Pour accélérer la campagne :

Covid-19 : les médecins se préparent à vacciner dans leurs cabinets dès début avril


Publié / Actualisé
A compter du 5 avril 2021, la vaccination anti-Covid à La Réunion pourra se faire dans les cabinets médicaux. Selon l'Union des médecins libéraux, les professionnels volontaires sont déjà nombreux à se proposer. Une solution qui pourrait permettre d'accélérer la campagne de vaccination sur l'île, encore au ralenti. Selon le dernier bilan de l'ARS, 27.143 personnes ont reçu au moins une dose du vaccin. (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)
A compter du 5 avril 2021, la vaccination anti-Covid à La Réunion pourra se faire dans les cabinets médicaux. Selon l'Union des médecins libéraux, les professionnels volontaires sont déjà nombreux à se proposer. Une solution qui pourrait permettre d'accélérer la campagne de vaccination sur l'île, encore au ralenti. Selon le dernier bilan de l'ARS, 27.143 personnes ont reçu au moins une dose du vaccin. (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)

La vaccination va-t-elle enfin pouvoir passer à la vitesse supérieure à La Réunion ? A partir du 5 avril, injecter le vaccin anti-Covid devrait être possible dans les cabinets médicaux. Une première en France pour le vaccin Pfizer, qui ne peut se conserver qu'à -80 degrés. La méthode se pratique déjà ailleurs en France pour d'autres vaccins. Le département de La Réunion, lui, n'a toujours que le Pfizer à sa disposition.

- Appel à candidatures -

La vaccination chez le médecin ne peut pas se lancer comme ça. "Il y a un cahier des charges à respecter, plein de choses à envoyer..." liste la docteur Christine Kowalczyk, présidente de l'Union des médecins libéraux. En-dehors de la logistique, la docteure remarque également une certaine pression sur les médecins. "La question de la conservation est cruciale, et on nous demande de ne surtout pas perdre de doses."

C'est à ce titre d'ailleurs que des listes d'attente non officielles avaient été créées dans les centres de vaccination pour les non prioritaires. Un moyen d'éviter de perdre des doses si des rendez-vous sont annulés à la dernière minute : des inscrits sur liste d'attente sont alors appelés pour recevoir une injection.

Un appel à candidatures est en cours, depuis vendredi 19 mars, pour lister les médecins souhaitant vacciner dans leur cabinet. Le dispositif est basé sur le volontariat. "Je connais au moins une vingtaine de médecins intéressés dans mon entourage" indique la docteure Christine Kowalczyk.

- Le choix de la confiance -

Si l'accélération de la vaccination dépend aussi et surtout du nombre de doses reçues, le fait de pouvoir se faire vacciner en cabinet peut motiver des Réunionnais.e.s jusqu'ici réticents. "J'ai des patients qui me disent clairement : 'si c'est vous qui vaccinez oui, mais sinon, non'. Il y a une relation de confiance avec le médecin traitant, surtout quand il fait le suivi de son patient depuis des années" explique Christine Kowalczyk.

Cette nouveauté permettrait peut-être à terme de limiter la propagation du virus et donc de soulager le système hospitalier. Selon la communauté médicale, de nouvelles évacuations sanitaires (evasan) vers la Métropole ne sont pas envisageables. Très coûteuses, ces evasan sont surtout risquées, puisqu'elles représentent un trajet en avion de 11 heures pour des patients en situation grave.

Lire aussi - Evacuations sanitaires : les quatre patients sont bien arrivés à Paris

Pour la députée Nadia Ramassamy, la vaccination dans les cabinets médicaux est une "victoire pour la santé des Réunionnaises et des Réunionnais" écrit-elle dans un communiqué. "Cette nouvelle possibilité va permettre d’accélérer et d’améliorer la couverture vaccinale à La Réunion, qui reste bien en deçà de la moyenne française : seulement 3,24% des habitants de l’île ont reçu au moins une dose, contre 8,40% sur la totalité du territoire français" ajoute-t-elle.

Selon les derniers chiffres de l'ARS, 27.143 personnes ont reçu au moins une dose de vaccination (au 18 mars), depuis le lancement de la campagne en date du 15 janvier. Le ministère des Outre-mer en dénombre plus de 36.000 à La Réunion en comptant les deux injections.

Pour cette semaine, le département doit recevoir 3.500 doses supplémentaires du vaccin Pfizer. Le vaccin Johnson and Johnson, lui, est toujours attendu, mais devrait finir par être livré à La Réunion. De nouveaux publics prioritaires peuvent aussi se faire vacciner depuis ce lundi 22 mars à savoir les personnes de plus de 60 ans (et non plus seulement 65) atteintes de certaines pathologies.

mm/www.ipreunion.com / [email protected]

   

1 Commentaire(s)

Vivant, Posté
Bon jour toujours pas de transparence : Pour la représentante de l ARS aucun vaccin D Astrazeneca ici mais selon un site officiel du gouvernement 3000 ont été livrés ici !!!! Etc etc .2 gestionnaires à la solde de l Etat et /ou non efficaces pour ne pas dire plus (Bonjour, quel est donc ce site officiel du gouvernement ? Cordialement - WEBMASTER)