Suite à un large dépistage (actualisé) :

Prison de Domenjod : deux nouveaux cas de Covid-19 parmi les personnels


Publié / Actualisé
La direction de la prison de Domenjod confirme à Imaz Press le recensement de deux nouveaux cas de Covid-19 parmi les personnels. Il s'agit plus précisément de deux surveillants. Cela fait suite à un large dépistage opéré auprès des personnels. Trois cas positifs avaient déjà été confirmés en fin de semaine dernière. Un nouveau dépistage est prévu mercredi prochain. (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)
La direction de la prison de Domenjod confirme à Imaz Press le recensement de deux nouveaux cas de Covid-19 parmi les personnels. Il s'agit plus précisément de deux surveillants. Cela fait suite à un large dépistage opéré auprès des personnels. Trois cas positifs avaient déjà été confirmés en fin de semaine dernière. Un nouveau dépistage est prévu mercredi prochain. (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)

Le cluster se confirme à la prison de Domenjod : après la confirmation de trois cas positifs la semaine dernière, la direction a entrepris, de concert avec l'ARS, un large dépistage auprès de ses personnels. Sur 180 personnels, 90 ont été testés sur la base du volontariat et parmi eux environ 60 surveillants. Deux nouveaux cas de Covid-19 sont confirmés, il s'agit de deux surveillants, qui sont donc au contact des détenus.

Selon Pascal Bruno, directeur du centre pénitentiaire, "suivre les cas contacts de ces personnels est ensuite quelque chose de très cimpliqué, c'est la procédure de l'ARS qui prend le relais". Concernant les critiques reçues par des représentants syndicaux sur la gestion du personnel face à la crise sanitaire, le directeur affirme "faire le nécessaire", "moi je n'ai aucun commentaire à faire là-dessus, on fait ce qu'on peut".

Vincent Pardoux, représentant syndical de FO pénitentiaire, estime que la direction n'est pas spécifiquement responsable, c'est un problème d'administration : "étant donné que l'on porte le masque constamment à la prison, nous ne sommes pas considérés comme vrais cas contacts si l'un des personnels est positif, nous sommes alors des 'contacts négligables' selon les termes de l'ARS" indique-t-il. C'est selon lui une raison qui a pu favoriser l'apparition d'un cluster au centre pénitentiaire.

Un nouveau dépistage massif est prévu mercredi 10 février, par ailleurs un comité hygiène et sécurité est prévu la semaine prochaine. Vincent Pardoux souhaiterait que de nouvelles mesures soient mises en place pour protéger les personnels du virus.

www.ipreunion.com / [email protected]

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !