Serge Hoareau estime l'organisation du scrutin "très compliquée" :

Elections : le président de l'association des maires interpelle Emmanuel Macron


Publié / Actualisé
Le président de l'association des maires, Serge Hoareau a interpellé Emmanuel Macron concernant l'organisation des élections régionales et départementales les 13 et 20 juin 2021. En raison de la situation sanitaire, ce dernier estime en effet qu'il est "très compliqué, voire impossible, pour les Maires d'organiser les bureaux et de garantir le bon déroulement des opérations de vote". Il s'inquiète de la situation sanitaire dégradée dans l'île. "Nous savons que la tenue des élections présente un risque accru de relance de l'épidémie" alerte-t-il. Nous publions son courrier complet ci-dessous (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)
Le président de l'association des maires, Serge Hoareau a interpellé Emmanuel Macron concernant l'organisation des élections régionales et départementales les 13 et 20 juin 2021. En raison de la situation sanitaire, ce dernier estime en effet qu'il est "très compliqué, voire impossible, pour les Maires d'organiser les bureaux et de garantir le bon déroulement des opérations de vote". Il s'inquiète de la situation sanitaire dégradée dans l'île. "Nous savons que la tenue des élections présente un risque accru de relance de l'épidémie" alerte-t-il. Nous publions son courrier complet ci-dessous (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)

Le 16 mars 2020, au lendemain du premier tour de scrutin des élections municipales, vous avez déclaré la guerre au Covid-19. Pendant 3 mois, la démocratie a connu une expérience inédite avec un allongement du mandat des maires sortants.

Les maires ont été en première ligne pour vous accompagner dans la gestion de cette crise sanitaire. Un an plus tard, la situation s'est aggravée e nous sommes à plus de 97.000 décès pour l'ensemble du pays dus à ce virus, en plus d'une pression insoutenable sur le système de santé. Au 6 avril, la France entière compte plus de 30.000 personnes hospitalisées.

La Réunion n'est pas épargnée par l'épidémie. Au moment où je vous écris ces lignes, le taux d'incidence reste élevé avec 107,8/100.000 . Le taux d'occupation des lits en réanimation est à plus de 85%. Nous accusons 123 décès avec une accélération ces dernières semaines. Près de 60.000 personnes ont été vaccinées dans notre département, dont seulement 40.000 ont reçu les deux doses du vaccin Pfizer.

C'est dans ce contexte que nous devons préparer les prochaines échéances électorales. En effet, le calendrier électoral respectant sa propre logique, et selon la loi n° 2021-191 du 22 février 2021 portant report, de mars à juin 2021, du renouvellement général des conseils départementaux et des conseils régionaux, les maires sont tenus d'organiser les élections régionales et départementales les 13 et 20 juin prochains.

Dans cette perspective, le Conseil scientifique a émis son avis le 29 mars sur les risques sanitaires à prendre en compte et sur les adaptations nécessaires à la tenue des élections. Il base son analyse sur l'évolution du contexte épidémiologique que montre que depuis mars 2021, l'incidence a augmenté par rapport à l'année précédente pour atteindre le pic de 40-45.000 nouveaux cas par jour. Au vu du niveau de circulation virale élevé, nous savons que la tenue des élections présente un risque accru de relance de l'épidémie.

Pour faire face à cette situation et pour garantir la sécurité sanitaire du scrutin, le Conseil scientifique propose des recommandations dans un protocole sanitaire renforcé. Toutefois, sa mise en rouvre n'est pas supportable en raison de son extrême rigidité.

Pour exemple, l'installation de bureaux de vote en extérieur ne peut être envisagée car au mois de juin sous le tropique du Capricorne le climat peut se dégrader et devenir pluvieux et venteux de manière imprévisible.

Par ailleurs, les maires de La Réunion, soucieux de la santé des élèves, avaient alerté Monsieur le Préfet de La Réunion et Madame la Rectrice de l'Académie et proposé que les élèves du primaire soient exemptés d'école les lendemains des jours de vote. Cela permettrait d'organiser avec sérénité la désinfection des salles de classe concernées. Nous n'avons malheureusement pas eu de réponse claire sur cette demande.

Concernant la mobilisation des personnes vaccinées, pour l'instant nous n'avons pas de visibilité sur qui pourraient être mobilisables parmi ces personnes et il ne nous semble pas envisageable de contraindre à la vaccination et aux tests ceux qui ont l'habitude de tenir les bureaux de vote. Pour rappel, s'agissant de la circulation aérienne, aucun citoyen-voyageur n'a été obligé à faire des tests à postériori.

Enfin, les recommandations du Conseil scientifique, s'ils étaient applicables, ne résoudront qu'une partie du problème. N'est pas pris en compte dans cette analyse la problématique de l'augmentation significative du nombre de personnes pouvant être présentes au même moment dans un même espace en raison du "double dépouillement" pour que l'exercice de la démocratie soit respecté.

En ma qualité de Président de l'Association des Maires de La Réunion, j'estime que si les recommandations du Conseil scientifique servent de base à l'organisation des élections, alors, indépendamment du taux de participation qui appartient à la souveraineté populaire, il sera très compliqué, voire impossible, pour les maires d'organiser les bureaux et de garantir le bon déroulement des opérations de vote.

Comptant sur votre compréhension, je vous prie d'agréer, Monsieur le Président de La République, l'expression de ma très haute considération"
 

   

2 Commentaire(s)

Dauberry , Posté
Organiser les votes dans les gymnases et créer des couloirs de files d attentes pour le personnel aussi la distanciation peut-être une solution
Jean, depuis son mobile , Posté
Ils sont prêt a tout poug les élections cela, et même voter une lois pour que les gens votes s'il y a couvre feu ou autres