Nouveau renforcement des restrictions :

Covid-19 : toute La Réunion sous couvre-feu de 22 heures à 5 heures


Publié / Actualisé
Dès ce mercredi soir 24 février 2021, à 22 heures, toute La Réunion sera en couvre-feu, et ce pour une durée d'au moins quinze jours. La décision a été prise par les autorités alors que la situation sanitaire de l'île continue de se détériorer, avec un taux d'incidence qui a désormais dépassé les 100 pour 100.000 habitants. Un nouveau tour de vis que le préfet a jugé nécessaire aux vues de la multiplication des cas de Covid-19 (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)
Dès ce mercredi soir 24 février 2021, à 22 heures, toute La Réunion sera en couvre-feu, et ce pour une durée d'au moins quinze jours. La décision a été prise par les autorités alors que la situation sanitaire de l'île continue de se détériorer, avec un taux d'incidence qui a désormais dépassé les 100 pour 100.000 habitants. Un nouveau tour de vis que le préfet a jugé nécessaire aux vues de la multiplication des cas de Covid-19 (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)

• Couvre-feu

Le couvre-feu est pour l'heure appliqué de 22 heures à 5 heures du matin, sur l'ensemble du territoire. Pour autant, la préfecture n'exclut pas de resserrer encore la vis dès le week-end pour instaurer le couvre-feu dès 20 heures si la situation sanitaire continue de se dégrader dans les jours à venir.

Un point de situation sanitaire sera fait avec les maires des communes pour jauger de la nécessiter de renforcer les restrictions sanitaires. "Tout est fait aujourd'hui pour éviter un confinement, mais si cela s'avérait nécessaire, je l'instaurerais à La Réunion" a par ailleurs averti Jacques Billant.

Lire aussi : Circulation active du virus : le taux d'incidence dépasse les 100 pour 100.000 habitants

• Les jauges d'accueil revues à la baisse

Si les établissements accueillants du public peuvent rester ouverts, la jauge de leur capacité d'accueil est une nouvelle fois revue à la baisse. Dans les lieux culturels, pour les spectacles, concerts et projections de films, une place libre doit être respectée entre des groupes de deux personnes maximums. Pour les musées, bibliothèques et médiathèques, la jauge est abaissée à une surface de 8m² par personne, quelle que soit la surface du musée ou de la salle d’exposition.

Pour rappel, les mesures déjà applicables dans les établissements culturels sont les suivantes : port du masque obligatoire pour le public, accès interdit aux espaces de regroupement, spectacles avec place assise uniquement.

Sur les marchés forains, un groupe de travail est mis en place pour élaborer un protocole sanitaire renforcé. Les mesures seront mises en œuvre à compter du à compter du samedi 27 février.  La mise en œuvre des dispositions fera l’objet de contrôles.

• Contact interdit dans les cours de danse

Les manifestations et compétitions sportives ont été interdites dès le jeudi 18 février dernier, tout comme la pratique des sports collectifs et de contact. Désormais, c'est aux cours de danse de s'adapter aux restrictions : les contacts sont désormais prohibés lors de la pratique, et les distanciations physiques doivent être respectées. Cette interdiction ne concerne pas les spectacles de danse et les compagnies chorégraphiques, ni la danse dans les établissements artistiques spécialisés et au sein desquels les protocoles sanitaires sont appliqués.

• Une annonce qui était attendue par les maires

Du côté des maires de La Réunion, qui se sont entretenus dans la journée avec le préfet avant ces annonces, la mise en place de ces restrictions n'est pas une surprise. " Cette décision ne me surprend pas, elle nous pendait au bout du nez depuis la semaine dernière. Elle est liée à la saturation des hôpitaux, c'est d'ailleurs la raison pour laquelle la décision a été prise de limiter les rencontres, les rassemblements et les événements propices aux contacts" estime Joé Bédier, maire de Saint-André.

"A mon sens, il a fallu trouver des compromis pour ne pas trop pénaliser l'économie, qui l'aurait été beaucoup plus avec un couvre-feu à 18 heures. Je pense qu'il y a un calcul qui a été fait entre protection de la population et protection de l'économie" estime-t-il par ailleurs. "Hélas, lorsque l'on voit la courbe de propagation du virus, un confinement n'est pas à exclure, notamment en raison de la présence des variants" ajoute-t-il.

"Cette mesure de couvre-feu de 22 à 5h est une décision largement insuffisante, un couvre-feu à 22h à La Réunion n'a pas de sens" estime de son côté Olivier Hoarau, maire du Port, qui a par ailleurs demandé au préfet lors de leur réunion un confinement pur et simple. "Je me base sur deux points : les hôpitaux sont en état de saturation et nous sommes nous à La Réunion la seule région de prise en charge efficace au niveau de la zone de l'océan Indien. Le risque est réel que l'hôpital ne puisse plus prendre en charge les malades du Covid-19 et d'autre chose" explique-t-il, alors que le taux d'occupation des lits de réanimation oscille entre 85 et 93%.

