLOT
Missouk, Posté
Si je comprends bien, l'île toute entière est devenue un "cluster", puisqu'il y a des clusters un peu partout... En clair, l'épidémie est devenue incontrôlable, comme avec le chikungunya et la dengue. Quand les responsables de l'ARS passent sur les plateaux de télévision, ils viennent pour meubler le temps, nous abreuver de bons mots et de chiffres. Chacun aura bien compris qu'ils ne font que nous montrer leur incompétence. Il n'y a plus qu'à espérer, comme en métropole au début de l'épidémie que les soignants sauront "tenir la baraque" un peu mieux que ces branquignols de l'ARS et que toute la population comprendra enfin que le respect des gestes barrières est désormais indispensable et pas facultatif!