Lutte contre la propagation du virus :

Covid-19 : pour voyager, l'obligation vaccinale devient une réalité


Publié / Actualisé
Entre la mise en place du pass sanitaire et la levée des motifs impérieux pour les personnes vaccinées, il semble que le vaccin devienne un critère de plus en plus essentiel pour voyager. Certains s'insurgent, en rappelant qu'en France la vaccination anti-Covid n'est pas censée être obligatoire. Elle le devient malgré tout à La Réunion - pas en Métropole -, pour avoir le droit de sortir du territoire. Une contrainte qui se justifie d'un point de vue médical et sanitaire, mais qui a du mal à être assumée par l'État (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)
Entre la mise en place du pass sanitaire et la levée des motifs impérieux pour les personnes vaccinées, il semble que le vaccin devienne un critère de plus en plus essentiel pour voyager. Certains s'insurgent, en rappelant qu'en France la vaccination anti-Covid n'est pas censée être obligatoire. Elle le devient malgré tout à La Réunion - pas en Métropole -, pour avoir le droit de sortir du territoire. Une contrainte qui se justifie d'un point de vue médical et sanitaire, mais qui a du mal à être assumée par l'État (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)

Il faut le dire, la vaccination est en train de devenir une obligation pour pouvoir quitter La Réunion. Un critère qui agace de plus en plus les anti-vaccins ou simplement des habitants sceptiques qui, eux, ne souhaitent pas se faire vacciner. De fait, en France, la vaccination anti-Covid n'est pas obligatoire et l'Ordre des médecins ne fait que la recommander à ce jour.

Pourtant le vaccin se transforme malgré tout en sésame nécessaire pour avoir le droit de prendre l'avion. Déjà par le biais du pass sanitaire, qui permet de prouver que l'on est vacciné.e via l'application TousAntiCovid, présentée à l'embarquement. Ensuite via la levée des motifs impérieux, prévue le 9 juin… uniquement pour les personnes vaccinées.

- Une mise en place légale -

Il faut rappeler dans un premier temps que ces décisions gouvernementales sont légales. On se rappelle de la quatorzaine à réaliser lors de l'arrivée sur l'île, obligatoirement en hôtel ou dans un centre dédié. Une mesure sanitaire qui avait été retoquée par le Conseil constitutionnel pour des raisons de libertés individuelles.

Libertés qu'avait alors voulu respecter le préfet en ne voulant pas rendre la septaine obligatoire dans un second temps, qu'elle se fasse à domicile ou à l'hôtel. Finalement, comme l'avait révélé Imaz Press, son obligation aurait pu être justifiée par l'état d'urgence sanitaire. C'est d'ailleurs ainsi que le gouvernement a rendu obligatoire une septaine de sécurité pour les voyageurs en provenance de Guyane, pourtant département français, lors de l'expansion du variant brésilien.

Dans le cas présent, permettre à un voyageur de se déplacer à condition d'être vacciné (même d'un département français à un autre) est une fois de plus permis grâce à l'état d'urgence sanitaire, et plus précisément au projet de loi étudié en ce moment pour sortir de l'état d'urgence, nous indique un magistrat. Actuellement en discussion au parlement, ce texte implique des contraintes pour retrouver une vie "normale" et voyager à nouveau. Celui-ci n'a pas été voté dans les mêmes termes par l'Assemblée nationale et le Sénat, une commission mixte paritaire s'est donc réunie pour définir le texte final.

L'article 1 bis du projet de loi permet d'imposer à ceux qui veulent voyager, ou accéder à certains lieux impliquant de grands rassemblements, de présenter un document attestant d'un dépistage négatif ou d'une vaccination. Dans le cas présent, l'avocat que nous avons consulté note bien que "le vaccin n'est pas la seule façon de disposer du pass sanitaire".

Pour la levée des motifs impérieux, c'est par contre le cas. C'est dans les faits "une atteinte aux libertés", de circulation dans le cas présent, mais elle est encadrée : dans le temps, dans les modalités, dans les garanties de procédure, note ce magistrat.

