Jusqu'au 15 novembre :

Outre-mer : la prolongation de l'état d'urgence sanitaire adoptée par l'Assemblée nationale


Publié / Actualisé
L'Assemblée nationale a adopté 90 voix contre 13 ce mardi soir 7 septembre 2021 la prorogation, jusqu'au 15 novembre, de l'état d'urgence sanitaire, dans les territoires ultramarins. Il devait initialement être levé le 30 septembre prochain. L'état d'urgence sanitaire permet notamment aux préfets locaux de décider d'un couvre-feu ou d'un confinement, alors que de nombreux territoires ultra-marins font face à une situation sanitaire dégradée. (Photo d'archive AFP)
L'Assemblée nationale a adopté 90 voix contre 13 ce mardi soir 7 septembre 2021 la prorogation, jusqu'au 15 novembre, de l'état d'urgence sanitaire, dans les territoires ultramarins. Il devait initialement être levé le 30 septembre prochain. L'état d'urgence sanitaire permet notamment aux préfets locaux de décider d'un couvre-feu ou d'un confinement, alors que de nombreux territoires ultra-marins font face à une situation sanitaire dégradée. (Photo d'archive AFP)

La députée Nathalie Bassire avait par ailleurs proposé un amendement sortant La Réunion de ce projet de loi, alors que la situation sanitaire s'améliore peu à peu dans l'île. Il a cependant été rejeté avec 67 voix contre et 23 pour. Le groupe la France Insoumise, auquel appartient Jean-Hugues Ratenon, avait par ailleurs déposé une motion contre la prolongation de l'état d'urgence sanitaire, qui n'a pas non plus été adoptée.

Les parlementaires ont longuement insisté, tout au long des débats, sur la situation sanitaire "catastrophique" des Outre-mer, ainsi que les faibles capacités hospitalières locales. "Le manque de lits, de moyens, le mal logement qui empire l'état de santé de nos concitoyens, les comorbidités, tout cela appelle des réponses de la part du gouvernement. Il est temps qu'il décide de prendre les mesures nécessaires pour que nos territoires n'aient plus à subir ces pressions hospitalières" a notamment interpellé la députée Karine Lebon.

Les députés ont par ailleurs exclu le territoire de Saint-Pierre-et-Miquelon du dispositif prévu par le projet, tandis que la Nouvelle-Calédonie a elle été incluse.

Le couvre-feu est rentré en vigueur le 14 juillet dernier à La Réunion, initialement pour une durée de trois semaines. Cela fait désormais près de deux mois qu'il est en place. Il a cependant été reculé à 21 heures en semaine ce lundi, face à la décrue progressive du nombre de cas hebdomadaire.

Voté en première lecture à l'Assemblée nationale, le projet de loi doit désormais être voté par le Sénat.

www.ipreunion.com / [email protected]

   

Mots clés :

    3 Commentaire(s)

    Eleferosi, Posté
    Et en novembre, ils vont le prolonger jusqu'en juin... Quand un État vous prend vos libertés, il oublie de vous les rendre.
    Missouk, Posté
    Et les c... c'est nous. Vaccinés ou pas, nous restons tenus en laisse par le Préfet et sa Madame Ladoucette qui vont décider ce que bon leur semble (ou du moins ce qui leur sera dicté par Paris).
    Alpha, Posté
    90 votants .... sur plus de 400 députés !!!! a croire que l'outre mer intéresse nos chers élus .... de France, pourquoi ne parle t'on pas de l'abstentionisme au parlement et à l'assemblée '