Grand secret autour du coût de l'opération :

Evacuations sanitaires vers la Métropole : un coût estimé entre 300.000 et 400.000 euros


Publié / Actualisé
L'évacuation de quatre patients Covid de La Réunion vers la Métropole le 4 mars 2021 a été une opération exceptionnelle à plus d'un titre : un trajet de plus de 11 heures pour des personnes intubées, un dispositif médical conséquent... et un coût astronomique. Selon nos informations, l'opération aurait représenté entre 300.000 et 400.000 euros, mais impossible d'en savoir le montant précis. Sur ce dernier point, les autorités restent silencieuses. Et si sauver des vies n'a pas de prix, le secret autour du coût de cette opération risque d'entretenir les soupçons et les déchaînements racistes déjà bien en place sur les réseaux sociaux. (Photo rb/www.ipreunion.com)
L'évacuation de quatre patients Covid de La Réunion vers la Métropole le 4 mars 2021 a été une opération exceptionnelle à plus d'un titre : un trajet de plus de 11 heures pour des personnes intubées, un dispositif médical conséquent... et un coût astronomique. Selon nos informations, l'opération aurait représenté entre 300.000 et 400.000 euros, mais impossible d'en savoir le montant précis. Sur ce dernier point, les autorités restent silencieuses. Et si sauver des vies n'a pas de prix, le secret autour du coût de cette opération risque d'entretenir les soupçons et les déchaînements racistes déjà bien en place sur les réseaux sociaux. (Photo rb/www.ipreunion.com)

C'était une première mondiale : jeudi 4 mars, quatre patients en réanimation Covid ont été évacués vers l'Hexagone. Un dispositif colossal sur tous les plans. Qu'il s'agisse de la préparation de l'avion ou de l'arrivée des ambulances transportant les malades sur le tarmac, la presse locale a pu suivre presque minute par minute l'élaboration de cette opération de grande ampleur. Un secret cependant : le coût de ce dispositif.

Dès l'annonce officielle de ces quatre evasan (évacuations sanitaires), confirmant une information d'Imaz Press, la directrice de l'ARS Martine Ladoucette a tenu à le spécifier : cette opération est extrêmement coûteuse. "Le principe c'est bien d'y avoir recours (les evasan vers la Métropole, ndlr) le moins possible, compte tenu de tous les risques associés, compte tenu aussi des coûts, on peut aussi en reparler dans le sens où c'est effectivement une réalité économique, on ne peut pas y échapper" a déclaré Martine Ladoucette au cours d'une conférence de presse mardi 2 mars.

Pourtant interrogée sur le coût précis de cette opération, la directrice de l'ARS a cependant spécifié qu'elle ne répondrait pas à cette question : "de toute façon le sujet n'est pas là aujourd'hui" avait-elle rétorqué. Interrogée à ce sujet, la préfecture ne nous a pas répondus à ce stade.

Aujourd'hui il apparaît que ce coût reste secret et ne doit pas être divulgué. "Le coût des evasan ne sera pas communiqué. Il appartient au donneur d'ordre de gérer cette information et dans ce cas présent il s'agit de l'Etat" nous précise Air Austral, compagnie choisie pour l'opération, et ayant fait préparer le 787 qui a mené les quatre patients vers l'Hexagone. La compagnie n'est, de fait, en effet pas habilitée à divulguer ces informations.

Interrogée, la caisse générale de sécurité sociale (CGSS) de La Réunion indique que l'exercice étant "exceptionnel", il sera dur d'en tirer de suite un montant global. "Le coût est très variable, d'une évacuation à une autre, compte tenu de la logistique, des éléments médicaux, de la situation des patients…" nous précise la CGSS.

Rappelons que pour ce vol, des moyens hors normes ont été mis en oeuvre par l'ARS et le CHU : 15 soignants, dont trois médecins et quatre infirmiers du Samu de Paris, ainsi que 800 kilos de matériel médical ont été mobilisés.

Lire aussi - Patients Covid évacués en Métropole : une opération qui n'est pas sans risques

- Entre 300.000 et 400.000 euros estimés -

Consulté, un spécialiste de l'aéronautique estime que l'affrètement de l'avion, un Boeing 787, coûterait entre 250.000 et 300.000 euros. Par ailleurs, dans le cadre d'un vol commercial, chaque civière transportée coûte entre 9.000 à 10.000 euros. Le coût serait supérieur dans le cas de ce vol spécial n'accueillant aucun autre passager, ce qui augmente le coût individuel (montant total divisé par le nombre de voyageurs),

Selon ce même spécialiste, il faut garder en tête que l'aménagement de l'appareil n'est pas une mince affaire. La cabine a dû être divisée en trois parties, comme cela a été indiqué lors de la présentation de l'avion sanitaire le jeudi 4 mars. Une partie était réservée au repos du personnel en vol et des soignants, une deuxième a servi de lieu de changement d'équipement et de protection des médécins et infirmier.e.s, le dernier espace était réservé aux civières. Dans cette partie il a été nécessaire d'enlever une partie des sièges de l'avion pour assurer l'installation des brancards

Le chargement du matériel médical et des 900 litres d'oxygène par patient a aussi un coût. Il faut enfin compter l'assurance supplémentaire, obligatoire sur ce type de vol, et le fuel pour un trajet de 22 heures (aller-retour) réalisé sans escale.