- Une action en justice se prépare -

Ce cadre légal n'empêche pas des voix de s'élever contre cette obligation vaccinale en cas de voyage. Par voie de communiqué, la Défenseure des droits a alerté le 17 mai sur plusieurs points du projet de loi actuellement discuté. Elle appelle notamment à ne pas pérenniser cette mesure : "la Défenseure des droits appelle les autorités à une extrême prudence dans la mise en place du dispositif du " pass sanitaire " qui n’aura vocation à être utilisé que le temps strictement nécessaire pour répondre à la situation sanitaire".

A La Réunion, maître Alex Vardin, déjà bien connu et médiatisé pour son opposition au port du masque obligatoire à l'école, est vent debout contre cette mesure. Il a accepté de représenter des citoyens opposés aux conditions de levée des motifs impérieux et prévoit une action en justice.

"C'est un effet boule de neiges, au final plus de 500 personnes ont fait appel à moi en deux jours. C'est ce que je compte mettre en avant : il y a une vraie pression de la part de la population" estime maître Alex Vardin. Celui-ci envisage de déposer un référé-liberté et invoque plusieurs motifs : "atteintes de libertés et droits fondamentaux", "atteinte à la liberté d'aller et de venir", "discrimination". L'avocat ne tolère pas notamment la différence de traitement vis-à-vis des autres départements français, y compris dans les DOM.

"Il n'y a pas le terme 'obligation' dans l'arrêté préfectoral mais de facto, la vaccination devient obligatoire pour voyager. C'est une contrainte qui me dérange, ce n'est pas bien du tout", juge maître Alex Vardin, qui émet par ailleurs des doutes sur l'efficacité du vaccin anti-Covid et sa capacité à immuniser la population.

- "La solution la plus efficace" -

Nombreux sont ceux cependant, à commencer par la communauté médicale, qui estiment que la vaccination reste le moyen le plus immédiat et efficace de pouvoir reprendre une "vie d'avant" sans risquer une nouvelle propagation du virus.

"L'île est isolée, ce serait une catastrophe de connaître une hausse significative des contaminations" estime le docteur Alain Domercq, président du Conseil interrégional de l'Ordre des médecins. "Il est important que les gens se vaccinent sur un territoire comme La Réunion où les flux de personnes peuvent avoir un impact sanitaire colossal."

Lors d'un précédent article, le docteur envisageait difficilement la mise en place d'un pass sanitaire sur l'île pour des questions de libertés fondamentales. "Aujourd'hui je la vois comme une nécessité. Il faudra bien un jour que tout le monde soit vacciné" estime-t-il.

Pour l'heure, l'Ordre des médecins ne s'est pas positionné pour une vaccination obligatoire. "Oui elle le devient pour voyager, mais voyager n'est pas obligatoire non plus après tout" rappelle le médecin. Et pour les motifs impérieux valables (urgence personnelle, professionnelle ou de santé), il ne sera pas nécessaire d'être vacciné pour voyager. "Il fallait de toute façon trouver quelque chose, les motifs impérieux n'étaient plus tenables. Je comprends le désagrément, et oui ça reste une 'contrainte' mais beaucoup d'autres pays rendent des vaccins obligatoires après tout. Après la seconde dose, nous sommes immunisés à 90-95% contre le virus, c'est pour l'instant la solution la plus efficace."

A noter que ce mardi, l'Académie nationale de médecine, elle, a estimé indispensable de rendre le vaccin obligatoire pour de nombreuses professions et de vacciner enfants et adolescents, seul moyen d'atteindre "une immunité collective suffisante" pour contrôler l'épidémie de Covid-19.

- La peur du mot "obligation" -

Sur nos réseaux, nous vous avons demandé si vous souhaitiez vous faire vacciner pour pouvoir voyager. Sur Facebook, 75% d'entre vous disent non, sur Instagram 70% disent oui et sur Twitter c'est plus serré, 56% disent non. Bref la question divise, plus que jamais.

Et que l'on souhaite se faire vacciner ou non est une chose, mais une obligation validée sur le plan de la loi en est une autre. Et si l'Etat tranche en faveur de la communauté scientifique – du moins une bonne partie – encore faudrait-il le dire clairement. Car rendre la vaccination anti-Covid obligatoire n'est pas sur la table, mais imposer le vaccin pour voyager reste bel et bien une forme d'obligation. Ainsi clarifier la situation en osant prononcer le mot "obligatoire" serait peut-être souhaitable un jour ou l'autre.

