[LIVE] Forte présence du variant sud-africain :

Covid-19 : 702 cas en une semaine soit une moyenne de 100 cas journaliers


Publié / Actualisé
Ce vendredi 19 février 2021, l'Agence régionale de santé (ARS) fait le point sur la situation sanitaire de l'île. L'ARS abordera principalement la stratégie vaccinale à La Réunion, les évacuations sanitaires en provenance de Mayotte, les capacités hospitalières en réanimation, ainsi que la présence des variants sur le territoire. Suivez-nous, nous sommes en live (Photos rb/www.ipreunion.com)
Ce vendredi 19 février 2021, l'Agence régionale de santé (ARS) fait le point sur la situation sanitaire de l'île. L'ARS abordera principalement la stratégie vaccinale à La Réunion, les évacuations sanitaires en provenance de Mayotte, les capacités hospitalières en réanimation, ainsi que la présence des variants sur le territoire. Suivez-nous, nous sommes en live (Photos rb/www.ipreunion.com)

Notre journaliste suit la conférence de l'ARS en direct :

  • IPR

    C'est la fin de ce live, merci à tous de nous avoir suivi

  • IPR

    980 résidents en EHPAD ont été vaccinés, plus de la moitié ont reçu la 2ème injection

    3.970 professionnels ont été vaccinés, 5.575 de personnes de plus de 75 ans l'ont été aussi

  • IPR

    "Il n'est pas question que le dispositif qui se déploie se fasse au détriment des urgences non Covid-19" rappelle Martine Ladoucette

    L'ARS veut "une vision pragmatique sur la gestion de la crise Covid-19". "Un schéma d'évacuation sanitaire de La Réunion vers la Métropole est en préparation pour être prêt le moment venu si la situation le nécessite"

  • IPR

    De nombreux personnels soignant arrivent de Métropole en renfort

    1 médecin anesthésiste réanimateur, 4 médecins généralistes, 18 infirmiers spécialisés en réanimation, 14 infirmiers de soins généraux et 13 aides-soignants seront projetés par la réserve sanitaire dès vendredi. Cet effectif sera complété par plusieurs médecins anesthésistes réanimateurs volontaires, qui ont été identifiés par les régions métropolitaines les moins en tension. Enfin, pour accompagner les équipes pré-hospitalières dans la médicalisation des évacuations sanitaires entre les deux îles, 5 médecins et 5 infirmiers seront projetés d'ici à vendredi.

    Les renforts de personnels vont être répartis entre les quatre régions de l'île. "L'arrivée de ces renforts permet de solidifier la prise en charge" souligne Martine Ladoucette

    Les capacités en lits vont être augmentées.

  • IPR

    90% des lits de réanimation sont occupés

    95 lits de réanimations sont disponibles, 85 personnes sont hospitalisées en réanimation. La Réunion peut monter jusqu'à 125 lits

    "L'aide que La Réunion apporte à Mayotte est nécessaire, logique" rappelle Martine Ladoucette

  • IPR

    "Nous allons pouvoir poursuivre et amplifer la vaccination" se réjouit Martine Ladoucette

    La vaccination va continuer avec le vaccin Pfizer, "c'est celui qui s'avère le plus efficace contre toutes les formes du virus".  38.000 doses vont être réceptionnées d'ici la fin du mois de mars. La moitié sera réservée aux personnes ayant reçu leur première dose du vaccin.

    Les professionnels de santé dans leur ensemble vont pouvoir se faire vacciner.

  • IPR

    "La qualité de l'isolement est nécessaire" souligne Martine Ladoucette

    Plus de 500 infirmiers sont volontaires pour se rendre à domicile pour venir prodiguer des conseils sur l'organisation de l'isolement. 427 visites ont été effectuées à l'heure actuelle, le taux d'adhésion est "loin de 100%". "Il est important d'accepter cette visite infirmière, mon objectif est que 100% des personnes concernées acceptent ce dispositif" assure-t-elle.

    "L'infirmière sert aussi de lien avec la plateforme sociale pour faire remonter les besoins spécifiques éventuels des personnes malades. C'est aussi l'occasion de réaliser les dépistages à domicile pour l'entourage"

  • IPR

    La directrice de l'ARS rappelle l'importance des gestes barrières, première mesure de protection

    "Les moments critiques qu'il ne faut pas oublier sont les moments de convivialité" rappelle-t-elle. Elle presse aussi la population à aller se faire tester, alors que "le dépistage est facile à La Réunion". Le délai moyen entre les premiers symptômes et le dépistage est de deux jours, un "délai encore trop long" selon elle.

