Reprise des flux :

Grandes vacances : les voyageurs ont hâte, les compagnies aériennes aussi


Publié / Actualisé
Les vacances scolaires commencent le 7 juillet 2021. Comme toujours, elles sont synonymes de flux touristiques et de reprises des voyages. Avec l'ouverture aux vols sans motif impérieux pour les personnes vaccinées, depuis le 9 juin, les compagnies aériennes s'attendent à voir les halls de l'aéroport remplis de passagers à nouveau. L'affluence, crise Covid oblige, sera toutefois bien moins importante qu'en temps normal. Mais les calendriers de vols comme les dispositifs sanitaires, sont en place prêts à accueillir les voyageurs. (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)
Les vacances scolaires commencent le 7 juillet 2021. Comme toujours, elles sont synonymes de flux touristiques et de reprises des voyages. Avec l'ouverture aux vols sans motif impérieux pour les personnes vaccinées, depuis le 9 juin, les compagnies aériennes s'attendent à voir les halls de l'aéroport remplis de passagers à nouveau. L'affluence, crise Covid oblige, sera toutefois bien moins importante qu'en temps normal. Mais les calendriers de vols comme les dispositifs sanitaires, sont en place prêts à accueillir les voyageurs. (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)

C'est une reprise touristique bienvenue, bien qu'à La Réunion la haute saison soit plus attendue au dernier trimestre de l'année. "En juillet nous attendons finalement peu de touristes. Il y aura tout juste un frémissement autour du 15 juillet, mais ce sera calme en août. Ceux qui vont voyager sont surtout ceux qui viennent ou partent retrouver leur famille" estime Patrick Serveaux, président de l'Union des métiers et des industries de l'hôtellerie (UMIH).

Les mois de juillet et d'août devraient toutefois permettre aux compagnies aériennes de remplir davantage leurs appareils, bien que quelques restrictions viennent obscurcir le tableau.

- Une affluence moins importante -

Les flux de voyageurs ont déjà bien repris depuis l'allègement du 9 juin, permettant de lever les motifs impérieux pour les personnes vaccinées. "Nous avons enregistré ces dernières semaines une reprise des réservations vers et depuis La Réunion de 30%" indique la compagnie French Bee. Idem du côté de Corsair pour qui les tendances de réservations "très dynamiques" s'expliquent aussi grâce à l'ouverture des vols depuis Lyon et Marseille, proposés depuis le 21 juin.

De son côté, Air France observe aussi un retour des voyageurs mais prévoit une affluence bien moindre qu'en 2019 (2020 ne pouvant pas être une année de référence en raison de la crise sanitaire).  "Nos prévisions sont malgré tout satisfaisantes, nous envisagons une affluence inférieure mais correcte." Cette période de vacances ne suffira de toute façon pas à combler les pertes accumulées en raison du virus et de la mise en place des motifs impérieux. "Ça ne rattrapera jamais vraiment, c'est comme les hôtels : c'est du stock perdu".

Corsair aussi remarque qu'il ne sera "malheureusement pas possible de rattraper le retard accumulé depuis le mois de janvier mais nous constatons une vive envie de la part des voyageurs de s’évader. Nous espérons que cela va se confirmer au fil de l’été".

- Les calendriers de vols évoluent -

Les compagnies se préparent d'ores et déjà à rouvrir grand les portes de leurs avions. Air France prévoit d'ailleurs une augmentation de 60% des sièges vers les Antilles et l'Océan indien, via les lignes reliant les Outre-mer à Paris Charles-de-Gaulle. De quoi inquiéter les compagnies concurrentes qui craignent des problèmes de saturation et une chute forcée des prix. Mais pour Air France, c'est le jeu de la concurrence.

"Nos tarifs sont en effet très largement inférieurs à la période juillet-août 2019, nos billets sont environ 30% moins chers." La plupart des compagnies ont d'ailleurs joué le jeu des offres promotionnelles avant d'arriver sur les grandes vacances. Côté rotations, Air France prévoit trois vols par jour, "un programme ambitieux" nous dit-on : deux vols vers Orly, un vers Charles-de-Gaulle.

De son côté, French Bee opérera à partir de début juillet 10 rotations par semaine vers et depuis La Réunion. Corsair annonce jusqu'à 12 vols par semaine de la Métropole vers La Réunion. Les vols vers Lyon ou Marseille quant à eux ont commencé depuis le 20 juin.

Air Austral pour sa part a "réhaussé la fréquence des vols depuis cette semaine", et propose jusqu'à 9 vols par semaine. C'est un peu en-dessous des autres compagnies, "mais nous faisons notre calendrier en fonction de l'affluence observée. Nous nous adapterons si la demande augmente. Mais il ne faut pas oublier que l'on reste dans un contexte contraint" nous dit-on. La compagnie observe d'ailleurs "une hésitation à voyager" à La Réunion, l'augmentation des réservations reste donc timide. "On reste malgré tout heureux que les vacances arrivent et que ça reprenne."

- Les tarifs explosent -

Si les compagnies se targuent d'avoir baissé leurs prix, la différence est malgré tout fragrante en quelques semaines. Qui dit reprise accrue des vols dit forcément tarifs qui augmentent. C'est le cas depuis le mois de mai déjà, dès l'annonce du ministère des Outre-mer de lever les motifs impérieux pour les personnes vaccinées.

Une recherche suffit au départ de La Réunion vers l'Hexagone pour se rendre compte des prix affichés. Si début mai, un aller-retour était possible pour 600 euros TTC, il faut compter, en réservant aujourd'hui, 1.000 à 1.200 euros en moyenne, hors bagages. Selon les jours choisis, les prix peuvent monter facilement à 1.500 euros l'aller-retour. "C'est le jeu du remplissage, se défend Air France, plus l'avion est rempli, plus les places restantes sont chères." Du côté d'Air Austral, on affirme que les grilles tarifaires "sont restées stables". Si les prix sont chers en juillet-août, cela n'a rien d'exceptionnel. Quant aux tarifs qui augmentent subitement, "c'est l'offre et la demande".

Les prix des billets pourraient jouer sur la motivation des éventuels passagers à monter dans l'avion. "Dans le sens Métropole – Saint-Denis surtout, les Européens ne sont pas habitués à payer aussi cher pour un billet. La haute saison vient plus tard pour nous, avec une baisse des tarifs" maintient Patrick Serveaux, qui mise toujours sur la fin de l'année pour une bonne reprise du tourisme extérieur.

- Des mesures sanitaires toujours bien en place -

L'aéroport Roland-Garros confirme une affluence attendue, comme toujours en période de vacances. Si les derniers préparatifs sont en cours de finalisation, l'aéroport confirme que le dispositif sanitaire actuel sera sans doute conservé, "de toute façon nous en avons l'habitude depuis un an maintenant" nous dit-on. Si le hall de l'aéroport prévoit le port du masque obligatoire ainsi que du gel hydroalcoolique à chaque couloir, le "corridor sanitaire" tel qu'il est mis en place pourrait être amené à être conservé tel quel.

L'aéroport Roland-Garros prévoie d'envoyer un communiqué ce lundi 28 juin pour détailler les différents outils et précautions qui seront mis en place, ainsi que le nombre de passagers attendus.

Rappelons que le corridor sanitaire implique quelques formalités administratives, à présenter sous forme de pass sanitaire. Une attestation de vaccination est obligatoire pour les passagers ayant terminé leur schéma vaccinal : deux doses puis deux semaines d'attente pour Pfizer, une dose et quatre semaines d'attente pour Janssen. Faute de vaccin, il faudra fournir les papiers justifiant un "motif impérieux", impossible dans ce cas de simplement partir en vacances.

Le test PCR négatif doit également être présenté à l'embarquement dans les deux sens. Cette mesure est pour l'instant conservée pour les vacances, sauf avis contraire du préfet ou du ministère des Outre-mer. Pas de septaine cependant pour les personnes vaccinées, contrairement aux passagers qui voyagent avec un motif impérieux.

Autre document : un formulaire de "contact-tracing" pour être plus facilement joignable si l'un de nos proches, ou un voisin dans l'avion est déclaré positif au Covid-19. Pendant le voyage, le masque est toujours obligatoire durant les 11 heures de vol.

mm/www.ipreunion.com / [email protected]

   

6 Commentaire(s)

Plus de 100 voyages , Posté
Y en a qui n'ont aucun problème financiers pour voyager. Plus de 100 voyages payés par nos impôts. Y ABUSE
Jeanbon, Posté
Oui, nous sommes pressés de recommencer à aller et venir à 10.000 km, pour générer des milliards de tonnes de CO2 !Vive la consommation quoi qu'il en coute, démerde nos descendants !
Eve, Posté
https://www.lemonde.fr/international/article/2021/06/25/covid-19-israel-retablit-l-obligation-du-port-du-masque-dans-les-lieux-publics-fermes_6085633_3210.html
Eve, Posté
Attention le variant delta arrive ! C'est même Macron qui le dit !
Boycott, Posté
Il faut boycotter les compagnies aériennes !Non à l'injection lethale imposée par le gouverneur de la Réunion
Jose, Posté
Oh oui, le monde d'après !Consommons, polluons, la planète n'est pas en plein réchauffement...