La préfecture maintient ouvert l'aéroport :

Covid-19 : l'étrange communication par la peur


Publié / Actualisé
A chaque vague épidémique, les voix s'élèvent pour réclamer la fermeture pure et simple de l'aéroport, voie d'entrée privilégiée et logique pour le virus. A cette demande, l'Etat répond fermement "non", arguant notamment qu'une telle perspective pourrait entraîner des pénuries sur l'île et empêcher l'export. Il y a un an, lors du confinement et de la fermeture de l'aéroport, cette même préfecture a tâché d'avoir une communication extrêmement rassurante, garantissant qu'il n'y aurait aucune pénurie alors que la population se ruait dans les supermarchés. Paradoxe étrange... (Photo rb/www.ipreunion.com)
A chaque vague épidémique, les voix s'élèvent pour réclamer la fermeture pure et simple de l'aéroport, voie d'entrée privilégiée et logique pour le virus. A cette demande, l'Etat répond fermement "non", arguant notamment qu'une telle perspective pourrait entraîner des pénuries sur l'île et empêcher l'export. Il y a un an, lors du confinement et de la fermeture de l'aéroport, cette même préfecture a tâché d'avoir une communication extrêmement rassurante, garantissant qu'il n'y aurait aucune pénurie alors que la population se ruait dans les supermarchés. Paradoxe étrange... (Photo rb/www.ipreunion.com)

Selon les derniers chiffres de la préfecture, depuis le 11 mars 2020, 12 416 cas de Covid-19 ont été officiellement répertoriés à La Réunion. Dans les détails, on peut observer qu’il y a eu 1 224 cas importés, soit 10% des cas totaux.

Certes, ce chiffre est faible comparé aux cas autochtones. Reste que ces derniers ne sont que la répercussion des contaminations initiales des cas importés. Si le nombre de ces cas avait été diminués de moitié ou de 75% grâce à la suspension des vols, aurait-il eu autant de cas dit "autochtones" ?

Difficile d’avoir un avis fondé et tranché sur ces questions. Mais la logique voudrait qu'en diminuant  les cas importés, les contaminations locales n'auraient pas autant explosé. Quant aux variants, responsables de cette flambée, ils auraient beaucoup plus de mal à débarquer sur l’île.

Ces interrogations légitimes de bon nombre de Réunionnais sont relayés par les journalistes lors des différents points presse de la préfecture. En réponse, le préfet, et son Cabinet avec lui, restent droits dans leurs bottes. Ils martèlent que toute fermeture de l’aéroport est absolument exclue. Car, disent-ils, une telle perspective provoquerait de graves pénuries sur l’île, et mettrait à mal l'économie agricole en empêchant toutes les exportations.

L'argumentation paraît fondée, elle interroge pourtant. Il y a un an lors de la première vague de l'épidémie, La Réunion a été confrontée   au confinement et à la fermeture de l’aéroport. Cette situation avait engendré un véritable vent de panique et généré des longues files d'attente devant les grandes surfaces aux rayons rapidement dévalisés.

La préfecture et bon nombre d'opérateurs économiques avaient alors multiplié les appels au calme et les actions de communication sur le thème : " Réunionnais faites preuve de civisme et de patience, il n’y aura absolument aucune pénurie, les chaînes d’alimentation ne seront pas perturbées".

Un an plus tard quelles sont les motivations réelles ayant déterminé les autorités à maintenir l’aéroport ouvert ? L’argument touristique n’est plus d’actualité, en théorie, avec le renforcement des contrôles des motifs impérieux. La potentielle menace sur l'export peut être contournée puisque suspension des vols commerciaux ne rime pas forcément avec arrêt du fret.

Alors pourquoi vouloir faire paniquer les Réunionnais ?

Pourquoi ce qui était vérité fondamentale il y a un an pour le préfet, semble totalement faux un an plus tard… pour le même préfet…

Pourquoi la préfecture a fait le choix de la communication par la peur… Pour couper court à tous débats ?

La réponse est donc (peut-être) dans la question…

www.ipreunion.com / [email protected]

   

