Riposte face à l'épidémie :

Couvre-feu, fermeture de certains centres commerciaux, motifs impérieux et... scepticisme


Publié / Actualisé
C'est à compter de ce vendredi soir 22h que quatre communes de l'île entreront en couvre-feu. Il s'agit de La Possession, du Port, de Saint-Leu, et de Saint-Louis, territoires qui enregistrent une circulation virale importante, avec un taux d'incidence dépassant les 100 pour 100.000 habitants. Une mesure qui engendre beaucoup de scepticisme, tout comme la décision de fermer certains centres commerciaux de plus de 20.000 m2 ou encore la mise en place des motifs impérieux et d'une septaine recommandée... Tout cela sera-t-il vraiment efficace ? (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)
C'est à compter de ce vendredi soir 22h que quatre communes de l'île entreront en couvre-feu. Il s'agit de La Possession, du Port, de Saint-Leu, et de Saint-Louis, territoires qui enregistrent une circulation virale importante, avec un taux d'incidence dépassant les 100 pour 100.000 habitants. Une mesure qui engendre beaucoup de scepticisme, tout comme la décision de fermer certains centres commerciaux de plus de 20.000 m2 ou encore la mise en place des motifs impérieux et d'une septaine recommandée... Tout cela sera-t-il vraiment efficace ? (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)

- Couvre-feu, la mesurette -

Parlons d’abord du couvre-feu. A compter de 22h ce vendredi soir, et jusqu’à 5h du matin, il ne devra pas y avoir un chat circulant dans les rues de La Possession, de Saint-Leu, du Port et de Saint-Louis, sauf motif dérogatoire. Si le terme de couvre-feu peut effectivement impressionner, difficile de penser qu’interdire toute circulation à compter de 22h sera vraiment efficace sur un territoire tel que La Réunion, et encore moins dans ces communes qui ne sont pas connues pour être des lieux de grande vie nocturne.

Si une telle mesure dans de grandes villes métropolitaines peut avoir un résultat certain, chacun sait qu’à La Réunion, la vie nocturne en semaine s’arrête pour la majorité des habitants à 22h. Même les restaurants continuent rarement de servir après cette heure.

Si le couvre-feu aura sûrement un impact le week-end, limitant les déplacements du vendredi soir et du samedi soir, difficile de penser que cette mesure aura un effet réel pour limiter l’épidémie, chacun pouvant circuler, rendre visite à ses proches, sortir, tout au long de la journée de samedi et de dimanche.

- Centres commerciaux : on déplace le problème ailleurs -

Si le couvre-feu s’apparente davantage à un casse-tête qu’à une réelle mesure de lutte contre l’épidémie, que dire de la décision de fermer les centres commerciaux de plus de 20.000 m2 ? Ils sont trois à La Réunion concernés par cette décision : Grand-Est, Duparc et Sacré-Cœur.

Lire aussi : Covid-19 : rideaux fermés et allées vides dans les grandes galeries marchandes

D’une part, cela va impacter fortement les entreprises et les salariés concernés, ces derniers se retrouvant en chômage partiel, en pleine période de soldes. D’autre part, on ne fait que pousser les consommateurs qui vont littéralement s’agglutiner dans d’autres centres commerciaux, au mépris de la distanciation sociale et des règles sanitaires.

Cette décision pose surtout la question de la pertinence de certaines mesures prises par le préfet au préalable. Pour quelle raison mettre en place des jauges drastiques dans les magasins si c’est pour les fermer par la suite ? En quoi un centre commercial de plus de 20.000 m2 est-il plus dangereux qu’un autre centre commercial ou une boutique en centre-ville de Saint-Denis ? Le fait d’avoir de l’espace n’est-il pas au contraire gage de limitation de la circulation virale ?

- Motifs impérieux et septaine, un véritable gruyère -

La mise en place des motifs impérieux pour les voyageurs venant de Mayotte ou de la Métropole est sur le principe une mesure tout à fait pertinente, visant à limiter le nombre de cas importés. Malheureusement, la réalité montre de nombreuses failles.

D’une part, la septaine n’est que "recommandée" aux voyageurs arrivant sur le territoire, la septaine obligatoire étant déclarée anticonstitutionnelle puisque touchant aux libertés fondamentales de l’individu. Il paraît évident que cette septaine n’est que très peu respectée. Les exemples d’entreprises ou d’institutions demandant à leurs collaborateurs de se rendre rapidement sur leur lieu de travail à l’issue de leur voyage ne manquent pas. Difficile de penser qu’un touriste venant pour deux ou trois semaines pour visiter l’île et profiter de la plage se bornera à rester enfermer dans son hôtel durant sept jours.

D’autre part, les motifs impérieux ne sont visiblement pas strictement contrôlés au départ de la Métropole, amenant certains voyageurs à se faire verbaliser à leur arrivée à La Réunion, lors d’un second contrôle effectué par la PAF. Le hic, c’est que ces voyageurs n’ayant pas un motif impérieux valable se voient simplement dresser une amende - sauf en cas de faux où ils encourent une peine d’emprisonnement -, et peuvent très tranquillement entrer ensuite sur le territoire pour, par exemple, effectuer leur visite touristique. 135 euros d’amende pour pouvoir fuir le froid métropolitain et les mesures de couvre-feu ? C’est une gageure de croire que cela va vraiment freiner les plus téméraires.   

Sur ce dernier point, l’Etat a semble-t-il décidé de serrer un peu la vis puisque dans un communiqué publié ce jeudi 11 février, le ministère des Outre-mer a indiqué qu’il renforcerait le contrôle des motifs impérieux des voyageurs venant de Mayotte, "avec la mise en place d’une procédure d’examen des justificatifs de motifs impérieux par les services de l’Etat, ainsi que des conditions de réalisation de leur isolement prophylactique".

Tout cela est très bien, mais pourquoi ne viser que Mayotte ? Si l’île aux parfums enregistre un taux d’incidence particulièrement inquiétant (812 poour 100.000 habitants selon les derniers chiffres), les voyageurs venant de Métropole sont également des personnes à risque qu’il convient de contrôler très scrupuleusement.

Là encore, on ne peut que rester sceptique quant à la pertinence de certaines décisions.

www.ipreunion.com / [email protected]

   

4 Commentaire(s)

Bilimbis, Posté
Là, j'avoue que l'efficacité des mesures mises en place, m'échappe...
Goutanou, Posté
je pense que la gestion est catastrophique....merci au LREM, auxdécideurs, au PREFET, ARS et à nos élus qui braillent comme des mulesON EST MORTWORLD WAR Z ARRIVE
Ne vous inquiétez pas, Posté
Ne vous inquiétez pas, les touristes de la zone A en metropole peuvent venir à la Reunion. A quand des contrôles dans les hôtels ?
CHABAN, Posté
Vous avez raison IMAZ C'est un peu un sauve qui peut, aucune action que de la réaction !