Liberté, égalité, vacciné :

Covid-19 : un "passeport vaccinal" pour revenir à "la vie normale"


Publié / Actualisé
Contre toute attente, d'après un sondage Ifop publié ce dimanche 17 janvier 2021, les Français seraient en majorité favorables à l'instauration d'un passeport vaccinal pour voyager à l'étranger ou pour rendre visite à des personnes vulnérables dans les établissements de soins. Le gouvernement quant à lui s'y oppose, pour le moment. Retour sur un certificat qui crée le débat (photo AFP)
Contre toute attente, d'après un sondage Ifop publié ce dimanche 17 janvier 2021, les Français seraient en majorité favorables à l'instauration d'un passeport vaccinal pour voyager à l'étranger ou pour rendre visite à des personnes vulnérables dans les établissements de soins. Le gouvernement quant à lui s'y oppose, pour le moment. Retour sur un certificat qui crée le débat (photo AFP)

Depuis plusieurs mois, le gouvernement Macron est accusé de mener une politique liberticide, que ce soit pour les mesures prises afin de lutter contre l’épidémie de la Covid-19 ou plus récemment pour la loi dite de Sécurité Globale. Défendue par la population, les associations comme la ligue des Droits de l'homme et même le Conseil d’état, la liberté est une valeur chère aux Français, plus encore quand ils en sont privés.

Lire aussi : Mais de quoi ont peur le gouvernement et une partie des forces de l'ordre...

Dans un tel contexte de méfiance, les résultats d’un récent sondage Ifop publié ce dimanche 17 janvier 2021 par nos confrères du Parisien créent la surprise. En effet, les Français seraient 62% a approuvé l’instauration d’un passeport vaccinal, conditionnant les déplacements à l’étranger et 60% d’entre eux seraient pour que seules les personnes vaccinées contre la Covid-19 soient autorisées à rendre visite aux personnes vulnérables en maisons de retraite ou à l'hôpital. La moitié des sondés réclameraient qu'un tel document soit obligatoire pour les transports en commun. Enfin, une personne sur deux serait d’accord pour imposer cette mesure aux élèves et personnels des collèges et lycées, aux spectateurs des cinémas et salles de spectacles ainsi qu'aux salariés.

Pourtant, au-delà même de la question de l’efficacité scientifique d’une telle mesure, mettre en place ce type de certificat soulève des interrogations au niveau juridique mais aussi éthique, au point que de nombreux pays, dont la France, émettent des réserves.

- La question d’un passeport vaccinal n’est pas (encore) sur la table en France –

Sur Franceinfo, Clément Beaune, secrétaire d’Etat chargé des Affaires européennes, a estimé que "la mise en place d'un passeport vaccinal à l'échelle européenne était un débat très prématuré". La position du gouvernement peut s’expliquer par le fait que selon le droit français, le "passeport sanitaire" ne peut être instauré tant qu'il existe une inégalité des citoyens face à l'accès au vaccin. C’est d’ailleurs ce que précise Clément Beaune : "ce débat n'a pas lieu d'être et ce serait choquant, alors qu'on débute encore partout cette campagne de vaccination en Europe, qu'il y ait des droits plus importants pour certains que pour d'autres. Ce n'est pas notre conception de la protection et de l'accès aux vaccins".

Pour autant, le secrétaire d’Etat admet que la question pourrait se poser à l’avenir : "quand l'accès au vaccin sera généralisé, ce sera un sujet différent". Début décembre, un projet de loi sur les urgences sanitaires avait déjà été présenté comme une volonté "d’instaurer un passeport vert" comme le rappelle Franceinfo : "dans son article 1, le projet de loi prévoyait d'octroyer au Premier ministre le pouvoir de "subordonner les déplacements des personnes, leur accès aux moyens de transports ou à certains lieux, ainsi que l’exercice de certaines activités à la présentation des résultats d’un test de dépistage établissant que la personne n’est pas affectée ou contaminée, au suivi d’un traitement préventif, y compris à l’administration d’un vaccin, ou d’un traitement curatif". Les détracteurs du projet de loi redoutaient ainsi un possible durcissement des conditions d'accès à certains moyens de transports comme l’avion. Sous le feu des critiques, le gouvernement avait remballé son texte". Preuve que malgré sa réticence actuelle, une telle idée a déjà germé dans la tête de l’exécutif.

- L’OMS s’y oppose "pour le moment" -

L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) s’est déclarée "opposée pour le moment à ce passeport vaccinal à l'échelle planétaire". Michael Ryan, directeur des questions d'urgence sanitaire à l'OMS précise que "les certificats de vaccination pour voyager n'ont pas de raison d'être, parce que nous manquons de preuves cruciales quant à savoir si les personnes vaccinées peuvent continuer à être infectées ou à transmettre la maladie " et parce que "les vaccins ne sont encore disponibles qu'en quantité limitée".

Selon la présidente de la Haute Autorité de santé, Dominique Le Guludec, interrogée par Franceinfo le 12 janvier dernier, "nous ne nous sommes pas penchés sur cette question parce que tout bêtement, on ne sait pas si ce vaccin bloque la transmission, ça n'a donc pas de sens. Le jour où on le saura, il faudra voir qui et comment. Et ça, ce n'est pas forcément notre mission. L'obligation vaccinale (...) dépend de la loi."

- Qu’en dit l’Europe ? –

A l’échelle européenne, c’est la Grèce qui a lancé le débat le 12 janvier 2021. Le pays qui a déjà mis au point son propre certificat sanitaire destiné à prouver que l'on a été vacciné contre le Covid-19, propose d'étendre ce programme à l'ensemble des 27 pays membres de l'Union Européenne. Selon l’agence Reuters, cette idée fait son chemin et "la Commission européenne travaille déjà à la création d'un certificat de vaccination, intitulé "Vaxproof", qui pourrait permettre de rétablir les voyages entre pays membres". Pour autant, l’idée divise les états membres.

Si les gouvernements européens et l'OMS tergiversent sur l’application ou non d’une telle mesure, les Français eux, semblent, à mesure que les semaines passent, prêts à tout pour retourner à l'illusion d'une vie normale, quoi qu’il en coûte.

vc/www.ipreunion.com / [email protected]

   

1 Commentaire(s)

Lina, Posté
Je me demande parfois si ce genre d article n aurait pas pour but de nous convaincre du bienfait de ce qui se prépare... mois de décembre le gouvernement prépare un passeport vaccinal. Finalement il recule sous la pression de l opposition et de la polémique. Début janvier on nous dit finalement la majorité des gens sont contre...et maintenant c est les gens qui sont pour et le gouvernement est contre. Même cheminement pour la décision des gens â se faire vacciner ou non. ...finalement si on écoute les infos actuellement tout le monde voudrait se faire vacciner en opposition au mois précédent... ne serait ce pas une forme de manipulation pour que l'on agisse comme le souhaite le gouvernement ? J ai découvert pour ma part cette semaine ce qu' était le nudge cette semaine (reportage arte)...et découvert également que le gouvernement Macron avait également un cabinet de conseil sur l utilisation des nudges pour nous convaincre...