[LIVE PHOTOS/VIDÉO] Inauguration du centre de vaccination nord (actualisé) :

Covid-19 : 3.158 personnes vaccinées à ce jour à La Réunion


Publié / Actualisé
Ce jeudi 28 janvier à 9h30, et alors que les motifs impérieux reprennent entre la Métropole et La Réunion, les autorités sanitaires inaugurent le centre de vaccination nord à l'espace Reydellet, à Saint-Denis. Le centre ouest pour sa part sera inauguré ce vendredi 29 janvier. 3.158 personnes vaccinées à ce jour à La Réunion, 1.000 doses supplémentaires arriveront dans le courant du mois de février. En plus du vaccin Pfiezer, le vaccin Moderna sera également administré dans les semaines à venir. Suivez notre direct (Photos rb/www.ipreunion.com)
Ce jeudi 28 janvier à 9h30, et alors que les motifs impérieux reprennent entre la Métropole et La Réunion, les autorités sanitaires inaugurent le centre de vaccination nord à l'espace Reydellet, à Saint-Denis. Le centre ouest pour sa part sera inauguré ce vendredi 29 janvier. 3.158 personnes vaccinées à ce jour à La Réunion, 1.000 doses supplémentaires arriveront dans le courant du mois de février. En plus du vaccin Pfiezer, le vaccin Moderna sera également administré dans les semaines à venir. Suivez notre direct (Photos rb/www.ipreunion.com)

Le centre de vaccination anti Covid-19 nord est inauguré ce jeudi 28 janvier à l'espace Reydellet. Jacques Billant, préfet de La Réunion, Martine Ladoucette, directrice de l’ARS, et Cyrille Melchior, président du Conseil départemental sont présents aux côtés de représentants de la communauté médicale. A La Réunion, la campagne de vaccination a démarré le 15 janvier 2021.

Nos journalistes sont sur place en direct, suivez notre live :

Ericka Bareigts, maire de Saint-Denis, prend la parole lors de cette inauguration. Elle se dit satisfaite de la "collaboration exemplaire" des différents services dans le cadre de la campagne de vaccination. Elle appelle les Réunionnais et Réunionnaises "à se faire vacciner" : "c'est un acte collectif, un acte majeur de citoyenneté" estime la maire. Elle rappelle qu'il faut faire attention "aux docteurs des réseaux sociaux" et "faire confiance aux vrais médecins".

C'est au tour de Martine Ladoucette, directrice de l'ARS,  qui se dit "heureuse de pouvoir donner le "la" de cette inauguration"". Elle rappelle que la covid-19 a tué 74.000 personnes en France et que près de 10.000 personnes ont été contaminées à La Réunion ; elle recense 40 décès que l'on peut imputer "directement ou indirectement" au virus sur l'île. "Le vaccin représente un espoir mais aussi un défi logistique" explique l'experte. Actuellement, c'est le vaccin Pziefer qui est injecté aux Réunionnais, d'ici quelques semaines, on pourra également comper sur le vaccin Moderna. Elle rappelle que le vaccin est efficace à 95%. Martine Ladoucette explique que la vaccination demande beaucoup d'organisation et que "des plages de vacation" seront organisées par le personnel de santé pour assurer la campagne.

Au total, 3.158 personnes ont déjà été vaccinées sur l'île à ce jour : 2.191 professionnels de santé éligibles, 777 résidents en EHPAD et 190 personnes âgées à domicile. La deuxième injection leur sera administrée d'ici trois semaines. "A partir de fin février voire la mi-février, 1.000 doses de vaccin arriveront sur l'île, c'est plus que ce qui avait été annoncé" a déclaré la directrice de l'ARS.

Le préfet prend la parole à son tour. Huit centres vont "mailler le territoire de La Réunion". La vaccination "est la priorité de l'Etat" selon Jacques Billant. Il explique que se faire vacciner "c'est se protéger mais aussi protéger les autres". Selon le représentant du gouvernement à La Réunion, trois grands principes fondent la stratégie vaccinale française : "sécurité, efficacité, transparence". Il invite "l'ensemble des concitoyens éligibles à se faire vacciner au plus vite".

Question vaccination, le médecin chef du centre Nord explique que les personnes qui arrivent dans le centre de vaccination ont pris rendez-vous au préalable sur une plateforme en ligne. Une fois sur place, elles se verront remettre un questionnaire pré-vaccinal dont l'objectif est de vérifier qu'elles n'ont pas de contre-indication. Ce document permettra aussi la tracabilité des patients.

Roger Lavergne, 76 ans, botaniste et auteur, va être le premier à se faire vacciner dans le centre Nord. Il devra patienter 15 minutes après l'injection pour surveiller les effets. Il déclare que "ses proches lui ont conseillé de se faire vacciner". Il "se dit honoré" et le fait par peur des variants britannique et sud-africain. Il aimerait que sa femme se fasse vacciner aussi. Il espère ne pas avoir "d'effets indésirables suite à l'injonction du vaccin". Pour Martine Ladoucette, "c'est important de donner un tel signal" et "remercie Roger Lavergne".

La directrice de l'ARS explique que l'agence recense les effets indésirables ressentis par les patients, quasiment au jour le jour. Sur 400.000 personnes suivies, 135 petits incidents (fièvres, nausées) ont été relevés. Martine Ladoucette se veut rassurante : "nous n'avons rien caché, il y a eu neuf décès de personnes âgées recensés en France après l'injection du vaccin mais aucun lien de causalité n'a été établi entre les deux".

Dans ce centre ambulatoire de vaccination pour personnes prioritaires (âgées ou présentant des commorbités), 80 personnes pourront se faire vacciner par jour.

www.ipreunion.com / [email protected]

   

2 Commentaire(s)

Ginot, Posté
Il y a plus de lieux pour faire la politique, bientÃ't ce seras dans une salle mortuaire
Test, depuis son mobile, Posté
t3st