A compter de ce lundi (actualisé) :

Covid-19 : masques obligatoires pour les élèves du CP au CM2


Publié / Actualisé
Ce lundi 8 février 2021 marque le début d'une nouvelle règle dans les établissements scolaires de La Réunion. Le masque de protection anti-Covid est désormais obligatoire pour les élèves du CP au CM2. Jusqu'ici il ne l'était que pour les enfants de plus de 11 ans. Une décision prise par la préfecture, l'ARS et le rectorat face à la résurgence de cas de Covid-19 sur notre territoire et l'apparition des trois variants sud-africain, britannique et brésilien. Cette semaine sera d'abord pédagogique, pour informer les parents sur cette nouvelle règle sanitaire. A partir du 15 février, l'obligation de porter le masque devra être appliquée à la lettre. (Photo rb/www.ipreunion.com)
Ce lundi 8 février 2021 marque le début d'une nouvelle règle dans les établissements scolaires de La Réunion. Le masque de protection anti-Covid est désormais obligatoire pour les élèves du CP au CM2. Jusqu'ici il ne l'était que pour les enfants de plus de 11 ans. Une décision prise par la préfecture, l'ARS et le rectorat face à la résurgence de cas de Covid-19 sur notre territoire et l'apparition des trois variants sud-africain, britannique et brésilien. Cette semaine sera d'abord pédagogique, pour informer les parents sur cette nouvelle règle sanitaire. A partir du 15 février, l'obligation de porter le masque devra être appliquée à la lettre. (Photo rb/www.ipreunion.com)

C'est un changement de taille qui est loin de faire le bonheur des parents : les masques sanitaires ne sont plus seulement recommandés mais obligatoires pour les enfants de 6 à 10 ans à l'école. Une annonce faite mercredi 3 février par la rectrice de l'académie de La Réunion, Chantal Manès-Bonnisseau, au cours d'une conférence de presse. "A partir du 8 février, le masque sera obligatoire pour tous les élèves du CP au CM2, dès 6 ans, dans les espaces clos et les espaces extérieurs. Seuls les masques chirurgicaux ou grand public de catégorie 1 sont recommandés" avait-elle annoncé.

• Obligatoire à l'école, recommandé dans la rue

Suite à la publication du nouvel arrêté préfectoral en date du 5 février listant les nouvelles mesures annoncées par Jacques Billant - réduction des jauges dans les magasins, distanciation dans les lieux de culte, fermeture anticipée des casinos... - il apparaît que le masque pour les 6-10 ans est "recommandé". Il s'agit, comme l'a expliqué la préfecture à Imaz Press ce samedi 6 février, d'une recommandation sur la voie publique. Le masque est bien obligatoire dès le CP dans l'enceinte de l'établissement scolaire, il est seulement recommandé dans la rue.

Le rectorat et la préfecture indiquent s'appuyer sur "l'article 36 du décret du 29 octobre 2020". Il y est effectivement spécifié que doivent porter le masque de protection "les élèves des écoles élémentaires".

• Période d'adaptation

Dans une note explicative transmise aux médias durant le week-end, le rectorat donne des précisions sur le port du masque pour les élèves. "Depuis le 12 novembre 2020, le port du masque est obligatoire à l'école pour les enfants à partir de 6 ans. À La Réunion, le port du masque pour les élèves des écoles élémentaires a été recommandé, sans être obligatoire. L'objectif, rappelé à plusieurs reprises par la rectrice, était que les familles habituent progressivement leurs enfants à cette contrainte."

Mais la situation sanitaire a changé, rappelle le rectorat. Pas plus tard que vendredi 5 février, ce sont 178 nouveaux cas de Covid-19 qui ont été recensés en deux jours seulement. Le taux d'incidence dépasse maintenant les 40 pour 100.000 et les trois variants - anglais, sud-africain et brésilien - ont été détectés sur notre sol. C'est ce contexte qui a poussé le préfet et la rectrice à s'aligner sur le protocole sanitaire national et à rendre le masque obligatoire à l'école dès la classe de CP.

Le rectorat indique que cette semaine du 8 février sera avant tout dédiée à la pédagogie autour du port du masque. "Pendant les premiers jours, les équipes éducatives accueilleront les parents d'enfants se présentant sans masque avec empathie, pour les convaincre par le dialogue, en expliquant le sens de cette décision. La semaine du 8 au 12 février doit être une semaine d'adaptation et de tolérance mais, à partir du 15 février, toute situation difficile à gérer devra être signalée à la cellule de crise."

• Masque à la charge des parents

Alors que seuls les masques chirurgicaux et les masques grand public de type 1 sont conseillés, des parents se plaignent de ne pas trouver facilement de masques petite taille adaptés aux visages de leurs enfants. Pourtant, fournir les masques adaptés reste leur responsabilité, insiste le rectorat, sur le plan financier également.

"Les familles ont reçu au début de l'année scolaire une "allocation de rentrée scolaire" majorée de 100 euros pour faire face aux dépenses pour leur enfant, dont l'achat de masques. Le ministère dote effectivement chaque école, collège et lycée d'un petit stock de masques "grand public" de catégorie 1 afin qu'ils puissent être fournis en dépannage aux élèves qui n'en disposeraient pas. Mais il appartient aux parents de fournir des masques à leurs enfants" explique le rectorat.

L'aide de 100 euros n'est pas suffisante selon Guillaume Aribaud, secrétaire départemental de la FSU-Réunion. "On va avoir une partie des parents avec leurs enfants masqués dès le 8 février, d'autres non, pour des questions de budget aussi. Les 100 euros c'est bien, mais sur le terrain on voit bien que ce n'est pas suffisant avec un pourcentage de pauvreté aussi énorme sur l'île."

• "Pas de danger avéré"

Le 3 février, Chantal Manès-Bonnisseau avait souhaité se montrer rassurante envers les parents en garantissant que le masque "n'a pas d'effet négatif sur les enfants". Dans sa note, le recorat insiste : "les études montrent que le port du masque ne présente pas de danger avéré pour la santé des enfants et n'est pas un obstacle à leur liberté fondamentale. C'est au contraire l'outil premier de leur protection pour leur permettre de bénéficier d'une éducation de qualité et du lien avec leurs enseignants. Le Conseil d'État a par deux fois rejeté les recours de collectifs opposés au port du masque."

Pour autant de nombreux parents s'opposent à cette décision et la colère gronde sur les réseaux sociaux. "Toujours des décisions absurdes liberticides et complètement à côté de la plaque" dénonce un internaute qui estime qu'il faudrait plutôt fermer l'aéroport au lieu de prendre des décisions qui impactent les enfants.

Une autre pointe du doigt la "chaleur étouffante" de l'été qui perturbe déjà les élèves dans les classes et que l'ajout d'un masque peut rendre encore plus invivable. "C'est aberrant l'obligation du port du masque en milieu scolaire... D'autant plus en période chaude et sachant que la grande majorité des élèves vont souvent toucher leur masque."

Le collectif Parents 974, déjà mobilisé contre le port du masque pour les élèves de l'île, estime qu'une "telle mesure n’est en rien justifiée par la situation épidémiologique sur l’île de La Réunion". Une nouvelle manifestation est prévue mercredi 10 février devant la préfecture.

• Difficile à appliquer pour les enseignants

D'autres internautes mettent également en lumière la difficulté pour les enseignants, de CP notamment, de faire appliquer le port du masque étant donné le jeune âge des élèves. "D'un point de vue sanitaire je n'ai pas à juger ça, c'est scientifique, c'est pas moi qui décide. Mais pour les petits ça va être très dur" admet Jérôme Motet, vice-président su SNALC, qui soutient ses collègues professeurs des écoles. "Il faudra de toute façon appliquer le port du masque, sinon en tant qu'enseignants on est en faute professionnelle. Ça risque cependant d'être contraignant avec la chaleur, et quand on sait que voir le mouvement des lèvres est très important pour l'enseignement."

Un avis appuyé par Guillaume Aribaud. "Porter le masque c'est plus complexe à La Réunion où il fait 35 degrés en ce moment. Là on est aussi face au bien-être des élèves à l'école, j'imagine mal les CP dégoulinants de sueur. C'est ça, je pense, la grosse problématique avec cette mesure."

Le représentant syndical demande "à ce que les professeurs des écoles soient aidés. Les parents peuvent être très virulents parfois, et on les comprend après leur avoir dit : il n'y a aucun risque à l'école. On a depuis le début un discours irrespectueux envers les personnels des établissements et les familles." La gestion des parents en colère risque d'être à la charge des professeurs. "On nous dit d'être 'bienveillants' mais si on voit des parents fondamentalement contre, il faudra bien se débrouiller" note Guillaume Aribaud.

D'autant que les syndicats pointent du doigt un manque cruel de communication entre le rectorat et le corps enseignant. "On apprend par voie de presse ce qui se passe. Le port masque était déjà avant très compliqué pour les enseignants, aujourd'hui on nous l'impose dès le CP sans aucune consigne. On va improviser, rien n'a été préparé" dénonce Cédric Lenfant, titulaire remplaçant en école élémentaire essentiellement et représentant syndical au SAIPER.

"On a interpellé la rectrice dès vendredi mais on n'a toujours pas de réponse. Pourtant c'est nous qui allons accueillir les parents, sans préparation" ajoute l'enseignant. Le SAIPER a d'ailleurs diffusé un communiqué de dimanche 7 février dans lequel il accuse le rectorat d'absence de dialogue et de manque de pédagogie.

www.ipreunion.com / [email protected]

   

5 Commentaire(s)

Missouk, Posté
Pour une famille ayant trois enfants en élémentaire (pas rare), ça fait 3 boîtes de masques (au mieux 30â"¬). Quand ces mêmes familles ont déjà du mal à boucler les fins de mois, il eut été de bon ton de mettre ces masques à disposition. Ceux qui décident ont eux le portefeuille bien rempli!
Laurent, Posté
Mais ce Virus est-il légal ? Connait-il la loi et sait-il épargner ceux qui s'insurgent contre le port du masque ?...
Un journaliste ne vérifie-t-il jamais ses infos?, Posté
"Le rectorat s'appuiebsurble décret 36 du 29 octobre 2020" et de préciser "le port du masque s'impose à tous"MAIS d'oublier de lire le-dit décret...Article 55: le présent décret s'applique au territoire métropolitain de la République.Il peut être applicable aux territoires de l'article 72-3 de la constitution mentionnés dans l'annexe 2 (les territoires de l'article 72-3 sont en gros tous les DOM-TOM)Annexe 2: aucun territoire listéDONC décret applicable sur la métropole mais ne s'appliquant à aucun DOM.DONC mesure illégale à la Réunion... Faudrait bosser un peu quand même au lieu de citer ses sources sans vérifier !
Paradoxe, Posté
Masques obligatoire.Mais aeroport ouvert : 7 avions.qui sont arrivés de metropole et de.mayotte samedi dernier.Australie a fermé ses frontières Ile Maurice a fermé des frontières Et la Reunion ? Ile variants ,?
Bruno Bourgeon, Posté
Sauf que cet arrêté préfectoral est illégal au regard des Lois de la République...