Covid-19 :

Des variants créés par le vaccin, la nouvelle théorie préférée des complotistes


Publié / Actualisé
La pandémie de Covid-19 transporte avec elle son lot de complots. Le dernier en date, qui dure depuis plusieurs mois déjà, relaie l'idée que ce sont les vaccins anti Covid qui provoquent la création et la multiplication des variantes du virus. A l'origine de cette rumeur, le professeur Montagnier, ancien prix Nobel devenue figure de proue des "antivax". Le virus mute, et cette mutation est naturelle. Le seul risque du vaccin est de ne pas être assez efficace pour empêcher les mutations, mais cela ne veut absolument pas dire qu'il en est à l'origine. (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)
La pandémie de Covid-19 transporte avec elle son lot de complots. Le dernier en date, qui dure depuis plusieurs mois déjà, relaie l'idée que ce sont les vaccins anti Covid qui provoquent la création et la multiplication des variantes du virus. A l'origine de cette rumeur, le professeur Montagnier, ancien prix Nobel devenue figure de proue des "antivax". Le virus mute, et cette mutation est naturelle. Le seul risque du vaccin est de ne pas être assez efficace pour empêcher les mutations, mais cela ne veut absolument pas dire qu'il en est à l'origine. (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)

Enrobées de notions scientifiques, certaines théories peuvent paraître crédibles. Mais celle du vaccin créateur de variants n'est que le résultat d'un énorme contre-sens.

Dans une vidéo largement relayée sur les réseaux sociaux, le professeur Luc Montagnier relaie l'idée que ce sont bien ces vaccins qui favorisent la propagation des variants et en sont même à l'origine. "Les variants viennent des vaccinations" affirme alors l'ancien prix Nobel, reconnu pour ses travaux sur le VIH. Il ajoute : "vous voyez toujours dans les pays la courbe des vaccinations et celle des morts qui se suivent".

- Une mutation naturelle -

La mutation du virus n'est en aucun cas liée au vaccin pour la simple et bonne raison que le Sars-Cov-2, comme tout virus, mute continuellement. Des petites erreurs de copie dans son code génétique se produisent à chaque fois qu'il se réplique pour se multiplier. Certaines de ces mutations seront sans effet majeur mais d'autres pourront le rendre plus infectieux, plus mortel ou plus résistant aux anticorps.

Là où le vaccin peut avoir une influence c'est sur la "sélection" de ces variants, qui seront plus ou moins réceptifs au vaccin en fonction de la mutation. Par sélection naturelle, les mutations les plus utiles à la survie du virus sont celles qui ont le plus de chances de prospérer. Elles peuvent alors se renforcer face aux anticorps, naturels comme vaccinaux. Ne resteront après le vaccin que ces mutations plus "coriaces".

- La vaccination au contraire une solution -

C'est là qu'est tout le contre-sens : quand les "anti-vaccins" affirment que le vaccin crée les variants parce qu'il ne reste à la fin que ces mutations plus résistantes, il n'en est aucunement à l'origine. Son seul risque est d'être inefficace face à ces mutations.

Seule solution alors : vacciner massivement pour lutter contre ces variantes avantt qu'elles ne se renforcent. Auprès de l'AFP, Michel Moutschen, professeur en immunopathologie, donne un bon exemple. "Si vous mettez tous les jours une toute petite quantité d'insecticide sur une fourmilière, vous allez tuer quelques pourcentages des fourmis et ensuite, certaines fourmis vont devenir très résistantes à l'insecticide. Alors que si vous mettez une grosse quantité d'un coup, les mutants ne pourront jamais survivre."

Une preuve simple de cette absence de cause à effet, c'est l'apparition de variants dans des régions ou pays avant que la vaccination ne commence vraiment. C'est le cas au Royaume-Uni par exemple, rappelle RTL, où le variant britannique est apparu environ deux mois avant le début de la campagne de vaccination début décembre.

www.ipreunion.com / [email protected] avec AFP

   

8 Commentaire(s)

Luci Fer, Posté
Super exemple avec l'insecticide, mais et si l'insecticide il ne fonctionne pas' Ça arrive quoi avec les fourmies qui vont un jour chopé un vrai virus et qui auront avalé précedentment l'insecticide qui ne marche pas' C du grand n'importe quoi cet article. Vous devriez porte plainte contre le professeur alors pour dire des mensonges non' Allez-y si vous avez ce qui faut pour le démontrer bande d'incompetents
Franky87, Posté
On parle canmeme d un scientifique qui a eu un prix nobel pour des etudes sur le VIH contre un ou une journaliste qui fais ses etude sur youtube ''''''
Marina, Posté
Il n y a pas que le prix Nobel Pr Montagniet qui dit que les variants viennent des vaccins, il y a d'autre médecins. Je crois plus eux, que vous journaliste et les médecins de plateaux ! C'est une honte vos mensonges et vous le paierez aux Penals un jour prochain ! Les franç maçons sont partout visiblement !
LOUISE, Posté
Alors, faut- il dire que le Professeur Montagner, prix nobel de m'decine est un vieux fou complotiste' Qui peut l'affirmer haut et fort'
Eve, Posté
Les séniors pourraient se voir demander une troisième injection dès le mois de septembre pour lutter contre la propagation des variants en France !!!!!!!!!!!!!!!!!!!! .................... Prenez RV : n'oubliez pas les p'tits vieux !!!!
Strop, Posté
Il est tentant de vouloir être du côté d'un hypothétique nouvel "Einstein", génie incompris qu'on serait les seuls à découvrir, envers et contre tous. Et si le pari est gagné on aura fait preuve de clairvoyance...Cependant ce n'est pas un jeu; bien au contraire les enjeux sont graves, des millions de morts partout dans le monde.On en revient de nouveau à la question qui croire, la méthode scientifique revue par les pairs ou bien une personne qui lance seule sa propre théorie.
Mékoué, Posté
Complotistes' '! Quand il n'y a là pour base des dires, que la reproduction des publications scientifiques, qui prétendent que, l'antibiotique, le pesticide, les insecticide..., à la longue n'ont plus d'effet sur la maladie, sur le parasite ciblés, suite accoutumance ou résistance évolutive...De plus, ceux qui n'entrevoient de solution qu'à travers le vaccin, affirment dans la même déclaration que cela n'empêche pas pour autant toute réinfection de l'individu, d'où port (inutile) du masque, car entretenant un bouillon de culture supplémentaire sur le visage. Ceux qui prétendument ne sont pas complotiste, devrait expliquer un jour comment se développe un "bouillon de culture infectieux" par vapeur d'eau et autre sur du tissu...En toute occasion, les luttes émancipatrices mais décriées au départ, ont été menés et remportés avant adhésion de la majorité, par seulement 2 à 3% de la population.Donc, NON à ce vaccin expérimental, Non aux : Pass' sanitaire, motifs impérieux...
Fafa, Posté
Dans l'absolu vous avez raison mais ne pas confondre raisonnement mathématique de simulation et la réalité biologique ! Nous sommes dans des processus d'écosystème et votre raisonnement ne marche pas et il est illusoire d'imaginer éradiquer un virus : c'est impossible ! Votre virologue a une vision mécaniste simpliste et même indigne!Vous simplifiez la nature a des mécanismes méthodologiques finis qui ne peuvent pas s'appliquer à la complexité naturelle. Seule compte l'expérimentation observationnelle et dans le cas des variants ,certes ils existent spontanément mais à chaque fois qu'une campagne de thérapie génique démarre elle entraîne une flambée des contaminations , et dans tous les pays que ce soit , même si vous vaccinez à outrance comme aux Seychelles Chili Israël etc...Vous avez une vision court-termiste de la réalité : personne a le même nez !