Les chiffres de l'épidémie augmentent, le préfet "désescalade" :

Covid-19 : l'aveu d'échec des mesures restrictives


Publié / Actualisé
Comme vous l'annonçait Imaz Press ce jeudi 6 mai, le préfet table sur un calendrier en plusieurs étapes jusqu'au 30 juin pour lever les mesures anti-Covid mises en place sur le territoire. Ainsi le couvre-feu va être assoupli, les réouvertures font se faire petit à petit et le motif impérieux va être progressivement allégé... et ce alors que les chiffres du Covid n'ont jamais été aussi hauts. Tout comme la dengue, qui atteint de tristes records de contaminations. La levée progressive des restrictions est un soulagement pour toutes et tous, à n'en pas douter. Mais ce calendrier, mis en relation avec les chiffres de l'épidémie, n'est-il pas finalement un aveu de l'échec de ces mesures ? (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)
Comme vous l'annonçait Imaz Press ce jeudi 6 mai, le préfet table sur un calendrier en plusieurs étapes jusqu'au 30 juin pour lever les mesures anti-Covid mises en place sur le territoire. Ainsi le couvre-feu va être assoupli, les réouvertures font se faire petit à petit et le motif impérieux va être progressivement allégé... et ce alors que les chiffres du Covid n'ont jamais été aussi hauts. Tout comme la dengue, qui atteint de tristes records de contaminations. La levée progressive des restrictions est un soulagement pour toutes et tous, à n'en pas douter. Mais ce calendrier, mis en relation avec les chiffres de l'épidémie, n'est-il pas finalement un aveu de l'échec de ces mesures ? (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)

Si en Métropole la communauté médicale s'interroge face au calendrier de déconfinement du Président de la République, il y a également de quoi se poser des questions à La Réunion.

Ainsi le préfet a dévoilé sa vision des prochaines semaines. Un calendrier qui devait avant tout paraître par voie de communiqué et à travers une interview donnée exclusivement aux journaux de presse écrite. Dans l'après-midi, Imaz Press a finalement révélé les principales étapes de cette levée des mesures, complétées par le communiqué de la préfecture dans la soirée.

Lire aussi : Pour le préfet il y a les médias avec qui on parle et il y a les autres...

- Quatre dates clés -

• A compter de ce samedi 8 mai, le couvre-feu passe à 19h et non plus 18h. Les autres mesures sont maintenues jusqu'au 18 mai.

• A partir du 19 mai, le couvre-feu sera décalé à 21h, et certains établissements vont pouvoir rouvrir comme les galeries commerciales de plus de 10.000 m2. Les terrasses des bars et des restaurants vont aussi pouvoir rouvrir, ainsi que les musées, les cinémas, les salles de spectacles en respectant des jauges définies. Les établissements sportifs de plein air sont concernés et les compétitions vont pouvoir reprendre en extérieur, dans la limite de 1000 personnes.

• Dès le 9 juin, les mesures s'assouplissent de nouveau. Le couvre-feu va passer à 23h. Les bars et les restaurants pourront rouvrir en intérieur, les compétitions reprendront pour les sports collectifs et de combat et les salles de sport pourront rouvrir. Les événements de plus de 5.000 personnes seront acceptés, sous réserve de présentation du pass sanitaire.

• Le 30 juin enfin, dernière étape du calendrier, le couvre-feu se termine, et toutes les jauges sont supprimées dans les établissements recevant du public.

- Des "résultats" discutables -

Sur le papier, le planning est cadré. Mais à peine diffusé, Jacques Billant assure ses arrières : "le desserrement des mesures sera progressif, contrôlé et conditionné par la stabilité de la situation sanitaire".

Il se félicite d'ailleurs de ces mesures, mises en place pendant trois mois. Pour lui, "la situation sanitaire s'est stabilisée", "la tension sur le système hospitaliser a baissé", et ces annonces sont "les résultats de 3 mois d'efforts menés au quotidien". Des efforts, oui nous en avons toutes et tous fait, mais les résultats sont-ils vraiment là ?

Lire aussi - Couvre-feu : une décision trop ou pas assez sévère, la question divise

Le 24 février, alors que La Réunion passait en couvre-feu de 22h à 5h, le taux d'incidence était à peine supérieur à 100 et on comptait 857 nouveaux cas de Covid-19 sur une semaine. Quand le couvre-feu est passé à 18h le 5 mars, le taux d'incidence était de 104 pour 100.000 habitants et 850 nouveaux cas avaient été enregistrés.

