Coronavirus :

La crise sanitaire impacte aussi le secteur agricole


Publié / Actualisé
Si des secteurs comme le tourisme, la restauration ou encore la culture sont touchés par la crise du Covid-19, l'agriculture l'est aussi. Avec une crise sanitaire qui dure depuis plus de 18 mois, les effets commencent à se sérieusement se faire sentir pour de nombreux agriculteurs. Ils connaissent des difficultés à différents niveaux : aides insuffisantes, perte de chiffre d'affaires et baisse de la fréquentation sur les marchés forains... Les dernières mesures du préfet Jacques Billant, confinement partiel accompagné d'un couvre-feu, compliquent encore plus le secteur agricole q(Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)
Si des secteurs comme le tourisme, la restauration ou encore la culture sont touchés par la crise du Covid-19, l'agriculture l'est aussi. Avec une crise sanitaire qui dure depuis plus de 18 mois, les effets commencent à se sérieusement se faire sentir pour de nombreux agriculteurs. Ils connaissent des difficultés à différents niveaux : aides insuffisantes, perte de chiffre d'affaires et baisse de la fréquentation sur les marchés forains... Les dernières mesures du préfet Jacques Billant, confinement partiel accompagné d'un couvre-feu, compliquent encore plus le secteur agricole q(Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)

L'Etat avait mis en place des dispositifs de soutien au secteur agricole - comme pour les autres secteurs éconoiues -, et autres dès le début de la crise en 2020 à savoir le fonds de solidarité, l'activité partielle, le prêt garanti par l'Etat, leplan de relance... Mais président de la chambre d’agriculture de La Réunion, Frédéric Vienne, note que les producteurs et productrices réunionnaises ont "certes bénéficié entre autres du fonds national de solidarité mais sur une courte durée".

Il souligne que le plan de relance, dont le but est de financer le matériel des agriculteurs, connaîtdes dysfonctionnements. "Les agriculteurs ont une trésorerie fragile à cause de la crise sanitaire et pour béficier du  le plan de relance,  ils doivent faire l'avance pour l'achat de matériel et se faire rembourser" regrette-t-il. "Il est important qu'on attribue les aides du plan de relance sous d’autres conditions" estime-t-il.

- Une période compliquée avant la crise sanitaire -

Pour le président de la chambre verte, la crise du Covid-19 a aggraver la situation des agriculteurs.rices réunionnais.es. "Le secteur était déjà en difficulté à cause des cyclones, la sécheresse...  Plusieurs difficultés se sont conjugées. Les finances des agriculteurs étaient déjà faibles à ce moment-là". Avec les dernières mesures prises par le préfet à savoir le confinement partiel de 5h à 18h renforcé d’un couvre-feu de 18h à 5h jusqu’au 16 août au moins "les effets de la crise commencent à peser vraiment très lourd" insiste Frédéric Vienne. 

- Les mesures préfectorales accentuent les difficultés -

Ce confinement partiel crée une situation délicate car pour être éligible au fonds national de solidarité l'activité doit être pénalisée pendant 20 jours. Or nous sommes  confinés jusqu’au 16 août. Si la mesure de confinement n’est pas reconduite les agriculteurs ne pourront pas bénéificer du fonds national de solidarité"analyse le président de la chambre verte.

C'est la crainte d'Alexandre, producteur de fruits et légumes, Impacté dès le début du confinement en mars 2020, il a proposé des livraisons de paniers de fruits et légumes. Cette activité a bien fonctionné à ce moment là, "mais elle a décliné peu à peu". L'agriculteur s'inquiète : "ce n'est pas facile avec les dernières mesures du préfet, j'ai déjà perdu plus de 50% de mon chiffre d’affaires et les ventes baissent beaucoup sur le marché forain".

Le chiffre d’affaires des agriculteurs.rices est donc davantage impacté et "certain.es sont même découragé.es et ne viennent plus vendre leurs fruits et légumes" note Frédéric Vienne avant d'appeler l'Etat à "activer en urgence le fonds de secours national"

vl/www.ipreunion.com / [email protected]

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !