On fait le point :

Vaccin anti Covid : la foire aux questions d'Imaz Press


Publié / Actualisé
Les questions vont bon train avec la crise du Covid-19, et depuis l'arrivée du vaccin, la population est parfois un peu perdue. Suis-je protégé des variants quand je me fais vacciner ? Est-ce le virus que l'on m'injecte ? Est-ce que je peux laisser tomber les gestes barrières ensuite ? Est-ce que je dois me faire vacciner quand j'ai déjà eu le Covid ? Pour répondre aux questions, que vous êtes souvent beaucoup à nous envoyer par message privé ou par e-mail, nous vous avons préparé une petite foire aux questions faite maison. (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)
Les questions vont bon train avec la crise du Covid-19, et depuis l'arrivée du vaccin, la population est parfois un peu perdue. Suis-je protégé des variants quand je me fais vacciner ? Est-ce le virus que l'on m'injecte ? Est-ce que je peux laisser tomber les gestes barrières ensuite ? Est-ce que je dois me faire vacciner quand j'ai déjà eu le Covid ? Pour répondre aux questions, que vous êtes souvent beaucoup à nous envoyer par message privé ou par e-mail, nous vous avons préparé une petite foire aux questions faite maison. (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)

• Le vaccin me protège-t-il du Covid et de ses variants ?

Oui en grande partie mais pas à 100%. C'est ce que s'évertuent à répéter de nombreux médecins et spécialistes. Le risque d'être contaminé est divisé par 12 lorsque l'on est vacciné.

Selon le célèbre journal scientifique The Lancet, le niveau d'efficacité tourne autour de 95% pour la souche principale du Covid. La présence des variants complique cependant l'efficacité du vaccin, même si celle-ci reste très élevée. Ainsi le taux de protection passe à 88% pour le variant Delta par exemple pour ce qui est du vaccin Pfizer.

Le site de référence Vidal répertorie sous forme de tableau le niveau de protection moyen en fonction des vaccins mais aussi des variants (alpha/anglais, bêta/sud-africain et delta/indien). Nous le reproduisons ci-dessous :

• Est-ce que je peux contracter le Covid même si je suis vacciné ?

Puisque le vaccin ne protège pas à 100%, je peux en effet être vacciné et positif au Covid-19. Sur 100 personnes vaccinées, 12 en moyenne pourraient un jour être contaminées actuellement à La Réunion (puisque le vaccin protège à 88% du variant Delta, maintenant majoritaire).

Le vaccin permet cependant de limiter de plus de 80% le risque de contracter des formes graves (entre 80 et 90% en fonction des études sur le sujet). En limitant les formes graves, le vaccin permet donc également de limiter le risque de décès.

• Est-ce que je peux laisser tomber les gestes barrières si je suis vacciné ?

Le vaccin n'étant pas une protection à 100% et le virus continuant de muter, il est important de préserver les gestes barrières, même vacciné. La lutte contre la pandémie reste une action collective.

A noter également que la part des personnes asymptomatiques inquiète grandement le corps médical, car ces personnes ne savent pas qu'elles sont malades et peuvent donc propager le virus sans s'en rendre compte. Raison de plus pour garder le masque, une distanciation physique en cas de foule et se laver les mains régulièrement.

• Est-ce qu'on m'injecte directement le virus quand on me vaccine ?

Non ce n'est pas le virus que l'on injecte. Jamy Gourmaud, vulgarisateur scientifique, explique très clairement que le vaccin "simule la première attaque d'un microbe pour que le système immunitaire s'entraîne à le combattre". Pour ça "on injecte un leurre" afin de provoquer cette réaction, sans rendre malade.

Ce n'est donc pas le virus lui-même qui est injecté, mais une partie du virus visant à donner à un coup de pouce à notre système immunitaire pour identifier le microbe et savoir ensuite comment le détruire.

• Combien de doses sont nécessaires pour être totalement vacciné ?

Deux vaccins sont disponibles à La Réunion : le Pfizer, qui nécessite deux injections, et le Janssen (Johnson and Johnson) qui est un vaccin monodose. Dans le cas du premier, il faudra donc retourner en centre de vaccination ou chez le médecin pour recevoir sa seconde injection 21 jours en moyenne après la première. Dans le cas du Janssen, une dose suffit.

Le schéma vaccinal est complet sept jours après avoir reçu la seconde dose du Pfizer, quatre semaines après l'injection du Janssen.

Dans le cas de personnes souffrant de maladies immunodépressives, une troisième dose pourrait être nécessaire à partir de la rentrée. La Haute autorité de santé a indiqué pour le moment qu'une troisième dose n'était pas nécessaire pour l'ensemble de la population, mais un rappel sera forcément nécessaire un jour, comme pour l'ensemble des vaccins désormais.

• Comment se passe la vaccination si j'ai déjà eu le Covid-19 ?

Avoir été cas positif un jour ne suffit pas pour prétendre à une immunité, le vaccin reste nécessaire mais une seule dose suffit puisque le corps a déjà été habitué à lutter une première fois contre l'intrusion du virus. Ainsi les personnes ayant eu un antécédent de Covid auront un schéma vaccinal complet sept jours après leur injection.

