Les variants du virus inquiètent :

Covid-19 : "le couvre-feu est utile mais pas suffisant" annonce Olivier Véran


Publié / Actualisé
Olivier Véran tient une conférence de presse ce jeudi 28 janvier 2021, depuis le ministère de la Santé. Il fait le point sur la situation sanitaire dans le pays. Alors que le nombre de cas de Covid-19 est toujours en hausse, avec 20.000 cas quotidiens, le gouvernement étudie un renforcement des mesures sanitaires. L'apparition de variant inquiète particulièrement. "Le couvre-feu est utile mais pas suffisant" a notamment annoncé le ministre. Nous sommes en live, suivez-nous (Photo AFP)
Olivier Véran tient une conférence de presse ce jeudi 28 janvier 2021, depuis le ministère de la Santé. Il fait le point sur la situation sanitaire dans le pays. Alors que le nombre de cas de Covid-19 est toujours en hausse, avec 20.000 cas quotidiens, le gouvernement étudie un renforcement des mesures sanitaires. L'apparition de variant inquiète particulièrement. "Le couvre-feu est utile mais pas suffisant" a notamment annoncé le ministre. Nous sommes en live, suivez-nous (Photo AFP)

• Olivier Véran est en direct, regardez :

  • IPR

    C'est la fin de ce live, merci de l'avoir suivi

  • IPR

    "Les mesures actuelles sont utiles mais pas suffisantes" déclare Olivier Véran

    "Les variants, je les considère comme des nouveaux virus. Mais les scientifiques et laboratoires restent confiants sur l'efficacité des vaccins" rappelle-t-il

  • IPR

    L'apparition des variants inquiètent les autorités, plus de 2.000 cas de variant signalé chaque jour

    "Deux paramètres sont à prendre en compte : celui positif est la vaccination des personnes vulnérables qui a commencé. Le paramètre qui nous inquiète sont les variants. Ils sont plus contagieux que le Covid-19 classique, et circulent dans le monde entier et en France. Nous mobilisons toutes les plateformes de séquençage, des tests PCR spécifiques, un traçage encore plus serré, et avons mis en place une proposition systématique à tous les patients de recevoir la visite d'un.e infirmier.e à domicile" détaille Olivier Véran. Plusieurs milliers de visites ont été faites.

    Le variant circule activement : il y avait quelques 500 patients début janvier chauqe jour, il y en a désormais plus de 2.000

     



     

  • IPR

    250 personnes rentrent chaque jour en réanimation, contre 170 en décembre

    27.000 personnes sont actuellement hospitalisées, dont 3.100 en réanimation. La France est dans une situation "de plateau montant" explique le ministre

  • IPR

    "Le couvre-feu à 18 heures ne suffit pas à faire reculer le virus" admet Olivier Véran

    S'il a montré des effets positifs sur le nombre de cas au début de sa mise en plae, il a atteint ses limites.

     

  • IPR

    20.000 cas quotidiens en France, une augmentation de 10% chaque semaine

    "L'objectif de cette conférence de presse est le suivant : je veux vous donner en toute transparence les informations dont nous disposons pour que vous puissez comprendre par vous-même les décisions que nous allons prendre dans les jours à venir" explique Olivier Véran. "Nous ne sommes pas à proprement parler dans une vague épidémique, mais le virus circule à un niveau élevé, il se diffuse plus vite chaque semaine" continue-t-il

     

  • IPR

    Bonjour à tous, bienvenu dans ce live !

    Nous suivons en direct la prise de parole d'Olivier Véran, ministre de la Santé

A propos

Le ministre de la Santé, Olivier Véran, prend la parole à 14h pour faire le point sur la situation sanitaire, et "partager la base des données scientifiques sur laquelle on va prendre nos décisions", selon une source au ministère, qui parle d'un "temps de pédagogie".

Alors qu'un nouveau confinement était présenté en fin de semaine dernière comme probable, voire inéluctable, le gouvernement a temporisé, disant vouloir attendre les résultats du couvre-feu à 18h avec deux semaines de recul, soit ce week-end, et des données sur la propagation des variants anglais et sud-africain plus contagieux.

L'exécutif cherche un "point d'équilibre", avec la nécessité de "protéger les Français" sans toutefois "mettre le pays sous cloche", a expliqué le patron des députés LREM Christophe Castaner. Le tout sur fond d'interrogations sur un ras-le-bol de la population face aux restrictions sanitaires, alors que les cafés, restaurants et lieux culturels n'ont jamais rouvert depuis leur fermeture fin octobre.

Chaque jour apparaissent de nouveaux indicateurs de dégradation économique: ainsi, la construction de logements a baissé de 6,9% en 2020 et la tendance s'annonce encore pire pour les mois à venir, montrent jeudi des chiffres officiels du gouvernement. La veille, les chiffres de l'emploi ont montré que le nombre de chômeurs a augmenté de 7,5% en 2020 par rapport à l'année précédente.

- "Pédagogie" -

Après plusieurs jours de réflexion au sommet de l'Etat, et alors que les variants plus contagieux du virus font craindre une nouvelle dégradation de la situation sanitaire, des décisions seront prises "en fin de semaine", a confirmé sur France Inter le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal.

Parmi les pistes qu'il a annoncées la veille, l'éventail va du "maintien du cadre actuel", jugé "peu probable", jusqu'à "un confinement très serré". Entre ces deux bornes, sont évoqués la possibilité d'un couvre-feu couplé à un confinement seulement le week-end ou encore l'allongement des vacances de février avec l'interdiction des déplacements inter-régionaux, selon une source gouvernementale.

"Il est évidemment possible de réfléchir à allonger les vacances d'un côté ou de l'autre. Mais notre objectif est que les enfants puissent continuer à apprendre", a confirmé Gabriel Attal, alors que le ministre de l'Education, Jean-Michel Blanquer milite plutôt pour "préserver les calendriers autant qu'on peut".

Des discussions sont également en cours sur un éventuel durcissement du protocole sanitaire dans les commerces, notamment les grandes surfaces alimentaires, a indiqué le président de l'enseigne Système U, Dominique Schelcher. Avant de nouvelles annonces, le Premier ministre Jean Castex doit mener jeudi et vendredi une série de consultations avec les présidents de groupes politiques au Parlement, les associations d'élus et les partenaires sociaux. Une initiative qui ne convainc pas les oppositions, toujours critiques : "le concertation commence après qu'en réalité les décisions aient été prises", a tweeté le numéro un du PS Olivier Faure.

   

1 Commentaire(s)

Et pour la Reunion ?, Posté
Et pour la Reunion qui présente d'après l'ARS 9 cas variant sud-africain ? Aeroport ?