Environ 70 personnes ont été contaminées (actualisé) :

Covid-19 : le variant réunionnais a été découvert depuis janvier 2021


Publié / Actualisé
Un variant local du Covid-19 a été détecté à La Réunion en janvier 2021. L'annonce a été faite ce lundi soir 17 mai 2021 par le docteur Patrick Mavingui, microbiologiste à l'Université de La Réunion et directeur de recherche au CNRS. Cette souche locale, nommée B1 622, a contaminé 70 personnes a précisé le scientifique au cours d'une interview à Antenne Réunion. Ce variant a été détecté au début du séquençage du génome du virus par le Cyclotron Réunion Océan Indien (Cyroi) de Sainte-Clotilde (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)
Un variant local du Covid-19 a été détecté à La Réunion en janvier 2021. L'annonce a été faite ce lundi soir 17 mai 2021 par le docteur Patrick Mavingui, microbiologiste à l'Université de La Réunion et directeur de recherche au CNRS. Cette souche locale, nommée B1 622, a contaminé 70 personnes a précisé le scientifique au cours d'une interview à Antenne Réunion. Ce variant a été détecté au début du séquençage du génome du virus par le Cyclotron Réunion Océan Indien (Cyroi) de Sainte-Clotilde (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)

Le microbiologiste Patrick Mavingui, dirige l’Unité mixte de recherche "processus infectieux en milieu insulaire tropical (PIMIT)" basée au Cyroi à Sainte-Clotilde. Il collabore avec l'Université de La Réunion, l'Inserm, le CNRS et l'Institut de recherche pour le développement (IRD) afin de séquencer de façon autonome les génomes des variants.

Ce variant découvert au tout début du séquençage à La Réunion a été officiellement répertorié le 19 janvier dernier par les scientifiques au plan international. Il serait faiblement contaminant puisque en quatre mois, selon Patrick Mavingui,  il aurait atteint envrion 70 personnes. Pour le moment il n'a pas été à l'origine de foyer de contaminations (cluster) et n'aurait pas une dangerosité plus importante que celle des autres variants. Il n'aurait pas été signalé ailleurs qu'à La Réunion.

Lire aussi : Covid-19 : un variant réunionnais détecté

"Fort heureusement, jusqu’à présent, d’après les données épidémiologiques, ce n’est pas le plus dangereux. Il a une mutation qui est connue en termes de transmissibilité mais elle existe aussi chez les autres variants. Dans les hôpitaux, on a repéré le cas d’un seul patient, qui a été guéri. Il était dans une forme de sévérité aussi due à des symptômes de comorbidités" a déclaré Patrick Mavingui à Antenne Réunion

Pour rappel, trois autres variants circulent dans l'île. Le variant sud-africain en majorité, le variant brésilien, et le variant britannique. Selon les chiffres de l'agence régionale de santé (ARS)  du 1er mai au 7 mai, 1458 tests ont été criblés pour identifier une souche de variant. 979 d'entre-eux éttainet positifs au variants  (937 sud-africains ou brésiliens et 42 britanniques), soit une proportion de 67,10 %.

Le variant indien ne circule pas dans l'île. Trois marins porteurs de cette variante ont été hospitalisés à La Réunion le samedi 8 mai dans le respect du protocole sanitaire garantissant leur isolement.

www.ipreunion.com / [email protected]

 

   

4 Commentaire(s)

Stean, Posté
Bienvenu à B1 622: nou la fe!
Omega3, Posté
A quand le variant spécifique à chaque ville de la Réunion !!!
Momo, Posté
Mdr sa y est on a notre propre variant en plus il est gentil affectueux mdr ah ah ah
Jeanbon, Posté
"Le variant indien ne circule pas dans l'île"Oui, et la marmotte emballe le chocolat !