20 millions d'euros de chiffre d'affaire perdus :

Covid-19 : des commerçants réclament la réouverture des galeries commerciales


Publié / Actualisé
Alors que le couvre-feu sera abaissé à 18 heures ce vendredi 5 mars 2021, des commerçants du Conseil du commerce et du service de La Réunion (CCSR) réclament la réouverture des centres commerciaux de plus de 20.000 mètres carrés. Les galeries commerciales sont en effet fermées depuis le 11 février dernier, pour faire face à la multiplication du nombre de cas de Covid-19. Le CCSR dénonce désormais une décision qui n'a eu aucun incidence sur la circulation du virus, et demande donc la réouverture des galeries, alors qu'une perte de 20 millions d'euros de chiffre d'affaire a été enregistrée. Il demande aussi un contrôle en temps réel et un affichage du nombres de personnes présentes dans les centres, et un renforcement du personnel dédié à la bonne mise en pratique des gestes barrières. Nous publions le communiqué complet ci-dessous (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)
Alors que le couvre-feu sera abaissé à 18 heures ce vendredi 5 mars 2021, des commerçants du Conseil du commerce et du service de La Réunion (CCSR) réclament la réouverture des centres commerciaux de plus de 20.000 mètres carrés. Les galeries commerciales sont en effet fermées depuis le 11 février dernier, pour faire face à la multiplication du nombre de cas de Covid-19. Le CCSR dénonce désormais une décision qui n'a eu aucun incidence sur la circulation du virus, et demande donc la réouverture des galeries, alors qu'une perte de 20 millions d'euros de chiffre d'affaire a été enregistrée. Il demande aussi un contrôle en temps réel et un affichage du nombres de personnes présentes dans les centres, et un renforcement du personnel dédié à la bonne mise en pratique des gestes barrières. Nous publions le communiqué complet ci-dessous (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)

"Face aux mesures prises par le Préfet de La Réunion et notamment la décision de fermer les enseignes non alimentaires dans les centres commerciaux de plus de 20 000 m2 le 11 février dernier, après avoir subis 2 mois et demi de confinement en 2020, Le CCSR s'insurge de la situation de ses adhérents qui aujourd'hui n'ont aucune visibilité sur la reprise de leur activité. Depuis le 11 février 2021, la courbe du nombre de cas positifs à la covid-19 n'a pas fléchi.

On peut légitimement en déduire que la fréquentation des galeries commerciales ne contribue en rien à la propagation du virus. Pourtant, Les protocoles imposés par la réglementation et mis en place par chaque commerçant étaient scrupuleusement respectés et contrôlés par les forces de l’ordre. Il est à noter qu’aucun manquement n’ayant entrainé une sanction n’est à déplorer à ce jour, dans les centres commerciaux concernés.

Nos adhérents sont ainsi directement été désignés par les autorités comme des vecteurs de transmission de la Covid-19 alors que du propre aveu de la directrice générale de l'ARS de La Réunion, Martine Ladoucette, la circulation virale est principalement le fait du "non-respect des gestes barrières" dans la sphère familiale ou professionnelle.

Maintenir la fermeture des galeries commerciales ne relève donc pas d'une nécessité absolue dans la lutte contre la prolifération du coronavirus mais engendre des conséquences terribles pour les entreprises concernées :

• Surstock de produits invendus pendant la période des soldes,
• Perte de chiffre d'affaire de l'ordre de 20 millions d'euros du 11 février à aujourd’hui.
• Perte totale de revenu pour le personnel intérimaire et les CDD embauchés généralement pour les périodes de soldes,
• Baisse des capacités financières des entrepreneurs (pas de rentabilité donc pas d'investissements)
• Incertitude sur l’avenir pour les salariés et le chef d’entreprise.
• Trésorerie en difficulté
• 1000 salaries directs au chômage et 300 salariés indirects
• 0 revenu pour les entrepreneurs indépendants

Cette liste non exhaustive ne cessera de s’allonger avec la prolongation des fermetures. Les autorités ne prennent pas pleinement conscience des désastres humains que leurs décisions occasionnent.

Nous déplorons que les mesures décidées pour La Réunion aient tout simplement été calquées sur celles prises en métropole. Or la taille des centres commerciaux n'y est absolument pas comparable, avec des surfaces de 100 000 m2 et une moyenne nationale de 39 000 m2, alors que ceux fermés sont très loin de ces chiffres.

Pour notre part, nous proposons :

• La réouverture des 3 centres commerciaux fermés en abaissant la jauge de densité de clients à la jauge d'un centre de moins de 20 000 m2 pour limiter les facteurs risques si ils existent.
• Un contrôle en temps réel et un affichage accessible et visible par tous les usagers du centre commercial mise en place par les commerçants et les bailleurs, du nombres de personnes présentes dans les centres.
• Un renforcement du personnel dédié à la bonne mise en pratique des gestes barrières (désinfection des mains à l'entrée et à la sortie des centres commerciaux, dispersion des regroupements de plus de 6 personnes, rappel du port du masque en cas de manquement) à l’intérieur des centres.

Puisqu'il est aujourd'hui erroné d'affirmer que les galeries commerciales contribuent à la propagation du virus sur des sites ou les hypermarchés et les enseignes alimentaires continuent à fonctionner normalement, nous enjoignons le Préfet de La Réunion à revoir sa position et à nous permettre une reprise de nos activités et ne surtout pas laisser mourir nos entreprises."

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !