Malgré les protestations :

L'obligation vaccinale des personnels auprès de publics fragiles entre en vigueur


Publié / Actualisé
C'est ce mercredi 15 septembre 2021 que l'obligation vaccinale contre le Covid-19 devient effective, pour les personnels hospitaliers, mais aussi pour ceux au contact de publics fragiles, comme les pompiers ou les ambulanciers. Les salariés n'ayant pas reçu au moins une dose du vaccin ne pourront pas être accueillis sur le lieu de travail. Ceux ayant reçu une dose peuvent tout de même aller travailler, sous réserve de présenter un test PCR ou antigénique négatif. Cette mesure, annoncée en juillet dernier, a provoqué la colère d'une partie de la population. Une colère qui pourrait s'exprimer un peu partout dans l'île ce mercredi, alors que des appels à manifester ont été lancés sur les réseaux sociaux.
C'est ce mercredi 15 septembre 2021 que l'obligation vaccinale contre le Covid-19 devient effective, pour les personnels hospitaliers, mais aussi pour ceux au contact de publics fragiles, comme les pompiers ou les ambulanciers. Les salariés n'ayant pas reçu au moins une dose du vaccin ne pourront pas être accueillis sur le lieu de travail. Ceux ayant reçu une dose peuvent tout de même aller travailler, sous réserve de présenter un test PCR ou antigénique négatif. Cette mesure, annoncée en juillet dernier, a provoqué la colère d'une partie de la population. Une colère qui pourrait s'exprimer un peu partout dans l'île ce mercredi, alors que des appels à manifester ont été lancés sur les réseaux sociaux.

Difficile de dire combien de personnes manqueront à l'appel ce mercredi dans les rangs du CHU, des pompiers ou encore des soignants libéraux. Les chiffres ne sont pas encore disponibles, ou en tout cas pas encore diffusables. Pour l'heure, on penche pour 92% des soignants libéraux vaccinés à La Réunion : un taux élevé, qui peut notamment s'expliquer par la difficulté à continuer à avoir des revenus sans vaccination.

"Lorsqu'on travaille en libéral, on ne peut pas partir en arrêt maladie et garder une rémunération. A partir de ce mercredi, on ne sera plus payé par la Sécurité sociale si on n'est pas vacciné. La pression est donc plus forte et peut expliquer que peu de soignants libéraux ne se soient pas fait vacciner" explique Sébastien Lallemand, président de la Fédération nationale des infirmiers (FNI) à La Réunion.

La FNI encourage dans tous les cas les soignants à se faire vacciner. "Nous comprenons l'intérêt de rendre obligatoire la vaccination : c'est une porte pour sortir de cette crise sanitaire, et une façon de se protéger soi-même et ses patients" explique Sébastien Lallemand. "En tant que soignant, nous avons eu la chance de pouvoir nous faire vacciner rapidement. La vaccination est la réponse pour enrayer l’épidémie (...) C’est notre responsabilité, en tant que soignants, mais aussi en tant qu’adultes de tout faire pour que l’on gagne ce combat contre l’épidémie le plus rapidement possible" considère l'Union régionale des professionnels de santé.

Du côté de la Fédération autonome de la fonction publique (FAFP), en tête de proue contre l'obligation vaccinale, l'heure n'est plus vraiment à la manifestation. "Nous avons déposé un préavis de grève dès le 31 juillet, car nous souhaitions sensibiliser avant la date fatidique" détaille Isaline Tronc, porte-parole de la FAFP et secrétaire générale de la branche hospitalière.

Une manifestation, celle du "Grand licenciement", a donc été organisée ce samedi à Saint-Paul. "L'idée était de sensibiliser la population à ce qu'il se passe actuellement dans les hôpitaux" explique-t-elle.

Pour l'heure, le taux de vaccination au CHU n'a pas été communiqué. "Ce qui m'intéresserait surtout comme chiffre, ce sont ceux de l'absentéisme" indique Isaline Tronc. Entre arrêts maladie et congés déposés, certains personnels non-vaccinés auraient contourné – pour l'heure – l'obligation vaccinale. "Certains parlent d'arrêts de complaisance, mais tous les soignants avec qui j'ai discuté sont dans une réelle souffrance" affirme-t-elle.

- Des craintes sur le fonctionnement de l'hôpital -

D'après Jean-Marc Vélia, secrétaire général de la CFDT Santé, le taux de vaccination du CHU tournerait autour de 80 à 85%. "Cela représente jusqu'à 1.000 salariés. Sans ces 1.000 personnes, je ne sais pas comment le CHU va continuer à fonctionner" alerte-t-il. "Du côté de l'Etablissement Public de Santé Mentale de la Réunion (EPSMR) et du Centre hospitalier ouest (CHOR), ce sont environ 5% des personnels qui ne sont pas vaccinés" affirme-t-il par ailleurs.

