Première réunion avec le préfet :

Loi sur la crise sanitaire : l'intersyndicale demande une adaptation pour La Réunion


Publié / Actualisé
Ce mardi 24 août 2021 l'intersyndicale professionnelle de La Réunion avait rendez-vous à la préfecture pour sa première réunion bilatérale de rentrée avec Jacques Billant. Plusieurs sujets notamment sur l'emploi et le pass sanitaire. Le préfet a rappelé qu'il était là pour appliquer la loi. Aucune promesse n'a été faite pour l'instant en termes d'adaptation de la loi sur le sol réunionnais. Une nouvelle réunion devrait être prévue d'ici un mois à la préfecture en présence des représentants de l'intersyndicale. Le préfet prévoit de faire le point chaque mois avec les syndicats (Photos rb/www.ipreunion.com)
Ce mardi 24 août 2021 l'intersyndicale professionnelle de La Réunion avait rendez-vous à la préfecture pour sa première réunion bilatérale de rentrée avec Jacques Billant. Plusieurs sujets notamment sur l'emploi et le pass sanitaire. Le préfet a rappelé qu'il était là pour appliquer la loi. Aucune promesse n'a été faite pour l'instant en termes d'adaptation de la loi sur le sol réunionnais. Une nouvelle réunion devrait être prévue d'ici un mois à la préfecture en présence des représentants de l'intersyndicale. Le préfet prévoit de faire le point chaque mois avec les syndicats (Photos rb/www.ipreunion.com)

L'intersyndicale se sent écoutée mais reste prête à se mobiliser. A l'issue de leur première réunion de rentrée avec le préfet, les représentants de la CFDT, CGC, CGTR, FSU, SAIPER, SOLIDAIRES et UNSA estiment que leurs revendications ont été comprises. Jacques Billant va les faire remonter au gouvernement mais a rappelé aussi la stricte application de la loi qu'il doit surveiller, lui, représentant de l'Etat.

De fait, l'intersyndicale espère une adaptation de la loi nationale sur la gestion de la crise sanitaire. Elle attend des mesures spécifiques à La Réunion, notamment en termes de contrôle du pass, et du risque de suspension de salaire pour les non vaccinés, en raison du taux de pauvreté sur le territoire.

"Le préfet a beaucoup parlé mais il nous a écoutés. On a pris acte qu'il va organiser un calendrier de manière à faire le point mensuellement avec nous" indique Jacques Bhugon, représentant de la CGTR. "Nous avons eu l'occasion d'attirer son attention sur les conséquences que l'on voit sur les prix, sur le transport maritime. Des réunions devraient avoir lieu bientôt pour aborder les questions de pouvoir d'achat. Les salariés doivent aussi se mobiliser."

C'est donc "un cycle de discussions" qui s'installe, comme le rappelle Pascal Valiamin, de Solidaires. "Il y a clairement la loi d'un côté avec des adaptations qui semblent compliquées. Mais nous ne sommes pas là non plus pour subir les événements. Face au projet de loi de finances, on demande un renforcement des services publics à La Réunion, en raison notamment de notre éloignement." La crise économique menace le département, estime l'intersyndicale. "Exemple au sport, il faut un pass sanitaire, alors que ce n'est pas nécessaire en cours d'EPS. Sur notre territoire il y a beaucoup de jeunes, clairement il faut adapter."

Pour Barthélémy Hoarau, de la CFDT, "le problème c'est que la crise sociale a dépassé la crise sanitaire". "Il n'y a plus de dialogue social dans les entreprises depuis que les crises sanitaires se sont installées. Il faudra que cette situation se débloque et c'est au préfet d'interpeller les services de référence sur ce sujet."

"Pas plus tard que hier nous avons appris que des chefs d'entreprises profitent de cette loi pour licencier les salariés. Là-dessus on ne se laissera pas faire. Nous avons rappelé au préfet que nous sommes contre cette obligation de pass sanitaire pour pouvoir travailler ou circuler librement" ajoute Jacques Bhugon. Des "effets d'aubaine" remarque l'intersyndicale, qui poussent certains patrons à vouloir profiter de la situation, affirment-ils. "On a une situation sociale très difficile, très fragile, ce n'est pas le moment qu'on laisse faire ces comportements qui ne sont pas citoyens."

Une nouvelle réunion avec le préfet est attendue d'ici un mois, suivie d'autres points mensuels avec l'intersyndicale. Par ailleurs la CGTR, en son nom propre, appelle d'ailleurs à une journée de mobilisation le 31 août prochain devant l'agence régionale de santé, à partir de 9 heures.

mm/www.ipreunion.com / [email protected]

   

6 Commentaire(s)

Gigi, Posté
Sa fait des mois qu.on supporte vos peur du vaccin et vos manières c'est a cause de vous que le virus sircule et les enfants mon pas de protection avec le wDelta tous le monde son egale dans cette crise sanitaire il a pas plus ni moins tous pareil arrêter cris et manifestations pour tout tout le monde est egale arrêter aller voire le préfet pour tout vos mal vacciné vous comme tout le monde pas de préférence
Gigi, Posté
Ile passe sanitaire c est le vaccin ou le texte PCR sa suffit de trouver tout les pretecte pour pas faire le vaccin et vos grève pour tout il faut etre uni dans le même combats im faut pas que conte surles autres les aigoise de berger Il faut arrêter de dire que c'est la faute de pref faut prend ton courage et arrête ta pour
Don, Posté
Nous le pas plus nous le pas moinsVous viendrez demander des renforts sanitaires au nonm de l'égalitéL'heure est graveVaccinez vous ou restez chez vous!
Theo, depuis son mobile , Posté
On veut encore une exception à la règle,une spécificité locale ,pourquoi la réunion qui fait partie intégrante de la nation ,devrait faire exception à la règle la même pour tous .
Eleferosi, Posté
Quoiqu'il arrive, le Préfet percevra son gros salaire et ne sera pas licencié, lui !
Sergio, depuis son mobile , Posté
La vaccination est ouverte à tous depuis le 18 mai à la Réunion. Ils n'ont pas eu le temps de se vacciner ' Il faut arrêter avec les "adaptations" injustifiées. Tout le monde connaît les règles depuis fin juillet ; à un moment il faut assumer.