Lire aussi : Evacuations sanitaires : quatre malades du Covid en route pour la Métropole

Tous ces critères semblent amener à un coût total variant entre 300.000 et 400.000 euros quand on y ajoute la préparation du matériel, la mobilisation des soignants, des ambulances, l'arrivée à Paris etc…

Sauver des vies n'a pas de prix, et c'est sans doute la raison pour laquelle l'Etat n'a pas souhaité communiquer au sujet du montant de cette opération. Il est cependant surprenant de garder ce coût secret, au risque d'entretenir les commentaires des plus sceptiques, friands de polémiques. L'évacuation de ces quatre patients mahorais a déjà entraîné une vague de racisme violente sur internet.

Le tout dans un contexte de remise en question de ces évacuatiions sanitaires. Certains élus appellent depuis des mois à la mise en place d'un hôpital militaire à Mayotte, à la mobilisation du Mistral, le navire hôpital de la Marine nationale, ou tout simplement à la modernisation du CHM (centre hospitalier de Mayotte) pour améliorer la prise en charge des patients mahorais. Ces 300.000 ou 400.000 euros, s'ils ont pour l'instant permis de sauver quatre vies, auraient peut-être pu éviter cette même opération en étant injectés au préalable dans les services de santé de Mayotte, remarquent certains observateurs.

Encore aurait-il fallu y penser en amont.

mm/mb/www.ipreunion.com / [email protected]

   

11 Commentaire(s)

Mido976, Posté
Encore une fois il fallait tester les mahorais sur un long voyage. Le jour où cessera le système mafieux certaines entreprises réunionnaises à Mayotte je dis bien certaines. Les bureaux d études qui viennent pour une demi journée pour visiter un chantier à Mayotte, proposer des plans qui ne sont pas adaptés à la vie locale çà sera une très grande avancée. Il y a des entreprises qui jouent le jeux, je les félicites. Mais ceux qui viennent récupérer les sous, s enrichir sans penser aux locaux, je les dénonce.
Lecteurpresse, Posté
Gestion de crise farfelues. Toutes cette gestion était prévisible. Tout ceux qui a été appliqué à l'heure actuelle a été fait en Métropole. A l'exception qu'eux ils ont utilisé des hélicoptère pour certains département vu la proximité. Aucun changement véritable de stratégie en 2021. L'état n'espère que le déploiement du vaccin dont on connaît aussi peu les effets secondaires que le covid et ses multiples variantes
Kaz, Posté
Cette évacuation sanitaire était un essai, essai réussi et tant mieux pour les 4 malades! Mais il vaut ne pas le renouveler car il y a d'autres options plus satisfaisantes et moins chères et LOCALES: hÃ'pitaux de campagne, bateau hÃ'pital .... l'ARS et Le Préfet doivent alors trouver le personnel médical compétent!
Popolette, Posté
Il faut renflouer les caisses vides d'air austral, une enquête serait nécessaire sur cette compagnie Monsieur Macron
Aie aie, Posté
Renflouement d air austral....c est tout
Jeanbon, Posté
Ces sommes devraient être prélevées directement sur les deniers personnels du Préfet, et de la responsable de l'ARS.La gestion calamiteuse de cette crise, l'aéroport grand ouvert, sans controles, les septaines concilientes, les motifs impérieux bidons (hotels pleins à craquer et plus d'autos de location depuis pas mal de temps.
Gestion, Posté
300 000 euros, à relativiser par rapport aux 84 millions versés à aeroport de Pierrefonds pour la trésorerie et le budget de fonctionnement semble t il.
Radar 974, Posté
Le prix exacte de ce transfert est de 380 000 euros, imazpressreunion. Info plus que sÃ"re ! Life is beautiful
Squaw, Posté
Le problème n'est pas l'origine des patients, qu'ils soient de n'importe qu'elle île de la zone, c'est le coÃ"t de ces évacuations qui est en cause. N'aurait-il pas été préférable effectivement de mettre cet argent en moyens sur place? Espérons que cette décision des autorités n'en soit pas une de plus sans queue ni tête...
Jean-Louis, Posté
Alors, je sais que les journalistes font L, mais quand même. Donc, prenons 400.00. 400.000 / 330 = 1212â"¬ donc ça on pourrait dire que c'est le coÃ"t max. 300.000 / 330 = 909â"¬ et non 9000 à 10000â"¬ pour chaque passage d'un vol commercial (330 passagers car on sait qu'Air Austral c'est des rats donc ils prennent le maximum de passagers) . Encore, 250.000 / 330 = 757â"¬ par tête. Donc on sait que c'est que le coÃ"t normal d'un aller retour est plus bas que ça vu qu'en France, les compagnies n'ont pas le droit de vendre à perte et on peut voir des promos en dessous de 600â"¬ taxes aéroportuaires comprises l'aller retour de temps en temps. On est fâché avec les maths ?
Si, Posté
Si on avait fermé l'aéroport pour les passagers on en serait pas à la situation actuelle. Les pays qui ont fermé leur aeroport comme Maurice Australie Nouvelle Zélande.... sont dans une meilleure situation sanitaire que nous.