16 Commentaire(s)

JM, Posté
Comment ils font en Nouvelle Calédonie ? Ils ne sont pas morts de faim??Peut-être devrions nous avoir une autorité à La Réunion afin de décider nous même de notre destin et des bonnes actions à prendre pour la population et nos enfants. Le préfet et ses apÃ'tres ne prenant que de mauvaises décisions !!!
Tangue pas content, Posté
C'est quoi cet article de m....L'aéroport n'a jamais été fermé. Le fret peut voler sans passager mais il y aura toujours un équipage. Ceux qui veulent fermer l'aéroport sont les mêmes qui hurle quand l'état contraint les citoyens à porter un masque. Égoïste et vision étriquée. Maurice n'est pas fermée, il y a des vols tous les jours avec des passagers mais la quatorzaine est obligatoire, la même que l'état français imposait à la Réunion l'année dernière et que des citoyens ont fait interdirent par le conseil d'Etat. On a franchement un problème inquiétant en France et à la Réunion d'une montée de l'égoïsme et de la bêtise.
Joue comme ile Maurice, Posté
Il faut arrêter d ecouter les lobby tourisme et compagnie.Faites comme ile Maurice.La santé n a pas de prix.
Chanadabada, depuis son mobile, Posté
Je ne comprends pas pourquoi on a pas une réaction de Camille Goyet imazpress réveillez vous non d’un chien
Sigma974, Posté
article bourré d'erreurs grossières.l'aéroport n'a jamais été fermé, même pendant le confinement il y avait des liaisons (peu mais il y avait), on ne peut pas dissocier le fret des vols commerciaux parce qu'une partie importante du fret passe par les vols commerciaux, y-compris le courrier postal !,moins de cas importés n'auraient pas empêché l'épidémie locale, cela l'aurait juste retardée puisqu'il suffit d'un seul cas (la preuve c'est que cette pandémie est nait d'un seul cas patient 0 et s'est pourtant rependue dans le monde !). Nous ne sommes pas coupé du monde au point de penser que nous aurions pu évité ce qui s'est passé partout ailleurs dans le monde !alors qui de la presse ou de l'Etat pratique une communication par la peur ?
Romu, Posté
Incompétent pour nous protéger mais comptérents pour nous dominer. Tout le monde dehors comme dit Omega3, à nous de les dégager, ici et à l'Élysée.
Freedom sous cloche, Posté
Bizarre bizarre ce qui se passe.Liberté d'expression.Faites votre job : protéger la Reunion.
Missouk, Posté
L'an passé, les gens qui arrivaient à la Réunion avaient une quatorzaine obligatoire et contrÃ'lée. Aujourd'hui, la loi semble interdire ce qu'elle autorisait l'an passé. En faisant souffler le chaud et le froid en permanence, on instille le doute, la crainte, la peur, et on maintient les gens gens sous pression voire sous sa coupe. La représentation nationale n'existe quasiment plus, tout se décide en Conseil de Défense, voire dans le bureau de MACRON. En faisant traîner la campagne de vaccination, on légitime de fait la poursuite de l'Etat d'Urgence Sanitaire, bien pratique pour décider à peu près de tout ce que l'on veut. En fermant les lieux de culture, les cinémas, les restaurants, on empêche les gens de sortir, d'avoir une vie sociale, de s'ouvrir au monde. En parallèle, on les oblige à se gaver d'infos de plus en plus alarmistes en radio et en télé. ET on oblige les gens à rester chez eux le soir (couvre-feu). Par contre, ils peuvent aller au travail, les jeunes peuvent s'entasser dans les classes au collègue et en lycée, sans que cela pose problème à personne. C'est le Moyen Age ! Je pense de plus en plus que cette situation est savamment entretenue et organisée dans un but unique : pouvoir faire de nous des bons pantins dociles et obéissants...
Omega3, Posté
ImazPress se réveille !!!Comme si cette communication par la peur datait d'hier ...Il n'y a que la peur qui tient en haleine le peuple Réunionnais qui ne veut pas se bouger les doigts du c..! Faut se bouger là ! Démission de la directrice de cabinet du Préfet, démission du préfet, démission de la directrice de l'ARS, destitution de Macron !
Lokaf', Posté
Par la peur et par des infos "mais oui, mais non", le Préfet et son équipe de bras cassés continuent.. ou du moins nous prennent-ils pour des imbéciles ou des Français de seconde classe? Comme son N°2, pensent-ils que rien n'appartient aux Réunionnais à la Réunion et seuls les zoreils imposés, billant d'incompétence, détiennent la vérité? M. le Préfet, respect à nou et arrêtez de prendre les Réunionnais pour des "Bourbonnais"? L'esclavage est désormais puni par la loi.
Azerty, Posté
Peu importe le nombre de cas importés, si tt le monde respecte lea septaine, les gestes barrières, masques etc.... les cas autochtones n aurait pas explosé. Si il ya autant de cas autochtones c'est AUSSI a cause de nous ! Regardez combien de cluster a cause de reunion familiale ou de funérailles
CHABAN, Posté
L'aéroport n'appartient pas au réunionnais mais à la France. Toi bien comprendre à moi ?
Pierrefond, Posté
Quel est cet avion qui s est posé en fin de nuit et pour lequel il y avait 18 ambulances ?
Jose, Posté
Pourquoi essayer de trouver une logique de la part de nos décideurs ?N'avez-vous pas eu encore assez d'exemples de leurs paradoxes...Et déjà, aucun scientifique n'a le même avis ou stratégie dans cette crise, alors les politiques, n'imaginez même pas.D'avoir laissé les gens aller et venir à loisir sans contrÃ'le, ni retenue via l'aéroport depuis le début de cette crise, ce sont eux qui ont créé cette situation.Au point où nous en sommes, ouvrez tout grand, laissez faire la nature, ceux qui se protègent correctement passeront peut être au travers, les autres, acceptez votre destin.
Excellente remarque, Posté
Excellente remarque. En fait on veut nous infantiliser et nous enfumer. Fermeture de l'aéroport pour les passagers et utilisation des cargos pour les produits alimentaires indispensables. Mais il y a les lobbys puissants à la Reunion et c'est Paris qui commande.
Verif, Posté
Il serait fort intéressant que le journaliste corrige son propos. L aeroport roland garros n a JAMAIS été fermé meme pendant le confinement