Confinement, couvre-feu, règles sanitaires.... (actualisé) :

Covid-19 : le pass, une impasse pour le sport


Publié / Actualisé
Le sport local semble de nouveau être dans une impasse avec le prolongement du semi-confinement et du couvre-feu jusqu'au 31 août mais aussi et surtout peut-être par la mise en place du pass sanitaire, notamment pour les 12-17 ans (Photo rb/www.ipreunion.com)
Le sport local semble de nouveau être dans une impasse avec le prolongement du semi-confinement et du couvre-feu jusqu'au 31 août mais aussi et surtout peut-être par la mise en place du pass sanitaire, notamment pour les 12-17 ans (Photo rb/www.ipreunion.com)

Pas un mot n’a été prononcé sur ses problématiques lors de la conférence de presse de jeudi tenue par le Préfet Jacques Billant. Comme si le mouvement sportif était à nouveau aux abonnés oubliés de la crise sanitaire Covid-19.

Pourtant, comme d’autres secteurs, celui-ci va encore souffrir dans les prochaines semaines. Avec, en premier lieu, un semi-confinement et un couvre-feu qui vont perdurer jusqu’à la fin du mois d’août "dans le respect des mesures de freinage", dixit le Préfet. Cette prolongation va en effet impacter les clubs dans leur programme de reprise et, par ricochet, contraindre les ligues et comités à revoir leurs calendriers établis, notamment dans les sports collectifs, souvent les premiers à remettre le couvert dans le calendrier scolaire. C’est ainsi que les reprises en handball, volley, basket-ball et rugby… sont d’ores et déjà reportées.

Le football péi, lui, se réunissait hier pour réfléchir ensemble à cette nouvelle problématique que Johann Guillou, le président de la ligue réunionnaise de basket, résume ainsi : "à chaque fois qu’on met en met un scénario, c’est contrecarré par une décision préfectorale. Là, on pensait pouvoir reprendre mais, avec un couvre-feu à 19h, ce n’est pas possible pour les clubs de s’entrainer sur un seul créneau par jour car un créneau, c’est une équipe seulement…"

- Le sport n’est plus accessible à tous -

Mais ce qui inquiète sans doute davantage le monde sportif péi, c’est l’instauration du pass sanitaire obligatoire depuis une petite semaine pour pouvoir accéder aux équipements sportifs pour les entrainements et compétitions.

Certes, comme le souligne Claude Villendeuil, le président du Comité régional olympique et sportif (Cross), ces nouvelles règles peuvent être considérées comme "une avancée pour les sports de combat et les sportifs collectifs en salle" qui n’ont pas été gâtés par les décisions sanitaires depuis plus d’un an. "Au moins les majeurs vont pouvoir s’y remettre (ndlr : à condition d’habiter à moins de 10 km de leur lieu de pratique)", poursuit-il.

"Mais la plupart des ligues avec lesquelles j’ai échangé ne le prennent pas comme une avancée. On reste sur notre faim. Ce qui est donné pour certains et repris pour d’autres". Entendez par là que le sport ne sera donc plus accessible à tous…

Le coup de frein s’annonce ainsi brutal puisque le taux de vaccination prévu par Martine Ladoucette, la directrice de l’ARS Réunion, au 1er septembre prochain est d’environ 50%. Statistiquement donc, un licencié sur deux pourra poursuivre son activité favorite en club, ce qui n’est guère réjouissant en terme de licences dans un secteur déjà touché par le perte de plus de 20% de licenciés depuis le début de la crise.

Que faire dans ces conditions ? Inciter à la vaccination dans les associations comme le rectorat va le faire dans les écoles. Certains dirigeants ont ce discours. D’autres tentent de s’adapter en déplaçant leurs pratiques hors des enceintes sportives comme en course à pied par exemple ou dans le cadre de la préparation physique d’avant saison… Quelques-uns annoncent déjà que "ce sera sans nous"… Et un peu partout des voix s’élèvent pour dénoncer le procédé de ce fameux pass et les règles édictées puisque ce sera soit aux communes soit aux clubs de faire respecter la loi.

- "On nous demande de fliquer les gens" -

"On fait peser une charge lourde sur les bénévoles et dirigeants. Est ce que nous avons la légitimité de faire appliquer ce pass? Nous sommes mis au pied du mur. Qui, quand et comment allons nous gérer cela ? Comment les licenciés vont ils appréhender cela ? Je rappelle que le sport est fait pour fédérer les gens, pour créer du lien… On nous ajoute cette épée de Damoclès. On nous demander de fliquer les gens. C’est comme cela qu’on le ressent", réagit ainsi Florence Noël, la présidente de la Ligue de volley-ball, qui réunira les clubs de l’île en visio-conférence jeudi prochain.

