À cause du Covid-19 :

Elle est à La Réunion, il est à Maurice : un an sans voir sa fille


Publié / Actualisé
Habitant à l'île Maurice, Vincent Gilliet n'a pas vu sa fille depuis un an. Elle vit à La Réunion avec sa mère. Au-delà des 226 kilomètres qui les séparent, les restrictions sanitaires liées à la crise Covid-19 empêchent le père et sa fille de se voir. La famille, se démène pour trouver des solutions. En vain. De confinements en quatorzaines en passant par les les calendriers scolaires qui ne correspondent sur les deux îles soeurs, la tâche est compliquée
Habitant à l'île Maurice, Vincent Gilliet n'a pas vu sa fille depuis un an. Elle vit à La Réunion avec sa mère. Au-delà des 226 kilomètres qui les séparent, les restrictions sanitaires liées à la crise Covid-19 empêchent le père et sa fille de se voir. La famille, se démène pour trouver des solutions. En vain. De confinements en quatorzaines en passant par les les calendriers scolaires qui ne correspondent sur les deux îles soeurs, la tâche est compliquée

"Vivre sans son enfant ce n'est pas possible", confie Vincent Gilliet. Il a vu sa fille, Sasha pour la dernière fois le 1er  mars 2020. Vingt jours après, le 19 mars 2020, l'île Maurice annonçait son premier confinement pour cause de covid-19. "Pendant ce premier confinement, on avait la possibilité de quitter l'île Maurice, mais pas de revenir" indique le père de famille. Il est professeur de cinéma dans un lycée mauricien, "il aurait fallu que je quitte mon travail pour retrouver mon enfant à l'île de La Réunion" soupire-t-il.

L’enseignant, n’a pas pu compter sur les vacances scolaires, leurs dates ne seront pas similaires dans les deux îles. "À la Réunion, les vacances de décembre – janvier c'est cinq semaines, ici à Maurice c'est seulement deux semaines", remarque Vincent Gilliet. Et quand les deux emplois du temps se croisent, la lycéenne est confrontée au souci de la quatorzaine. "Le problème est qu'elle effectuer une quatorzaine en arrivant à Maurice et les petites vacances scolaires ne sont pas suffisamment longues pour ça, elle doit reprendre les cours", explique sa mère, Fabienne Desperches.

La situation commence à devenir pesante pour tous les membres de la famille. D'autant que l'île Maurice est de nouveau confinée. "On a l'interdiction de sortir de la maison, tout est fermé, les vols internationaux sont stoppés" lance Vincent Gilliet.

Lire aussi : Covid-19 : Maurice reconfiné pour 15 jours

L’attente devient longue pour Sasha. Selon sa mère "l'adolescente ne vit pas bien la situation et prend beaucoup sur elle". Un contexte tout aussi difficile à vivre pour son père qui "n'aura pas vu un seul jour, l'année des16 ans de (sa) fille." Les parents de l'adolescente réfléchissent à une alternative. L'idée de se rejoindre en France métropolitaine où les conditions de circulation sont beaucoup moins strictes qu'à Maurice, est envisagée. Ce début de solution est impossible à concrétiser pour le moment, les liaisons aériennes étaient suspendues dans l'île sœur. " C'est une situation qui devient ridicule" s'exclame Fabienne

Pour l'enseignant bloqué à Maurice pour le moment  "le seul véritable espoir qu'on pourrait avoir c'est le vaccin et qu'il y ait un passeport vaccinal. Ça me permettrait de voir mon enfant et que mon enfant me voir" termine-t-il.

Lire aussi : Maurice compte sur les vaccins pour se rouvrir au monde

mmo/ipreunion.com / [email protected]

   

4 Commentaire(s)

Ginot, Posté
on peut le regretter mais cette situation n est pas unique, quand on vit dans un pays étranger on a aussi, le revers de la médaille
Mimi, Posté
c est vrai d etre séparé d un proche c est difficile à vivre a l heure d aujourd'hui il y a les réseaux sociaux via messenger wattsap ect pour communiquer en plus se voir il faut emprofiter
Maxou, Posté
Chacun aperçoit la chose à sa manière . On n'a pas de remarques particulières à faire . Comme vit sa situation et à son ressentit
ANIN, Posté
Faut assumer vos choix...on ne peut pas tout gagner dans la vie...à vouloir faire le globe trotter...en même temps la fille n'est ni malade ni un bébé...combien de réunionnais sont dans ce cas avec leurs enfants bloqués sur l'hexagone pour leurs études...combien de réunionnais ne voient pas leurs enfants pendant des années faute de moyens...