Il s'interroge désormais sur les capacités d'application de la loi du CHU. "Comment la préfecture et l'ARS envisagent-ils le fonctionnement du CHU sans ces 1.000 personnes ? Il n'est pas possible de priver de soins la population en raison d'une obligation vaccinale, et on ne peut pas uniquement se relayer sur des vacations, notamment pour les postes nécessitant une formation particulière" souligne-t-il.

"On a une réserve sanitaire en Frane, mais pouvons-nous garantir que celle-ci pourra couvrir tous les besoins laissés vacant par le personnel non-vacciné ?" s'interroge de son côté Isaline Tronc.

Pour les deux syndicats, c'est la méthode utilisée plus que le vaccin qui est décriée. "Mettre les gens au pied du mur de cette façon-là, c'est creuser encore plus une fracture entre la direction et les personnels" dénonce la porte-parole de l'FAFP. "On appelle à l'unité entre tous les soignants, vaccinés ou non" ajoute-t-elle.

Plusieurs rendez-vous ont été donnés sur les réseaux sociaux, notamment pour bloquer la Route du littoral ainsi que les quatre-voies de l'est et du sud. Un appel à "une grève générale illimitée" a été lancé, passant notamment par un boycott des lieux de loisirs et les centres commerciaux. Les syndicats, de leur côté, n'ont pour l'heure rien de prévu. "Pour s'opposer à une mesure, il faut attendre que celle-ci soit mise en place" conclut simplement Jean-Marc Vélia.

as/www.ipreunion.com / [email protected]

   

9 Commentaire(s)

Citoyen, depuis son mobile , Posté
Virez ceux qui ne veulent pas se soumettre à l ordre l obligation vaccinale , ça libereras des emplois i y en as qui veulent travailler sans manifester pour un oui ou un non.
Nuittranquille, Posté
La différence de contagiosité entre un soignant vacciné et un soignant non vacciné '(40%)Les deux portant le matériel de protection réglementaire '(Protection entre 40 et 90%)Face à des patients à 80% vaccinés et masqués le plus souvent '(95% de protection contre les formes graves)Le risque pour le patient est infime.La peur nous fait faire n'importe quoi...TECHER Bernard
Créole , Posté
Ôté arrete zoué avec zot bouché mangé, pense zot famille zot zenfan, rod pa dézord ou ça la poin, mète zot vaccin arrete écoute domoune, avant lé trop tard, réfléchi bien, la poin travail aujourd'hui.
Missouk, Posté
On va voir dans quelques jours si le chantage qu'on exerce sur ces personnels ne fera pas des dégâts au niveau des soins à la personne... Je suis vacciné et j'incite à l'être, mais je comprends ces gens. On verra si les pouvoirs publics tiendront! A noter quand même qu'il n'y a aujourd'hui aucune obligation vaccinale pour les enseignants. Comme ils s'occupent des jeunes, s'ils devaient eux aussi protester, même à moins de 10%, ça ficherait un sacré cirque!
John , Posté
La dictature de l'État français Imposé aux citoyens un vaccin fabriqué par des laboratoires privés soutenu par notre gouvernement...
Zoizo yab, Posté
@Ledge"en plus l injection est expérimentale" c'est FAUX."qu on aille à l'abattoir" Je n'ai pas encore vu de camion frigorifique avec des corps à la sortie des centres de vaccination."cette injection est absolument inutile contre les variants", encore une fois c'est FAUX (si un vaccin est efficace à 80% contre certains variants c'est loin d'être absolument inutile, vu qu'il freine 80% des cas graves/contaminations parmi les personnes vaccinnées)."c est juste une histoire d argent " -> C'est FAUX (bien sûr qu'il y a de l'argent en jeu, mais c'est AVANT TOUT une histoire de santé publique)."médecins sont muselés" -> Ah bon ' Pourtant on en a vu des médecins déambuler dans les médias raconter des idioties ... si certains étaient muselés, en fait ça serait peut-être mieux, malheureusement ce n'est pas le cas."gouvernement qui lui même est hors la loi" -> Euh, le gouvernement fait voter les lois et les applique, si il est hors la loi, le conseil constitutionnel se fera un plaisir de taper du point sur la table, jusqu'à présent ... pas de soucis de ce côté là.
Infirmiere non vaccinée , Posté
Infirmiere virée ! Bon débarras
Ledge, Posté
Vous appelez ça une vaccination mdrrr en plus l injection est expérimentale et vous voulez qu on aille à l'abattoir sachant que cette injection est absolument inutile contre les variants c est juste une histoire d argent et les médecins sont muselés par le gouvernement qui lui même est hors la loi j attends la cinquième dose
Fabs, Posté
Pauvres gens pourris-gâtés, à qui on offre le vaccin quand d'autre n'ont pas le moyen de se le payer... Pas de solidarité de ma part pour les collègues qui sont en colère, et qui font passer leur lâcheté pour du courage.