Selon les données publiées par la Haute autorité de santé et relayées par le ministère de la Santé, il est nécessaire d'attendre 2 à 3 mois après les derniers symptômes pour se faire vacciner.

Non pas qu'une vaccination avant ce délai soit dangereuse, comme l'explique Béhazine Combadière, directrice de recherche à l'Inserm, à LCI. Dans les trois mois qui suivent la contamination, nous sommes considérés comme immunisés. Passé ce délai, il est nécessaire de se protéger. Trois mois, "c'est la durée pour que la mémoire immunitaire se mette en place". Pas de danger, donc, mais un risque d'inefficacité si on n'attend pas assez, tout simplement. Il est conseillé de se faire vacciner dans les 6 mois qui suivent la contamination.

• Comment explique-t-on que le vaccin anti Covid se soit développé si vite contrairement au Sida ou au cancer ?

Les comparaisons ont leurs limites. Pour ce qui est du cancer par exemple, deux vaccins sont déjà proposés : celui contre le cancer du col de l'utérus et celui contre l'hépatite B, en prévention du cancer du foie. Mais au vu des très nombreux types de cancers qui existent aujourd'hui, il reste encore difficile de trouver un vaccin universel. La recherche, rapide il est vrai, contre le Covid-19, a cependant permis d'avancer dans la recherche contre le cancer. La technologie de l’ARN-messager pourrait permettre de lancer des essais dans ce sens.

Pour ce qui est du Sida, le comparer au Covid-19 est trompeur. Il est vrai qu'en moins d’un an, plusieurs vaccins contre le Covid-19 ont été créés mais aucun n'existe contre le Sida au bout de quarante ans de recherches. Il ne s'agit tout simplement pas des mêmes virus : on ne guérit pas du Sida. Pour ce qui est du Covid-19, tout est allé très vite, une vraie course contre la montre puisque le virus s'est propagé à une vitesse folle dans le monde entier.

• Pourquoi le vaccin anti Covid ne protège pas à 100% contrairement aux autres vaccins ?

Certains affirment que le vaccin anti Covid est inefficace contrairement aux "vrais" vaccins (contre le tétanos, la variole etc…). Une comparaison qui n'a pas lieu d'être, déjà parce que tous les vaccins ne protègent pas à 100%. Celui contre la grippe par exemple ne protège qu'à 50% en moyenne, et cette protection peut varier d'une année à l'autre selon les types de virus grippaux qui circulent.

Pour d'autres maladies il faut garder en tête que deux types d'immunité sont développés à travers les différents vaccins. Il existe en effet l'immunité "effective" : le virus peut quand même pénétrer l'organisme, mais le vaccin évite de développer des formes graves. C'est le cas du vaccin anti Covid. C'est aussi le cas de la diphtérie : la maladie a disparu en France métropolitaine mais pas à Mayotte par exemple. Dans le second cas, celui de l'immunité dite "stérilisante", le virus est complètement éliminé. C'est ainsi que la variole a pu être éradiquée en 1979 dans le monde entier.

mm/www.ipreunion.com / [email protected]

   

7 Commentaire(s)

Alain, Posté
Excellent article, merci IP!Fais comme tu veux Fafa, tu peux partir ou te cogner la tête contre les murs....ou mieux, les deux!Tchuss.
Mike, Posté
Merci beaucoup pour ce boulot. Bon courage au modérateur.Et pour les Jean-Michel épidémiologiste qui n'ont toujours pas compris, NON il n'existe pas de traitements précoces. Sauvez des vies, Protégez votre famille, Vaccinez vous (Merci pour ce message Mike, belle après-midi - Webmaster)
974, Posté
Merci beaucoup pour les questions et réponses.
Fafa, Posté
Question a propos d'Imaz press: COMMENT FAIRE POUR QUE VOUS RÉFLÉCHISSIEZ ET SOYEZ UN PEU SENSÉ'''' ... J'ABANDONNE CAR AUTANT SE COGNER LA TÊTE CONTRE UN MUR TCHAO...... (Toute la rédaction est extrêmement triste de vous voir partir, bonne continuation cher Fafa - Webmaster)
Julien D, Posté
Merci pour ce bon boulot d'éclaircissement !Attention à vous, les têtes dures vont vous reprocher d'être vendus à Big Pharma... :P
Fafa, Posté
LE BENEFICE RISQUE VOUS N'EN PARLER PAS''''''''''''''''''''''''''''''''''''LA REGLE D'OR EN MEDECINE : LE BENEFICE RISQUE. Pour le reste ce n'est pas sourcé et ce sont des affirmations anciennes depuis longtemps réfutées et vous avez oublié aussi les traitements précoces HCQ AZYTROMICINE IVERMECTINE ETC... LA MEDECINE C'EST UN TOUT! VOUS ETES DES ÂNES PROPAGANDISTES DE BAS NIVEAU : HONTE A VOUS!!!!!!!!!
Val, Posté
Bonjour,Il y a erreur dans votre paragraphe suivant, on administre déjà des troisièmes doses à des personnes immunodéprimés depuis plusieurs mois déjà. "Dans le cas de personnes souffrant de maladies immunodépressives, une troisième dose pourrait être nécessaire à partir de la rentrée."