Pas de reconfinement national, déplacements, vaccins :

Ce qu'il faut retenir du discours de Jean Castex


Publié / Actualisé
Le Premier ministre Jean Castex a pris la parole ce jeudi 4 février 2021 pour faire un point sur la situation sanitaire en France. Entouré des ministres de la Santé, du Travail, de l'Intérieur d'Elisabeth Borne, de Gérald Darmanin et de la ministre déléguée auprès du ministre de l'Economie, il a confirmé que le troisième confinement national n'était pas encore à l'ordre du jour, a donné des détails sur les déplacements et les voyages entre régions à la veille des vacances d'hiver de Métropole, et a indiqué que les premières doses du vaccin AstraZeneca devraient être livrées d'ici la fin de la semaine. (Photo d'illustration AFP)
Le Premier ministre Jean Castex a pris la parole ce jeudi 4 février 2021 pour faire un point sur la situation sanitaire en France. Entouré des ministres de la Santé, du Travail, de l'Intérieur d'Elisabeth Borne, de Gérald Darmanin et de la ministre déléguée auprès du ministre de l'Economie, il a confirmé que le troisième confinement national n'était pas encore à l'ordre du jour, a donné des détails sur les déplacements et les voyages entre régions à la veille des vacances d'hiver de Métropole, et a indiqué que les premières doses du vaccin AstraZeneca devraient être livrées d'ici la fin de la semaine. (Photo d'illustration AFP)

• Toujours pas de troisième confinement national

En premier lieu, et c'était une annonce très attendue par les Français, le Premier ministre Jean Castex a déclaré que "la situation ne justifie pas à ce jour" un nouveau confinement. Une décision qui peut évoluer au vu de la situation sanitaire, bien entendu.

"Un nouveau confinement ne peut s'envisager qu'en tout dernier recours. L'objectif que nous devons nous fixer, ce n'est pas de retarder cette échéance, c'est de tout mettre en oeuvre pour l'éviter", a ajouté Jean Castex.

En France, "le taux de mortalité par habitant lié au virus est, au cours de cette deuxième vague, l’un des plus bas d’Europe" a précisé le Premier ministre.

Face à la propagation du variant sud-africain, le gouvernement a cependant confirmé le reconfinement de Mayotte, annoncé dans la soirée par la préfecture de l'île aux parfums et le ministère des Outre-mer. Celui-ci entrera en vigueur à 18h ce vendredi et va durer au moins trois semaines.

Lire aussi : Mayotte reconfinée pendant trois semaines au moins

• Les variants, menace "bien réelle"

Les variants, plus contagieux, "ne constituent pas une menace potentielle mais bien réelle". En quelques semaines, la part des malades atteints par ces formes du virus est passée d’environ 3,3 % le 8 janvier à 14 % aujourd’hui, précise le Premier ministre.

Une annonce faite alors qu'Olivier Véran a annoncé les quatre premiers cas de variant brésilien en France, dont un à La Réunion, alors que notre département a déjà recensé 20 cas de variant sud-africain et 2 cas de variant britannique.

Lire aussi : Covid-19 : quatre premiers cas de variant brésilien en France dont un à La Réunion

• Arrivée du vaccin AstraZeneca

Le gouvernement a annoncé que le vaccin AstraZeneca allait officiellement être livré en France, dans un premier temps en Métropole : les premières doses devraient arriver "d'ici la fin de la semaine". Ce sont les soignants qui seront vaccinés en priorité, et non pas les personnes âgées contrairement à Pfizer et Moderna. Les plus de 50 ans devraient aussi pouvoir en bénéficier.

"A partir de ce week-end, la vaccination sera accessible avec le vaccin AstraZeneca à tous les soignants, pompiers ou aides à domicile de moins de 65 ans" confirme Olivier Véran.

Par ailleurs, Jean Castex a indiqué que le gouvernement ouvrait "dans les prochains jours 1,7 million de rendez-vous supplémentaires pour des premières injections : 500.000 rendez-vous fin février, ouverts à compter de demain, 1,2 million de rendez-vous en mars, ouverts dès le milieu de la semaine prochaine".

• Déplacements encadrés

Le Premier ministre a clairement appelé toutes celles et ceux qui doivent voyager prochainement à reporter leur séjour. "Il s'agit d'arrêter tous les déplacements qui ne répondent pas d'une nécessité absolue", a-t-il déclaré.

Les trajets en-dehors de l'Union européenne sont toujours interdits sauf motif impérieux, a rappelé Jean Castex. Pour les autres, il faut posséder un résultat négatif de test PCR.

A la veille des vacances d'hiver en Métropole, Jean Castex a cependant indiqué que le gouvernement avait choisi "de ne pas limiter les déplacements entre régions" pendant cette période. Cela ne vaut pas pour La Réunion, bien évidemment, actuellement soumise au motif impérieux. Si un troisième confinement est décrété pendant les vacances, les Français pourront rejoindre leur domicile.

Pour lire le discours du Premier ministre dans son intégralité, suivez ce lien.

www.ipreunion.com / [email protected]

   

Mots clés :

    2 Commentaire(s)

    Missouk, Posté
    Et blablabla, et blablabla... Pendant ce temps, des dizaines de milliers de français dont mon père et mes beaux-parents très âgés, n'ont toujours pas eu de rendez-vous pour se faire vacciner. Ceux qui en ont doivent attendre entre 4 et 5 semaines! Mais les conférences de presse, allocutions solennelles, et interviews en tous genres de nos gouvernants meublent l'espace médiatique... On a franchement une belle bande d'incapables!
    Marius, Posté
    est ce que le virus peut s'installer dans les aliments qui nous arrivent des pays de l'est, de la chine ou d'ailleurs, vue que les échanges tant alimentaires que autres continuent à prospérer??????