"On voit bien que le virus circule comme on voit aussi que la mesure d'un couvre-feu à 22h est inefficace puisqu'elle est restée sans effet pour Le Port et Saint-Leu. Il faut maintenant arrêter de ménager la chèvre et le chou, et de courir après le virus. Il faut de vraies décisions, un vrai remède et pour moi ça s'appelle le confinement. Il faut aussi un contrôle beaucoup plus strict de l'aéroport et surtout un suivi beaucoup plus appuyé du respect de la septaine" réclame le maire du Port.

Michel Fontaine, maire de Saint-Pierre, estime de son côté que "ce pas supplémentaire dans le durcissement des restrictions était attendu, compte-tenu de l'évolution de l'épidémie et du relâchement évident des gestes barrières. L'immense majorité des contaminations se font en famille, dans les bons ou mauvais moments ".

"Il y a cependant une prise de conscience, 300 personnes se sont faites dépistées ce mardi à Saint-Pierre" précise-t-il cependant. Le maire de Saint-Pierre s'inquiète du durcissement des restrictions pour une partie de la commune. " Le tissu économique n'est pas le même dans toutes les villes de La Réunion. Dans une partie de ma commune, une bonne partie de l'économie est liée à l'activité de nuit. Nous nous sommes déjà adaptés, il faudra voir comment s'adapter de nouveau à ces nouvelles mesures" dit-il.

"Si la situation sanitaire ne s'améliore pas, le prochain pas sera sûrement beaucoup plus dur. Il relève de la responsabilité de chacun de faire en sorte que le virus ne se propage pas, notamment en respectant les gestes barrières" urge l'élu. Une demande formulée par le préfet lui-même, qui sollicite désormais la population à "prendre ses responsabilités", en limitant notamment les événements sociaux.

www.ipreunion.com / [email protected]

   

7 Commentaire(s)

Angel, Posté
Pas de couvre feu pr les cancer et avc et maladies auto immunes ni pr la grippe saisonnière pourtant meurtrières arretez de nous voiler la face diviser pr mieux regner .... il faudra rendre des comptes au jugement dernier vous serez bien placés pr etre fustiger ... pauvres mortels moutons de Panurge i di a ou saute ou saute i di a ou bouge pu ou bouge ... la PEUR est REINE a présent tremblez tous car vous allez tous mourir ... UN JOUR PROCHAIN on ne sait pas qd mais avec la peur du Covid ca va vite arriver a force de ressentir la peur la depressyl isolement affectif bonne chance vous allez en avoir besoin je n ai plus de famille ou presque plus de personnes âgées a deplorer ?
Missouk, Posté
Quand on a accepté les évacuations en provenance de Mayotte (4 par jour apprend-on aujourd'hui au JT de Réunion la 1ère), alors que l'épidémie était en phase ascendante, on savait que les services de réa allaient être saturés. Normal que la solidarité régionale joue. Mais comme d'habitude, l'ARS n'a rien anticipé et a laissé venir. Quand on est au pied du mur, excusez-moi l'expression, mais on est dans la m... Facile de venir devant les caméras nous donner une pile de chiffres et de pourcentages, et nous faire passer pour de mauvais citoyens qui ne respectent pas les gestes barrières. On s'aperçoit malheureusement que les mots "anticiper" et "prévoir" ne font pas partie du vocabulaire des responsables de l'ARS. Idem pour la dengue, qui, comme l'an passé est est train de redémarrer plein pot. Ils ont fait quoi depuis le début de l'été ? Les lâchers de moustiques stériles auraient du commencer en décembre!
Sandrine, Posté
Ce sont les Evasan qui remplissent nos hopitaux. Pourquoi est ce qu'on devrait subir des restrictions alors ke les évacuations sanitaires de Mayotte continuent et ke la ligne Mayotte -Reunion continue de fonctionner ??? Variant sud africain la arrive par comment ici???
Omega3, Posté
La Réunion se bougeait plus pour faire avancer les choses pendant l'épisode des Gilets Jaunes... c'est à croire que le gouvernement a lobotomisé les Réunionnais...tout le monde semble être tombé dans la manipulation du Covid et des chiffres à indices multiples.Plus de virus de la grippe, plus de morts d'AVC, plus de morts du cancer, plus de morts de crise cardiaque, bientÃ't les morts de la route seront aussi des morts du Covid !!! Réveillez vous ...La manipulation se fait par le préfet et la directrice de l'ARS pour que la Réunion meurt et soit aussi pénalisé que la dictature de métropole
Franckdubos, Posté
Quelle tristesse de constater cette facilité des élus comme des autorités à durcir la vie des individus au quotidien. Aucun contre pouvoir à l'horizon. Nous sommes assignés à résidence à croire bêtement en ces mesures coercitives comme salvatrices d'un mal nommé covid. Nous avons maintenant le temps de relire le discours de la servitude volontaire de La Boétie comme les écrits philosophiques de Günther Anders sur la violence ou l'obsolescence de l'homme.
Eleferosi, Posté
Et enfermer les gens de 22 h à 5 h c'est pas déjà un confinement ?
Eleferosi, Posté
Les hÃ'pitaux sont saturés avec les patients réunionnais ou les Evasan ?