Une confusion de plus (actualisé) :

Les compétitions sportives à la fois interdites et autorisées par la préfecture


Publié / Actualisé
Ce mercredi 17 février 2021, la préfecture a annoncé un renforcement des restrictions sanitaires, dont l'interdiction des compétitions, manifestations et rencontres sportives. Cette interdiction est actée dans un arrêté préfectoral qui prend effet ce jeudi, avec l'article 10 statuant que "les compétitions, rencontres et manifestations sportives sont interdites pour toutes les disciplines". Problème : dans l'article 8 alinéa D, un peu plus haut dans l'arrêté en question, il est aussi indiqué que "la pratique des activités physiques et sportives, tels que l'animation, les entraînements, les manifestations, les rencontres et les compétitions sportives se déroulent à huis-clos" (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)
Ce mercredi 17 février 2021, la préfecture a annoncé un renforcement des restrictions sanitaires, dont l'interdiction des compétitions, manifestations et rencontres sportives. Cette interdiction est actée dans un arrêté préfectoral qui prend effet ce jeudi, avec l'article 10 statuant que "les compétitions, rencontres et manifestations sportives sont interdites pour toutes les disciplines". Problème : dans l'article 8 alinéa D, un peu plus haut dans l'arrêté en question, il est aussi indiqué que "la pratique des activités physiques et sportives, tels que l'animation, les entraînements, les manifestations, les rencontres et les compétitions sportives se déroulent à huis-clos" (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)

Il semblerait que la préfecture ait publié un léger cafouillage ce mercredi. En l'état, à La Réunion, les compétitions sportives sont en effet à la fois interdites et autorisées, mais seulement en huis-clos. En consultant l'arrêté préfectoral précédant, l'alinéa D les autorisant était déjà présent, ce qui laisse supposer que la préfecture a simplement oublié de supprimer ce passage avant de publier le nouvel arrêté.

Si on s'en réfère aux annonces préfectorales et à ce tableau publié sur le site de la préfecture, les compétitions sont en tout cas bel et bien interdites. Reste à savoir si l'arrêté préfectoral publié ce jeudi est valide suite à cette contrariété juridique.  

Captures d'écran de l'arrêté préfectoral publié le 17 février 2021

- "Consternation" -

Selon des juristes que nous avons consultés, c'est une "contrariété de motifs" qui ne peut qu'entraîner une vraie "consternation". Les deux phrases sont, de fait, "inconciliables" nous dit-on, la première autorise les compétitions à huis clos quand la seconde les interdit tout bonnement.

"Il est inquiétant que ces mêmes gens qui prennent des décisions inapplicables soient ceux qui passent leur temps à donner des leçons et verbaliser le moindre passant sans masque", nous disent encore ces juristes, "c'est une triste illustration de l'incompétence qui règne au plus haut sommet de la représentation de l'Etat à La Réunion".

- Exceptions -

Contactée, la préfecture n'a pas fait suite à notre demande. Du côté la Délégation régionale académique à la jeunesse, à l'engagement et aux sports (DRAJES), un mail a été transféré aux différentes ligues de sport de l'île pour expliquer les propos de l'arrêté. "Article 8 point D. : sa rédaction n'a pas changé. Si "compétitions, manifestations et rencontres" sont toujours indiquées, il faut l'entendre par le fait que celles-ci sont toujours autorisées pour les sportifs inscrits dans les projets de performance fédéraux" explique la délégation. Sauf que cette exception concernant les sportifs de haut-niveau apparaît aussi dans l'article 10, et est donc mentionné deux fois dans le même arrêté si nous suivons leur logique.

Concernant l'article 10, voici "ce qu'il faut entendre de manière plus détaillée" : "sont interdites dans l'ensemble des disciplines sportives, sauf pour les sportifs inscrits dans les projets de performance fédéraux, les compétitions sportives, rencontres et toutes autres formes de manifestations. NB : toujours huis-clos et sans buvette". Concrètement, en suivant toujours leur logique, les articles 8.D et 10...sont les mêmes.

"Les sports collectifs et les sports de combat organisés dans le cadre des établissements d’activités physiques ou sportives (...) sont interdits dans leur forme usuelle codifiée, sauf pour les sportifs inscrits dans les projets de performance fédéraux. NB : la pratique de ces activités sans contact et respectant une distanciation de 2 m reste possible pour les tous les sportifs"précise enfin la DRAJES. Les boxeurs, footballeurs, rugbymen et autres sportifs seront probablement ravis de cette annonce.

as/www.ipreunion.com / [email protected]

   

1 Commentaire(s)

Missouk, Posté
Le "en même temps" chez à MACRON !