    "Le troisième pillier est l'isolement, le plus contraignant. Désormais, cet isolement est porté systématiquement à dix jours au lieu de sept. Ca signifie qu'une personne positive recevra de l'ARS la consigne de s'isoler, ainsi que d'en parler à son entourage pour qu'il s'isole à son tour. Un appel sera ensuite passé pour revenir sur ces prescriptions" rappelle Martine Ladoucette

  • IPR

    10 Réunionnais ont été admis en réanimation sept jours

    Le nombre d'hospitalisation est en légère hausse

  • IPR

    53 dépistages ont révélé la présence du variant sud-africain hier, sur 221 calibrages

    "Est-ce que le virus du fait de la mutation est plus contagieux et dangereux ? Force est de constater que nous avons encore très peu de recule" constaste Martine Ladoucette. "On ne sait pas grand chose, il faut savoir reconnaître que nous ne sommes pas dans la certitude" continue-t-elle. "La part de cas contact de variant qui est contaminée est stable, environ 26%" souligne-t-elle

    La plupart des laboratoires sont en mesures de séquancer les dépistages aujourd'hui, note-t-elle par ailleurs

  • IPR

    Le nombre de cas journaliers et hebdomadaires sont les plus élevés depuis le début de l'épidémie

    702 cas en sept jours sont à signaler, dont 140 cas quotidien sur quatre jours consécutifs

    "Il n'y a pas du tout de rapport avec les retours de Métropole ou Mayotte, le nombre de cas importés est aujourd'hui en diminution : 66 cas la semaine, contre 56 cette semaine" affrme Martine Ladoucette

  • IPR

    Bonjour à tous, bienvenue dans ce live

A propos

Martine Ladoucette, directrice de l'ARS, s'exprime ce vendredi dans un contexte de situation sanitaire dégradée. Ce jeudi soir, les communes de Salazie, Sainte-Suzanne et L'Etang-Salé sont passées en couvre-feu à partir de 22 heures. Le couvre-feu est instauré pour une période de 15 jours, de 22 heures à 5 heures du matin.

En effet, la situation sanitaire se dégrade encore cette semaine avec une forte augmentation du nombre de cas par jour et l'apparition de quatre nouveaux clusters. Le décès d'une patiente âgée d'une soixantaine d'années et présentant de fortes comorbidités, ainsi que 661 nouveaux cas au cours des 7 derniers jours ont été confirmés mercredi, soit une moyenne de 94 cas par jour. A ce jour, on comptabilise 65 cas de variants de la Covid-19 dont 56 de souche sud-africaine, 8 britannique et 1 brésilien

Covid-19 : trois nouvelles communes en couvre-feu, les compétitions sportives interdites

Les restrictions sanitaires ont par ailleurs été renforcées, avec l'interdiction des compétitions et manifestations sportives. Lors de veillées funéraires, un protocole renforcé est par ailleurs mis en place dans les chambres funéraires pour ces cérémonies. Le port du masque est obligatoire et des jauges de fréquentation maximum vont être définies. En effet, de nouvelles mesures d’organisation des services sont mises en place dans l’administration et le recours au télétravail est élargi.

www.ipreunion.com / [email protected]

   

6 Commentaire(s)

Non assistance, Posté
Y aurait pas non assistance à population en danger ?
Gabouillat, Posté
En quatre jours il y a 140 cas et en 1 semaine il y a 700 cas ????????Et les gars 140 cas ça fait 35 cas jour
Parce que vous Êtes gouvernés par Les Ratés En Mouvement ( LREM ), Posté
Martine Ladoucette , un cas à part !Winston Churchill : Je ne crois aux statistiques que lorsque je les ai moi-même falsifiées.
Mike, Posté
Non c'est 140 cas quotidien !! Pas 25!
Missouk, Posté
140 cas en 4 jours, soient 25 cas journaliers, on a connu bien pire! Mais j'imagine que toute l'île va passer en couvre-feu puisque c'est la nouvelle mode...
Stean, Posté
Des personnels soignants qui n'arrivent pas à se faire vacciner; dès infirmière en arrêts car Â" marre de la réa Â" et on continue à faire venir des patients de Mayotte? La mèche est allumée...