La situation, confuse, donne l'impression à certaines Réunionnaises et Réunionnais que l'Etat tente de contourner cette "non-obligation vaccinale". Comme c'est le cas d'ailleurs avec le maintien d'un test PCR et d'une septaine pour les personnes vaccinées qui souhaitent voyager. "Cela risque de donner l'impression à certains que dans ce cas, le vaccin n'est pas efficace" note Alain Domercq, qui estime qu'un allègement sera nécessaire pour les voyageurs vaccinés.

Des imprécisions qui s'ajoutent à celles du numéro vert, donnant de fausses informations aux futurs voyageurs, ou aux délais nécessaires après la vaccination, de deux à quatre semaines, et qui sont apparus tardivement sans communication aucune alors que certains avaient déjà acheté leurs billets d'avion. Des imprécisions qui peuvent donc donner l'impression que La Réunion reste un laboratoire, comme lors de la mise en place de la quatorzaine en hôtel, lorsqu'il s'agit de tester des mesures sanitaires.

Une situation dommageable pour les Réunionnaises et Réunionnais qui, loin de l'Hexagone, ont tout autant besoin d'annonces claires et précises pour les mois à venir que leurs compatriotes métropolitains.

mm/www.ipreunion.com / [email protected]

   

19 Commentaire(s)

Mimo, Posté
le vaccin ne protege pas ducovid puis qu'on peut l'atraper alors pourquoi le rendre obligatoire pour voyager, je pense un test pcr est sufisant
Jojo, Posté
Non seulement nous sommes contraints à la vaccination pour voyager, mais aussi d'avoir un smartphone 4G (l'abonnement coûte une monnaie, l'appareil aussi) pour cette appli ''tous anticovid' et savoir manier le QR code. C'est vrai je suis un vieux dinosaure de l'ère avant internet et je ne connais pas manier ce qr code en plus il faut télécharger, qui apprend à utiliser ça ' Est-ce que le gouvernement va me payer un smartphone et une formation '
Doliprane, Posté
C'est un abus de pouvoir. Le covid est un prétexte pour manipuler les consciences et justifier une atteinte aux libertés fondamentales, notamment celle de circuler librement sur le territoire national ! Je souhaite qu'un jour le préfet ait à rendre compte de sa forfaiture.
Bibik, Posté
Et la Liberté de déplacement sur son Propre territoire' Et le Droit à la Famille''' bref.. dictature quand tu te manifestes..
Steph, Posté
Bonjour, j'avais une question le motif impérieux est levé que pour les personnes vaccine ' Ou c'est une rumeur' Pour rentrer sur l'île le vaccin n'est pas obligatoire ' Merci.
Strop, Posté
Avant les anti-vaccins se cachaient maintenant sur Facebook ils règnent...Facebook a vraiment permis à n'importe qui de dire n'importe quoi.Les gens en sont venus à douter du gouvernement, de la communauté scientifique, des journalistes... mais ont en même temps décidé de croire le premier inconnu sur Facebook.
Fafa, Posté
Comme cela paraît probable la campagne de peudo vaccination est en train d'initier une contamination massive non encore vue à la Réunion comme on a pu l'observer dans d'autres pays qui se sont lancées tête baissée a injecter une thérapie génique en période d'épidémie ce qui est totalement antimedicalPar ailleurs l'ouverture des voyages aux vaccinés qui peuvent être contaminants et attrapper le covid comme l'a confirme Veran et le Conseil d'État vont exporter le variant Sudaf en Métropole contre lequel le seul "vaccin" a 30% efficace est le PhyserEnfin la thérapie génique est une technologie connue et abandonnée dans de nombreuses expermentations anti cancéreuses en particulier .Elle n'a laissé que des échecs abandonnés en catastrophe Et je rappelle ce que TOUT Le MONDE SAIT ces techniques de pseudo vaccination sont sous expérimentation (AMM conditionnelle) et les effets néfastes a venir sont totalement inconnusAdvienne ce qu'adviendra!
Neurone 974, Posté
Ce grignotage progressif des libertés sous couvert de crise sanitaire est glaçant. En plus de ça, on ne peut plus emporter de fruits. Bientôt on ne pourra plus emporter de saucisses, d'épices, d'artisanat local. Il faudra déposer ses bagages au contrôle 48h avant, au cas où nos vêtements ne conviendraient pas non plus....On se dirige tout droit vers la République Populaire de France !