Et maintenant ? Le dernier bilan fait état de 1.070 nouveaux cas en une semaine et d'un taux d'incidence de 125… Conclusion : le préfet annonce des allègements progressifs, alors que le Covid-19 atteint des records de contaminations. Un choix qui semble défier toute logique.

Lire aussi - Crise sanitaire : la quadrature du cercle

- La dengue n'est pas loin -

Le préfet dit s'appuyer sur les hospitalisations : moins de patients Covid en réanimation, moins de "pression" selon lui. Une affirmation à mettre en relation avec le nombre de malades de la dengue, qui eux, ne faiblissent pas et remplissent les lits d'hôpitaux.

La maladie du moustique, qui elle aussi bat des records, a touché 1.686 personnes cette dernière semaine et tué trois nouvelles victimes du virus. Des chiffres hebdomadaires bien supérieures aux années précédentes.

Lire aussi - Dengue : "on n'avait jamais vu de stade aussi grave de la maladie"

Tout ceci alors que de nombreux départs de médecins urgentistes sont prévus entre mai et juillet, comme révélé par Imaz Press ce jeudi. 17 départs précisément, dont les remplacements ne sont pas garantis.

- Un aveu à demi-mot -

Pourtant les mesures vont s'assouplir petit à petit. Est-ce qu'entrevoir une fin de crise soulage la population ? Bien sûr. Toutes et tous ont besoin d'avoir de quoi se projeter et il était temps de proposer une stratégie étalée sur plusieurs semaines.

Mais parler d'allègement quand l'incidence ne cesse de grimper, c'est l'aveu, si l'on peut dire, de l'utilité relative du couvre-feu. Comme la fermeture des restaurants ou celle des galeries marchandes, après avoir demandé à ces entreprises d'investir dans des précautions toutes aussi contraignantes les unes que les autres.

Lire aussi - Couvre-feu, fermeture de certains centres commerciaux, motifs impérieux et... scepticisme

Mais il fallait à tout prix éviter le confinement, diront les autorités, pour le bien de l'économie… Résultat, trois mois plus tard, 26% des entreprises envisagent une cessation de leur activité, et 5% sont déjà en cours de fermeture, indiquait la CCIR. Si l'efficacité de ces trois mois de privations reste encore à prouver, les dégâts, eux, sont indiscutables.

mm/www.ipreunion.com / [email protected]

   

14 Commentaire(s)

John , Posté
Les mesures c'est juste pour boucher les yeux des réunionnais pour les élections qui arrivent lol Les réunionnais doivent ouvrir plus leurs yeux de nos jours avec des élus manipulateurs
Parce que vous Êtes gouvernés par Les Ratés En Mouvement ( LREM ), Posté
" Jacques Billant assure ses arrières " ce type sait ce qui va lui arrivé , l'absence de confiance dans un gouvernement qui a plus de 70 plaintes contre lui à cause de son impéritie et de sa gestion désastreuse de la crise, camouflant ses propres carences sous des mensonges éhontés. ces hauts fonctionnaires qui se croient à l'abri derrière l'anonymat de leurs postes dont on a compris qu'il était possible qu'ils aient quelques soucis dans le monde d'après, et qu'il y ait quelques comptes à rendre devant le juge pénal.
Strop , Posté
@IMAZPRESS: l'efficacité du vaccin Pfizer à certainement contribué à réduire les cas les plus graves de la Covid: dans ce cas il semble normal d'y voir une amélioration de la situation.
Missouk, Posté
Quand on voit ce qui se passe au sommet de l'Etat, où tout ou presque est décidé par un seul homme, parfois envers et contre tout et envers et contre tous, il n'y a plus à être étonné de rien. Le préfet n'est qu'un pion qui ne fait qu'appliquer ce qu'on exige qu'il fasse appliquer. Qu'il y ait un peu de cohérence, sa Majesté Macron 1er s'en moque comme de sa première paire de chaussettes. Il a raison, il sait tout, il maîtrise tout, et il est parfait. Nous vivons dans un drôle de monde et dans un pays qui fonctionne d'une bien curieuse façon. Et en 2022, les électeurs pourraient bien reconduire ce triste monsieur pour 5 ans, parce qu'au fond, nous sommes des benêts et que le temps passant, nous avons perdu cette faculté à nous questionner, à nous opposer, à nous révolter. La culture ayant en plus été mise sous cloche, les gens en sont à attendre que cet homme soit disant parfait, mais au fond égocentrique et arrogant homme mette fin à ce bazar...
Ilétaittemps, Posté
"Aveu d'échec '" ça fait des semaines qu'on le savait... que ces mesures étaient inutiles... Quand on applique ici les mesures qui n'ont pas fonctionné en métropole des semaines après... Ils n'avouent rien, ils maitrisent la situation, c'est le message qu'on veut faire passer ! Aucun aveu de faiblesse, juste, on fait comme on dit, on est droit, directif et ferme ! Liberté bientôt retrouvée... il était temps ! La dengue ''' On a nié la dengue, tout l'espace médiatique et politique étant submergé par la crise Covid... Maintenant qu'on dit "Covid, c'est fini", faut trouver un autre sujet
Mayaqui, depuis son mobile , Posté
Prudence ... il y a pléthore d'inconscients.
Maya, Posté
Quand les mesures de traitement COVID par des médicaments seront mis en place, cela sera bien. Pour le moment tout le monde est dans la lune !
John , Posté
La nouvelle génération réunionnaise veulent du changement sur notre île.Toujours des Gaulois aux pouvoirs et qui viennent nous donner des ordres sur notre île lol non j'accepte pas ça! Les réunionnais ne donnent pas d'ordres aux Gaulois il me semble lol
Neurone 974, Posté
Selon l'AFP, 5 cas de myocardite suite à la vaccination par Pfizer ont été repérés en France (ANSM). Pourquoi personne n'en parle '
Neurone 974, Posté
Les chiffres ont augmenté artificiellement car le nombre de tests a augmenté de 25% en 3 semaines. le calcul de l'incidence reste basé sur le même nombre d'habitants, donc ce taux augmente. Si on refait tous les calculs avec une base constante, on arrive à 100/100 000.Donc les mesures ne servent à rien qu'à tuer l'économie et les personnes souffrant d'autres pathologies.
Jean Doute, depuis son mobile , Posté
L'allègement des mesures ne signifie pas que ce soit fini... Et alléger des mesures alors que l'incidence est un peu plus élevée qu'au moment où elles ont été instituées ne signifie pas qu'elles aient été inutiles. Cela aurait probablement été pire... Comme on va s'en rendre compte dans les semaines qui vont venir si à l'échelon individuel on pense pouvoir faire comme si c'était fini. Le déni n'a jamais protégé et ne nous protégera pas. L'efficacité des vaccins est mise à mal avec les mutations. Si on croyait avoir gagné, la nature a démontre qu'elle a un train d'avance. Mais personnellement je crois en l'être Humain et en sa capacité de rebondir. On n'est pas à la première pandémie sur Terre. Il faut se dire que parfois l'ecremage ça peut faire du bien : les plus costauds et/ou les plus intelligents resteront. Merci Dame Nature.
Omega3, Posté
Et pour autant ceux censés montrer l'exemple se sont rassemblés sans respect des distanciations sociales mais surtout sanitaires entassés sous un chapiteau lors de la livraison de la demi nouveau route du Littoral ... A se coller, se tripoter, se bécoter et se baver dessus !!! Personne n'a rien trouvé à y redire et les journalistes ont fait les autruches à ce moment-là...On en reparle '!'
[email protected], Posté
@PragmatismeEntièrement d'accord avec vous....sauf que ceux "d'en haut", censés montrer l'exemple, s'autorisent à ne pas appliquer ces mêmes principes....le 1 poids: 2 mesures
PRAGMATISME, Posté
Il faut être réaliste, une mesure ne peut fonctionner que si elle est appliquée. Or, chacun peut constater que ce n'est pas le cas. Il y a autant de circulation après 18H00 qu'avant.Dès qu'ils en ont l'occasion, les gens se regroupent, boivent un coup, dinent ensemble ...On ne peut pas le leur reprocher; il y une imperméabilité évidente à l'éducation, à la sensibilisation et au bon sens. Donc la seule solution se trouve dans la coercition : que les forces de l'ordre aient les moyens de faire leur travail et de sanctionner systématiquement les contrevenants; y compris dans les quartiers où elles n'osent plus aller car la Loi ne s'applique plus. Motifs impérieux, confinement, restrictions sont contre productifs s'il n'y a pas d'application stricte des règles. Je sais, ça fait chier... mais c'est comme ça!