Johann Guillou a écrit un motion au nom de sa lIgue qu’il transmettra au Préfet. Il souhaite que le handball et le volley-ball l’accompagne dans cette démarche. De son côté, Claude Villendeuil attend "le positionnement de nos fédérations", sous entendant ainsi peut-être qu’il espère une réaction plus haut… tandis que Florence Noël ajoute que "nous devons alerter nos dirigeants politiques par rapport à la fragilité de notre système associatif".  "C’est certes encore les vacances. La reprise arrive. Elle se prépare dans les clubs mais le moral n’y est pas", résumé finalement inquiet, le n°1 du Cros.

Le moral y est d’autant moins que la menace plane sur la tranche d’âge des 12-17 ans qui, pour le moment épargnée, devra passer par la case pass sanitaire à la date du 1er octobre, alors qu’elle pourra alors poursuivre l’EPS à l’école.

"Comment expliquer à un enfant à qui on a dit que le sport était bénéfique à sa santé et à son épanouissement qu’il ne pourra pas venir s’il n’a pas le pass. C’est contradictoire, incohérent d’autoriser le pratique à l’école et pas en club. L’activité est peut être d’ailleurs mieux encadrée dans nos associations en terme de ratio entraineur - enseignant / "pratiquants", clame Florence Noël.

- "Je suis estomaqué par le sort réservé aux jeunes" -

"Je suis estomaqué par le sort réservé aux enfants. On discrimine nos jeunes sportifs. Pour aller à l’école, on ne leur demande pas de pass, même chose pour les lieux de culte ou les grandes surfaces.  Aucun des parents avec qui j’en ai parlé (ndlr : une vingtaine) ne m’a dit : + je vais aller faire vacciner mon enfant + Des gamins de 12, 13, 14, 15 ans qui ne peuvent plus faire de sport, ni aller à la bibliothèque, c’est impensable. Je ne trouve pas ça normal. Les décisions actuelles sont incompréhensibles + avec, d’un côté, le lancement du pass’sport qui veut faciliter la prise de licences et de l’autre l’obligation de ce pass sanitaire", commente Claude Villendeuil.

- Claude Villendeuil : "c’est lamentable, c’est ridicule…"

"Cette tranche d’âge ne reviendra pas", prévoit-il. "Comment vont faire les clubs qui fonctionnent en grande partie sur les jeunes. Leur modèle économique va s’effondrer. Je pense aux clubs de tennis par exemple. Et comme vont faire les sports collectifs. J’ai échangé avec un entraineur de football qui me disait avoir trois joueurs vaccinés sur les quinze de son effectif U17. C’est lamentable vis-à-vis des jeunes. Mais c’est vrai que nous avons un ministre qui pense qu’on gagne des médailles avec l’EPS à l’école. C’est ridicule ", conclut-il, parlant de futurs "grincements de dents à la rentrée".

A suivre donc. Surtout si on se réfère aux chiffres données par la rectrice jeudi sur le taux de vaccination chez les collégiens-lycéens : 5,7%. Impossible dans ces conditions pour n’importe quel dirigeant ou entraineur un chouïa mathématicien de penser pouvoir monter une équipe.

Le monde sportif, qui a fait le dos rond depuis la crise, faisant même office de bon élève pour que le Covid-19 se propage au minimum sur le territoire, se mobilisera-t-il pour que des solutions soient trouvées, afin que d’autres options soient proposées? Pour que pouvoirs publics et monde sportif réfléchissent ensemble à un modèle de pass sport sanitaire. Parce que le sport est bon pour la santé et que prendre le risque de priver une partie de la jeunesse d’une pratique régulière et encadrée pourrait être dangereuse au final.

lb/www.ipreunion.com / [email protected]

   

4 Commentaire(s)

Phil, Posté
Il est donc officiel que le sport et la culture sont inutiles ... suppression du pass obligatoire !! Tout le monde est concerné , vaccinés ou non !!
Joëlle , Posté
C'est une de leurs stratégies, de manipulations pour vous obligez à vous vacciner.. leur objectif étant d'imposer la vaccination aux jeunes.. 90% de la population c'est du forcing.. qu'importe vaccinés pas vaccinés mais il faut contrer ce pass ça suffit maintenant.. on avait déjà pas réglé le pb de racisme de façon générale qu'on en rajoute un avec vaccinés et non vaccinés.. alors maintenant qu'on arrête avec cette histoire de pass à la con surtout pour la pratique du sport!!!! Ce gouvernement est pathétique!!!! Le modèle de pass'sport sanitaire ne se pose même pas.. ça suffit les réflexions pr trouver des compromis.. pas de pass pour le sport est ciao
Missouk, Posté
Ce gouvernement est en train de tuer le monde du loisir et de l'associatif. Hors pass sanitaire, plus de cinéma, de concert, de théâtre, de musée, de restaurant, de bar, de voyage,... Mais aussi plus aucune activité associative encadrée. Qu'on m'explique quelle liberté restera pour celles et ceux qui n'auront pas de pass, et le temps que prendront les contrôles de tout ce bazar... Comme le dit Avril 2022, il reste les élections présidentielles, mais quand on voit le nombre de candidats annoncés, MACRON se présentera dans un fauteuil!
Avril 2022, Posté
Il reste avril 2022 : élections présidentielles.