Parce que vous Êtes gouvernés par Les Ratés En Mouvement ( LREM ), Posté
Ce vaccin contre le covid19 n'est pas obligatoire .Le type en préfecture exécute tout ce que dit son poudré de Paris .Aux élus de se faire entendre face des exécutants pris dans le système du fric
Creol la cour , Posté
Il faut reconfiner c'est ça nou veu, mètre le vaccin , la réunion est en danger, arrêter de faire la fête, pense à no ainé.
Vacciné et prêt à voyager '., Posté
Depuis plusieurs mois nous sentions que la vaccination serait nécessaire pour quitter l'île !Ceux qui ralent regarderont les avions décollés !
La vérité, Posté
Merci Eve pour ces mots ! MERCI
ZIP, Posté
Ce qui pose problème pour les personnes vaccinés c'est d'attendre 15 jours après la deuxième dose pour pouvoir voyagé. Car d'après des études lu dans pourquoidocteur.fr ; 21 jours après la PREMIERE DOSE du pfizer l'immunisation est de 90% pour atteindre ensuite 95% avec la vaccination complète. Que le service du ministère où de la préfecture explique aux Réunionnais ce qui justifie cette attente de 15 jours et ensuite la septaine avec une vaccination complète.
Thi8, Posté
Pourquoi tant de polémiques alors que d'autres vaccins sont obligatoires depuis des années et qu'il existe déjà certains vaccins obligatoires pour voyager Come la fièvre jaune par exemple pour aller dans certains pays
Payet, depuis son mobile , Posté
En 2022 votons Macron et nous continuerons à aller dans le fond.
Justice pour tous, Posté
aujourd'hui il y a une actualité : un avocat de La Réunion, Maitre Vardin, dépose un référé liberté contre l'arrêté préfectoral qui sera mis en place le 9 juin. (pass sanitaire = discrimination entre vaccinés et non vaccinés) ( référé liberté = action rapide: le juge du tribunal administratif aura 48h pour statuer)donc si on veut soutenir cette action en justice il y a un mandat à remplir ( cf pièce jointe ) et donner à Maitre Vardin. mais il faut le faire avant jeudi soir ! Si vous le souhaitez imprimer le mandat, le remplir et l'envoyer par mail avec sa pièce identité à l'adresse : [email protected] peut diffuser cette info à toutes les personnes susceptibles d'être intéressées.Personnellement, j'ajoute à ce mail que j'ai reçu cette information officielle que je viens d'apprendre et qui me semble importante de connaître : Demande du Conseil de l'Europe - Article 7 - Paragraphe 3 - Alinéa 1 :"l'assemblée parlementaire du conseil de l'europedemande aux Etats de s'assurer que les citoyens sont informés que la vaccination n'est pas obligatoire et que personnes ne subit de pressions politiques, sociales ou autres, pour se faire vacciner, s'il ne souhaite pas le faire personnellement".sources : https://pace.coe.int/fr/files/29004/html
Omega3, Posté
Ni le pass sanitaire ni le vaccin n'ont à être obligatoire ! Privation de liberté, on rentre en dictature au nom d'une crise sanitaire alors que le gouverne-ment, le préfet et l'ARS parle de distanciation sociale au lieu de sanitaire... Le peuple ayant du mal avec le vocabulaire et sa compréhension, ils donnent leur pouvoir pour se faire manipuler et être bien docile comme les esclaves qu'ils ont été ....soit ils l'ont oublié, soit cela leur manque et veulent retrouver cette condition d'esclaves !!! Continuez vous êtes sur la bonne voie...
Do974, Posté
Il y aura toujours des personnes ailleurs ou à la Réunion pour manifester et être contre tout - A la Réunion c'est devenu une mode , pour se faire voir - Pauvre Réunion - J'aimerais connaître la réaction de ces "contre tout" si un membre de votre famille décède du COVID
Eve, Posté
Merci pour cet article qui , lui , a le mérite d'être clair Je confirme me concernant "ni pass' , ni vaccination " Grave crise de confiance envers un gouvernement qui nous a menti et malmenésLà où il faut un pass ' : je m'en passe !