Déjà plus de 200.000 morts :

Covid-19 en Inde : l'aide internationale arrive, mais le virus ne faiblit pas


Publié / Actualisé
Le nombre de morts du Covid-19 continue d'augmenter. Plusieurs villes sont encore frappées de plein fouet par le virus. Si Bombay semble entrevoir une lente décroissance, la circulation virale reste très forte à Calcutta, Banglamore ou encore Delhi. Parallèlement, l'aide internationale commence à s'organiser : les premières cargaisons de matériel médical, en provenance des Etats-Unis, sont arrivées ce vendredi 30 avril. L'Inde enregistre officiellement plus de 200.000 morts depuis le début de la pandémie. Ce chiffre seraient largement en dessous de la réalité. A noter que le pays ouvre samedi sa campagne de vaccination à l'ensemble de ses quelque 600 millions d'adultes (Photo AFP)
Le nombre de morts du Covid-19 continue d'augmenter. Plusieurs villes sont encore frappées de plein fouet par le virus. Si Bombay semble entrevoir une lente décroissance, la circulation virale reste très forte à Calcutta, Banglamore ou encore Delhi. Parallèlement, l'aide internationale commence à s'organiser : les premières cargaisons de matériel médical, en provenance des Etats-Unis, sont arrivées ce vendredi 30 avril. L'Inde enregistre officiellement plus de 200.000 morts depuis le début de la pandémie. Ce chiffre seraient largement en dessous de la réalité. A noter que le pays ouvre samedi sa campagne de vaccination à l'ensemble de ses quelque 600 millions d'adultes (Photo AFP)

• Un déplacement du virus vers l'Est

Il semble que Bombay commence à souffler bien que la présence du Covid-19 soit encore très marquée. Comme l'indique Le Monde, la décrue a été observée à partir de samedi 24 avril. L'agglomération qui compte 21 millions d'habitants n'a plus dépassé le cap les 6.000 nouveaux cas quotidiens, elle qui avait connu des pics à 10.000.

D'autres villes cependant sont frappées de plein fouet par le virus. La deuxième vague semble alors s'être déplacée vers la moitié Est du pays en touchant les villes de Banglamore au sud, Delhi au nord ou Calcutta, à la pointe Est de l'Inde.

Lire aussi - Coronavirus en Inde : les crématoriums sont submergés, les corps sont brûlés sur des parkings

Côté restrictions, l'Etat du Bengale occidental, où se trouve la ville de Calcutta, a décidé ce vendredi 30 avril de fermer les centres commerciaux, les restaurants, les salons de beauté, les salles de gym, les spas et les piscines. Toute activité culturelle est désormais interdite, alors que 89 décès dûs au Covid-19 ont été enregistrés en une journée, soit le taux le plus élevé de décès dans cet Etat de l'Inde.

• Ouverture de nouveaux lits

La pénurie du matériel entraîne un véritable trafic : les unités sont volées puis vendues à des prix exhorbitants, poussant la police de Delhi par exemple à réserver les voies gauches des routes au passage des véhicules de secours.

Le gouvernement du Kejriwal de son côté convertit les universités en centres de soins pour augmenter la disponibilité de lits pour les malades. Selon le média The Statesman, un centre de 180 lits ouvrira les portes à l'université de Delhi, dont 125 seront équipés avec du matériel recevant de l'oxygène. Trois médecins et trois infirmières seront envoyés par le gouvernement du Kejriwal.

Ce vendredi 30 avril, les premières cargaisons sont arrivées dans la capitale de New Delhi. Elles transportaient 400 bouteilles d'oxygène, de l'équipement pour les hôpitaux ainsi qu'un million de tests de dépistage du coronavirus.

• Cargaisons de matériel médical

Dans ces régions-là, les hôpitaux manquent de lits, de médicaments et d'oxygène, rappelle l'AFP. Les Etats-Unis, qui ont envoyé du matériel en urgence à l'Inde, ont promis d'aider rapidement le pays à augmenter ses capacités d'oxygène.

D'autres pays ont transféré du matériel, comme le rappelle Hindustan Times. Selon le ministère des affaires étrangères, une cargaison de 700 unités concentrant de l'oxygène et 365 ventilateurs ont été envoyés par l'Irlande. D'autres pays dont Singapour, l'Australie, l'Allemagne, la France, la Norvège et le Canada ont promis d'aider l'Inde dans son combat contre le virus. Ce vendredi, c'est le président chinois Xi Jinping qui a proposé son aide dans un message de soutien aux Indiens.

Lire aussi - Covid-19 : l'Inde à bout de souffle, l'aide internationale s'organise

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) appelle de son côté à ne pas baisser la garde alors que plusieurs pays en Europe annoncent un assouplissement des mesures de restrictions. "La situation en Inde peut se produire n'importe où", a averti l'organisation.

• Pénuries de vaccin

Le gouvernement du Karnataka a dit à ses citoyens de ne pas essayer d'aller se faire vacciner dans le cadre de la phase 3 de la campagne de vaccination, faute de doses. Cette phase devait débuter officiellement ce samedi 1er mai dans tout le pays, mais le stock de vaccins commandé au Serum Insitute of India (SII) n'a toujours pas été reçu, indique l'agence de presse ANI.

Lire aussi : Méga-campagne de vaccination en Inde

Le ministre de la santé du Karnataka, le docteur K Sudhakar, indique à l'agence : "nous avons donné des directives pour la préparation d'autres doses. Mais ils ne sont pas prêts à nous les donner. On demande aux personnes, spécialement celles qui ont entre 18 et 44 ans, de ne pas partir dans les hôpitaux en pensant qu'ils seraient vaccinés". Il ajoute que les habitants seront informés quand le gouvernement aura la confirmation de l'arrivée des fioles.

Plusieurs états dont le Maharashtra, Delhi, Madhya Pradesh et Gujarat ont annoncé qu'ils commenceront la troisième phase de l'immunisation des Indiens à une date ultérieure, au plus tard le 15 mai, quand les fabricants de vaccins leur enverront un nombre suffisant de fioles à administrer.

La dernière mise à jour faite par le ministère de la santé montre que plus de 152 millions de doses du vaccin ont été administrées jusqu'à 20h le jeudi 29 avril 2021, selon les médias indiens.

• La Cour suprême s'interroge

Selon Times of India, la Cour suprême indienne a interrogé ce vendredi le gouvernement central sur la gestion de la pandémie, ses décisions concernant le confinement, la distribution d'oxygène aux différents Etats, ainsi que le prix des vaccins et la disponibilité des médicaments. "Le gouvernement central doit penser à distribuer gratuitement le vaccin à tous les citoyens" a déclaré la Cour, ajoutant que "les fabricants privés ne peuvent être les seuls à décider concernant la distribution des doses du vaccin".

L'instance a également questionné le gouvernement sur une autre problématique, l'enregistrement des personnes illettrées et celles qui n'ont pas accès à internet concernant la campagne de vaccination, relate Times of India. La Cour suprême a mis en garde le gouvernement concernant les appels de détresse sur les réseaux sociaux. "Si une décision est prise à l'encontre de ce type de publications, nous poursuivrons la police en justice pour outrage" a déclaré la Cour.
 
• Records de contaminations

Peuplée d'1,3 milliard d'habitants, l'Inde bat des records mondiaux de contaminations, avec près de 380.000 nouveaux cas quotidiens. Rien qu'en avril, l'Inde a dénombré plus de six millions de cas supplémentaires. Ce jeudi, l'Inde a dépassé la barre des 3 millions de cas actifs. L'Etat du Karnataka a enregistré un record de 48.296 cas ce vendredi 30 avril, rapporte le Deccan Herald.

C'est actuellement le second pays le plus impacté par la pandémie en termes de cas positif après les États-Unis, et 4ème en ce qui concerne les victimes selon les données de l'Organisation mondiale de la Santé. Dans les colonnes de Times of India, le docteur et épidémiologiste Giridhara R Babu, fait un point sur les comorbidités, alors que 30% des personnes décédées du Covid-19 au Karnataka n'en avaient pas. "Nous avons conduit une étude avec des professionnels au Bengaluru et nous avons trouvé plusieurs de cas d'hypertension dont nous n'étions pas au courant. C"est cette partie de la population qui ne survit pas au Covid-19 car soit leur système immunitaire n"est pas assez résistant ou soit elle ne prend pas de précautions suffisantes pour se protéger du virus" explique-t-il au média indien. La population jeune, notamment, inquiète particulièrement les médecins, car elle ne s'inquiète pas suffisamment des symptômes ressentis.

Le Maharashtra quant à lui fait partie des Etats les plus touchés et compte à ce jour 66.159 cas d'infection au covid-19. L'Uttar Pradesh compte 35.156 cas et le Karnataka avec 35.024 cas.

Lire aussi - Covid-19 : l'Inde consumée par le virus
 
vl/mm / www.ipreunion.com avec AFP

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !